Les Aventures De Tintin: Le Secret De La Licorne – la critique

Tintin a toujours été associé à une des meilleurs bandes dessinées. Je me souviens d’avoir passé des heures à la bibliothèque au secondaire le nez dans les aventures du jeune reporter. Malheureusement, cette franchise a sombré dans l’oublie depuis plusieurs années. Alors, quand le film a été annoncé, j’avais peur qu’un jeu y soit relié. Car plus souvent qu’autrement, les jeux vidéo basé sur un film sont généralement mauvais. Avec l’association de Spielberg et Jackson, je savais que le film serait un succès. Quand dire du jeu qui est quand même développé par un studio que j’adore: Ubisoft. Est-ce que le jeu sera aussi populaire que le film? Je vous donne mon avis et vous déciderez par la suite.

Le scénario:
D’entrée de jeu, il faut savoir qu’à l’instar du film, le jeu regroupe des éléments de trois épisodes de BD qui sont Le Secret de la Licorne, Le Crabe aux pinces D’or et Le Trésor de Rackham Rouge. D’ailleurs ce sont trois des meilleurs bd de la collection. Tintin lors d’une ballade achète une maquette d’un brocanteur: La Licorne, un bateau de pirate particulier. S’en suit des péripéties les plus intéressantes les unes que les autres. Tintin en journalisme en herbe qu’il est parcourera les quatre coins du monde pour trouver les trois parchemins qui donneront les coordonnées pour trouver le fameux trésor de Rackham Le Rouge. Ce que j’ai adoré c’est de rencontrer par l’entremise de certaines scènes les personnages principaux de cet univers. En occurence, le Capitaine Haddock, les jumeaux Dupont et Dupond ainsi que La Castafiore.

La durée de vie et les modes de jeu:
Si le jeu a un point faible c’est bien la durée de vie. D’habitude les jeux de plateforme tournent souvent autour du 15 à 20 heures de jeu. Dans Tintin, vous bouclerez l’aventure solo en seulement 5 ou 6 heures. C’est décevant pour un univers si riche et qui mêle trois chapitres des aventures de Tintin. Qui sont: Le Crabe aux Pinces D’or, Le Trésor de Rackham Le Rouge et évidemment Le Secret de la Licorne. Appart le mode solo, vient se greffer Tintin et Haddock. Un mode ou on peut jouer seul ou à deux en évoluant dans les différents niveaux. Le but est simple, amasser de items pour en débloquer d’autres. Je conseille de le faire à deux car il y a des items qui sont inaccessibles lorsqu’on joue en solo. Les objets (argent, carte de vêtements, bobine de films etc) servent à débloquer des costumes, des cinématiques, des biographies et des photos. Dernier mode disponible est le mode Défi. Il se divise en trois catégories : les courses en side-car, en avion et les combats au sabre. Pour ma part, j’aurais préféré qu’ils en enlèvent un des deux pour rajouter un bon 5 à 7 heures de plus au mode aventure.
Évidemment à l’instar du film avec la fin, je m’attends à une suite et c’est parfait comme ça.

Le graphisme:
On est litt éralement devant une bd interactive. C’est comme si on avait transposé la bd en livre en espèce de dessin animé. L’univers de Tintin prend vie au travers de cette adaptation. Le rendu s’en être exceptionnel est d’une très belle qualité. Il faut prendre en ligne de compte que ce titre a été construit à même une bd. Donc, l’aspect du graphisme ne doit pas prendre une place prépondérante. La fluidité est au rendez-vous et je n’ai rencontré que quelques bogues de collision en essayant d’entrer dans une pièce en même temps qu’un autre par exemple. C’est certain que souvent on peut apercevoir des pieds passer à travers le sol ou des mains dans les portes fermées. Mais, rien qui n’affecte la jouabilité. Le jeu se dit familial et pour cause. Les ennemis ne meurent pas. Ils ne sont qu’assommer. Ce qui a pour résultante de voir des étoiles autour de la tête de l’ennemi. Donc, pas de trace de sang ou de violence quelconque. Je rappelle que nous sommes devant une bd après tout. L’aventure se déroule dans plusieurs pays et endroits différents. On passe de la 2d à la 3d. Des phases en défilement latéral ou des poursuites en avion ou en moto. On a même des scènes sous l’eau seul ou avec le Capitaine mené par un mini sous-marin. C’est vraiment diversifié.

