Kid Icarus Uprising – la critique

Est-ce que 25 ans sonne une cloche dans votre tête? Oui ça représente un quart de siècle, le nombre de Coupe Stanley que les Canadiens de Montréal finiront par bien atteindre. Mais ce n’est pas tout. Ce chiffre évoque une longue attente pour les gamers. Pourquoi? Parce qu’il aura fallu bel et bien 25 ans pour enfin voir la franchise de Kid Icarus revenir sur le devant de la scène. Après un premier volet sorti sur la NES, le charmant chérubin retourne au boulot. Est-ce le retour tant attendu par les fans de la première heure? Est-ce que Pit prendra son envol ou deviendra un ange déchu qui semble avoir du plomb dans les ailes?

Le scénario:

Il y a plus de 25 ans, Pit triompha de Médusa, la reine des Ténèbres. Elle qui tenta à maintes occasions d’étendre son emprise et ravager le monde. Était-elle vaincue pour autant? À n’en croire son retour, il semblerait que non. Médusa est de retour avec une armée encore plus imposante qu’à leur première bataille. Tout ce qui peut empêcher Médusa d’enfin triompher est Pit bien sûre, mais il n’est pas seul, car Paluténa, la déesse de la lumière viendra prêter mains fortes à Pit. Il reçoit le don de voler pour sortir des cieux et tenter d’éradiquer une fois pour toutes les forces de Médusa. Alors est-ce qu’enfin le paradis saura émerger des abimes de l’enfer?

Modes de jeu et durée de vie:

Faire le tour de tout ce que contient cette belle surprise prendrait plusieurs heures. Le mode solo est déjà très vaste pas par son aventure solo seulement, mais par toute sa richesse. Je n’ai qu’à penser aux nombres incalculables d’armes que l’on peut utiliser. Tout d’abord, ces armes sont divisées en neuf catégories bien distinctes. Vous croyez que c’est assez, que la nomenclature s’arrête là? Détrompez-vous, car vous pourrez combiner deux armes pour en fabriquer une plus puissante. Les possibilités sont incroyables. Passons maintenant aux choses sérieuses, la durée de vie se divise sur 99 niveaux de difficulté. Ouais vous avez bien lu, 99 niveaux de difficulté et rien de moins. Comment me direz-vous? L’explication est fort simple: non la difficulté n’est pas rehaussée en avançant dans votre quête, mais à l’occasion de nouveaux passages dans les différents niveaux s’ouvriront à vous que si vous utilisez le bon niveau de difficulté. Ou comment rajouter une très longue durée de vie à un titre. Malgré tout, pour tout voir et arriver à ses fins, il vous faudra passer par les 25 chapitres que constitue Kid Icarus Uprising. Et ça, c’est en plus de tous les bonus à récolter tout au long du jeu. Vraiment il y a de quoi faire et ce n’est que pour la partie solo.

Pour ce qui est du mode en ligne, il s’avère être un excellent complément au mode solo. Vous pourrez effectuer des parties à plusieurs qui permettront de mettre la main sur des armes et des dons plus difficiles à retrouver. Il y a deux modes de jeu proposés qui mettront aux prises 6 compétiteurs soit en équipe ou tous l’un contre l’autre. Le petit bémol par contre, chacun devra posséder une copie du titre.  Ce mode est accessible aussi bien en local qu’en ligne et si vous n’êtes pas assez, l’intelligence artificielle de l’ordinateur viendra équilibrer les choses. En mode Lumière vs Ténèbres, deux équipes de trois joueurs s’affrontent pour forcer Pit ou son moi maléfique à apparaître. Le gagnant sera celui qui parvient à vaincre un ange le premier. En mode « Chacun pour Soi », les combattants utilisent leurs dons et doivent obtenir un meilleur score que leurs opposants en tenant compte des spécificités de chaque arène. Le StreetPass est intégré et permet aux joueurs de pouvoir s’échanger des armes. Il y a aussi les cartes de réalité augmenté qui avec la collection au nombre de 365 vous donneront de bons moments comme lorsque vous mettrez deux cartes face à face. Vous aurez droit alors à un combat épique entre les deux belligérants. Donc, si après tout ça vous n’êtes pas toujours pas revigoré de votre expérience, refaites alors le jeu, car la rejouabilité est de mise.

