Driver San Francisco (Shiftez dans l’action) – la critique

Tous ceux qui jadis, avait joué et aimé Driver dans le temps seront content d’apprendre que la license a été relancée par nos amis de chez Ubisoft. Driver San Francisco cette fois, reprends l’histoire de John Tanner et y incorpore des éléments de nouveautés qui à première vue semblaient risqués. Shiftez avec moi dans ce jeu scripté d’action où il y a tout de même place à la liberté !

À la poursuite de Jericho:

Suite à l’arrestation du criminel le plus célèbre en ville, Charles Jericho, la ville de San Francisco semblait pouvoir adhérer à des jours meilleurs. Malheureusement, un plan d’évasion va déclancher une série d’événements qui changera la façon de vivre de notre personnage John Tanner. Bref,notre travail de policier nous poussera à une chasse à l’homme qui mènera à un quasi-tragique accident, dont nous sommes la victime. En fait, suite à cet accident, notre personnage développe une habilité à déplacer son âme d’une personne à l’autre. Cette nouvelle façon d’explorer les environnements à partir d’un personnage dans le coma cloué à son lit d’hopital, semble à première vue trop tirée par les cheveux. Ayant beaucoup aimé la série des Driver, je me souviens, lorsque javais entendu le concept pour la première fois, avoir pensé qu’une catastrophe était sur le point d’arriver. Eh bien aujourd’hui, vous voyez mon scepticisme complètement confondu. L’idée, bien qu’audacieuse, ne plaîra peut-être pas à tous, mais force est d’admettre qu’elle a été bien conçue. Bref, pour ma part, j’aime beaucoup cette option et entre nous, on en devient très vite dépendant. La seule chose que je vous dirai, c’est que ceux qui tolère la fiction sauront apprécier l’histoire qui se veut solide et divertissante. Parsemé de quêtes sur le côté, la ligne directrice du scénario nous donne droit à de l’exploration intéressante inspiré d’un classique GTA. Malheureusement, nous ne pouvons que conduire, donc la liberté sur pieds n’existe pas. Malgré tout, l’action et l’humour ne manque pas et les cascades sont du rendez-vous. L’essayer, c’est l’adopter !

Les contrôles:

Voici un jeu très immersif qui plaîra à tous les fans de conduite vidéoludique et même les débutants. Bien que par moment, le jeu n’est pas si permissif, la prise en main est facile. Malgré qu’il n’y a aucune révolution au niveau de la conduite, Driver San Francisco offre tout-de-même une nouveauté dans ses contrôles avec la fonction du shift. Cette fonction nous donne droit à une liberté d’exploration intéressante. Pour ce qui est des voitures, notez que la conduite diffère d’un véhicule à l’autre. Ce qui veut dire que les plus petits modèles n’auront pas la même utilité dans le jeu qu’un plus gros qui pour sa part en sera un de choix lorsque viendra le temps d’effectuer des courses ou des cascades. Si vous êtes amateur de conduite irresponsable et dangereuse à travers une ville remplie de piétons courageux qui de façon inextrémiste, réussissent à vous éviter lorsque vous foncez vers eux, ce jeu est pour vous. Il y a place à lâcher son pilote en public sans véritable conséquences, ce qui est un toujours apprécié des joueurs. Évidemment, inutile de mentionner qu’il faut savoir faire la part des choses et ne pas répéter ces actions dans la vraie vie. C’est le pied au plancher que Driver doit se jouer !

Le graphisme:

D’entré de jeu, l’environnement 3D m’a étonné par son réalisme et sa beauté. Driver est à l’image des jeux d’Ubisoft. Un rendu épuré et clair qui ne laisse personne indifférent. Il y a un beau petit grain dans l’image et j’aime les effets de lumières. Aucun détail n’a été laissé au hasard. La ville de San Francisco a été rebâtit avec précision. Pour ce qui est de la physique des voitures, il y a des dégâts et elles peuvent même rendrent l’âme. Même si leurs comportements sont souvent discutables, les personnages dans la rue sont bien fait. Pour faire simple, Driver San Francisco est un très beau jeu visuellement qui saura certainement, attirer votre attention.

Musique et sons:

Ma première impression côté trame sonore, en jouant à Driver San Francisco a été plus que bonne. Bien que les textes ne sont pas des plus réfléchis, le voice acting et les synchronisations labiales même en français, sont de bonne qualité. C’est un style différent à un L.A. Noire ou l’expression faciale aide au réalisme, mais tout-de-même efficace avec les intonnations des personnages versus leurs mimiques. Pour ce qui est de la musique, elles semblent tout droit tirées d’un film policier des années 1970. À vrai dire, je voyais des inspirations de Starsky et Hutch à tous les coins de rues! Pour conclure avec la trame sonore, je ne peux passer à côté du son des moteurs. Encore une fois, dépendemment du véhicule choisit, les bruits seront différents. Une voiture sport nous donnera plus un son de performance équilibrée et un muscle américain nous fera vibrer par son aggresivité et sa puissance. Bref, pas de surprise de ce côté!

Les modes de jeu et la durée de vie:

Lorsque nous jouons que l’histoire dans DSF, nous constatons que l’histoire n’est pas très longue, mais les à-côtés rallongent considérablement l’expérience. Le multijoueurs en ligne et hors ligne (avec écran scindée), possède plusieurs modes intéressants qui en valent la peine. Près d’une vingtaine de jeux autant en compétitif ou que coopératif sont disponibles. Ce fait réjouissant ré-ouvre le débat sur les jeux à scénario qui se ferme à l’idée d’élaborer sur le multijoueurs. Bref, Driver San Francisco est un titre qui ne souffre d’aucun complexe sur sa durée de vie.

En conclusion:

Ubisoft aura réussi son pari en dépoussièrant la franchise des Driver et y incorporant une nouveauté aussi audacieuse. Bref, un beau retour en force pour cette license qui se devait d’être solide pour les fans. Pour ma part, j’ai bien aimé ce jeu qui donne dans le sensationnalisme et qui dégage le style des films policiers des années 1970. Un coup le réalisme mis de côté, le divertissement m’a envahit et j’ai adorer chaque instant du jeu. C’est sans surprise que je suggère l’achat. Bravo!

Note: 9/10

 Points positifs:

  • La prise en main
  • Le scénario est efficace
  • L’idée de shifter me plaît beaucoup
  • La beauté du graphisme

Points négatifs:

  • La durée du mode histoire
  • Un scénario audacieux qui ne plaît pas à tous

Caractéristiques:

  • Développé par Ubisoft Reflections
  • Publié par Ubisoft
  • Jeu d’action et de course de voitures
  • Offert sur Mac, PC, PS3, Wii et Xbox 360
  • Version anglaise ou française intégrale
  • Solo et multijoueur

Collaboration spéciale de Yannick Dupuis @yanofthewell