D’habitude, dans ce genre de jeu, la caméra est l’aspect le plus important, mais souvent laissé pour contre. Ce qui n’est pas le cas du tout ici. La caméra suit toujours notre personnage et se place au-devant de l’action. Si vous exécutez une fausse manœuvre, vous n’aurez que vous à blâmer. Les cinématiques apportent vraiment une épice essentielle à l’histoire. Dernier point, le passage de l’action présente aux niveaux avec l’ancêtre du Capitaine Haddock sont biens réalisées et jamais on se lasse des combats à l’épée. Bref, du bon travail d’Ubisoft.

La trame-sonore:
Encore là on se sent vraiment immerger dans une grande aventure. La musique donne un excellent rendu de ce qui se passe à l’écran. Rien de compliqué, mais combien efficace. Tout au long de la campagne, les instrumentaux s’écoutent très bien et on ne s’en lasse jamais. Jamais trop présente ou absente, le dosage est parfait. J’en viens maintenant aux dialogues. Les fans de Tintin seront content d’être heureux d’apprendre que les millions d’insultes sont parties prenantes de l’aventure et d’ailleurs c’est toujours fait avec humour sans vulgarité. D’autre part nous avons droit à une version française intégrale de forme standard. Ce qui veut dire que ce n’est pas une version française de France mais plutôt sans accent. Ce à quoi Ubisoft nous ont habitué depuis quelques années. Les comparaisons mentionnées plus tôt ne s’arrête pas là. On entend souvent une petite musique avec effet sonore lors de certaines phases qui vous rappelleront les scènes d’interrogation dans L.A. Noire.

Les contrôles:
Ils ne sont vraiment pas compliqu és à mémoriser. Facile d’accès pour tout publique. Il n’y a pas de grandes combinaisons de boutons à retenir. Un bouton pour chaque action (ça ferait un bon slogan) et c’est tout. La fluidité est de mise et ils répondent au quart de tour. Tout est une question de timing lors des sauts par exemple. De toute façon, tout au long du jeu les combinaisons à réaliser sont toujours affichées.

La Kinect dans tout ça:
Depuis quelques mois, Microsoft nous ont habitués à une certaine implémentation de son périphérique futuriste: la Kinect. Ce jeu n’échappe pas à la règle. Cette innovation est utilisée, mais légèrement. Chaque partie du jeu renferme une partie dont l’action peut être réalisée avec soit la manette ou avec la Kinect. Cette option ne rajoute pas vraiment à l’immersion, mais ça reste un beau clin d’œil.

En conclusion:
Étant un grand fan depuis mon tout jeune âge, j’avais été émerveillé par les bd. Mais, resté sur mon appétit face aux films. Le jeu est une excellente introduction au renouveau de la franchise et le film est superbe. La réalisation est impeccable en dessin animé. Cependant, le jeu doit être pris pour ce qu’il est, c’est-à-dire une bande-dessinée interactive. Pour moi, ça reste une très belle surprise car trop souvent les jeux basés sur les films sont plus souvent qu’autrement mauvais. Ce qui est loin d’être le cas. Un jeu familial qui se doit d’être joué. Un achat certes pour les fans, une location pour les autres.

Note finale: 8/10

Points positifs:

  • Bande-dessinée interactive
  • L’univers de Tintin
  • La caméra toujours bien placée
  • Les dialogues
  • Le mode coop
  • Jeu pour tous

Points négatifs:

  • Courte durée de vie
  • Peut de venir redondant
  • Un peu trop facile

Caractéristiques:

  • Développé et publié par Ubisoft
  • Jeu de plateforme de style action-aventure
  • Offert sur toutes les consoles
  • Version intégrale anglaise ou française
  • Mode solo, coop
  • Tout le monde peut y jouer

Merci à Ubisoft de m’avoir fourni le jeu pour en faire la critique!