Le graphisme:

 N’est ni plus ni moins que le plus beau titre de la Nintendo 3DS. Vous serez ébloui par les effets de la 3D. Cet aspect est tellement bien rendu que s’en est bluffant. Les phases aériennes sont tellement spectaculaires et c’est vraiment là que la 3D prend tout son sens. Pour ce qui est des scènes se passant au sol, elles sont moins spectaculaires, mais pas moins efficaces pour autant. Le bestiaire n’est pas en reste. Le nombre d’ennemis rencontrés est effarant et sont tous très bien modélisés. Les effets de magie pourraient rendre jaloux un certain Harry Potter. Les environnements sont très diversifiés. Tantôt dans les nuages, tantôt sur terre et même à l’intérieur de forteresse, il y en a pour tous les gouts. Lors de course effrénée dans les airs, l’effet de vitesse est très bien ressenti. Ça va vite et même très vite. Vos réflexes seront mis à grande épreuve. Un des rares titres que vous voudrez jouer entièrement avec l’effet 3D dans le tapis. La caméra est parfois mal positionnée, mais ne représente pas un réel embarras.

Dialogues, musique et bruits ambiants:

 Vous en voulez des points forts et bien en voilà encore. En premier lieu, la musique. Ah un jeu d’une telle envergure ne pourrait se doter autre qu’une bande originale épique et c’est le cas ici. Le jeu est parsemé de grandes mélodies remplies d’émotion. Enfin, une musique qui ne passe pas inaperçue. On n’a pas l’impression qu’elle a été mise là sans aucun but. Bref, elle ne sert pas de bruit de fond comme dans trop souvent de cas. En deuxième lieu, les bruits ambiants. Encore dans ce cas, quand il y a des combats, on est vraiment plongé dans l’action. Grâce aux cris des ennemis, aux différents effets de magie ou lors de phase en plein vol, on s’y croirait vraiment. L’immersion est totale. Dernier point, les dialogues. Ils sont très présents et teintés d’humour. Paluténa interviendra très souvent pour soit vous guider, donner des conseils ou simplement piquer un brin de jasette avec vous. Un bémol tout de fois à mentionner. Le jeu est offert en anglais et sous-titré en français. Ce qui fait que lors de scènes intenses, il est difficile de lire le texte en même temps que suivre l’action. Fallait bien trouver un point négatif après tout.

Les contrôles:

 Dans le fond, cette section aurait très bien pu s’intituler: jouez le à votre façon, tellement il y a de possibilités de le faire. Vous pouvez le jouer soit avec seulement le pad circulaire et les touches, l’écran tactile et le stylet (pour cette option, un socle vient avec pour en profiter pleinement) et même utilisé le Circle Pad Pro. Il n’y a pas de bonne ou mauvaise manière. Trouvez la vôtre et amusez-vous. Les contrôles en général sont intuitifs et l’alternance entre les phases dans les airs et au sol est très bien réussie. Si j’entre dans le côté plus technique, lorsque vous serez en plein vol, poussez le stick vers la droite ou la gauche pour esquiver. Très utile pour éviter les projectiles.

En conclusion:

 Vingt-cinq ans peuvent paraître longs et c’est vrai surtout lorsqu’on attend après la résurrection d’une franchise. Mais combien satisfaisante lorsque le jeu en vaut la chandelle. Cette fois-ci nous sommes récompensés par un titre magnifique et offrant une jouabilité à toute épreuve. Beaucoup de travail a été mis sur l’aspect 3D et ça se voit. Bref, ce titre saura vous immerger dans le monde très complexe et mythique des Anges vs les Ténèbres. Un titre à posséder sans conteste dans sa ludothèque. Merci Monsieur Masahiro Sakurai.

Note finale: 9.5/10

Points Positifs:

  • Une très bonne suite au premier
  • L’attente en aura valu la peine
  • L’effet du 3D est le meilleur de la 3DS
  • Phases dans le airs
  • Un délice pour les yeux
  • La durée de vie immense
  • La réalité augmentée

Points Négatifs:

  • Sous-titré en français peut porter à confusion dans les phases d’action
  • La caméra mal placée à l’occasion

Caractéristiques:

  • Jeu développé par Project Sora
  • Publié par Nintendo
  • Jeu d’action et de tir
  • Exclusif à la Nintendo 3DS
  • Expérience solo ou multijoueur (1 à 6 joueurs)
  • Version anglaise, sous-titrée en français

Merci à Nintendo de nous avoir envoyé le jeu pour en faire la critique!

About these ads

2 commentaires sur “Kid Icarus Uprising – la critique

  1. On a là, et faut le dire, d’un des meilleurs titres sur 3DS si ce n’est pas LE meilleur jeu disponible pour la console en ce moment. Ça souligne très bien la première année de la console. C’est sans parler des références 8 bits au premier Kid Icarus, l’humour… bref, le titre à posséder en ce moment.

  2. Pingback: (REVUE) La Nintendo 3DS, 2 ans plus tard! | Facteur Geek

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s