Forza Motorsport 4 (de la course à l’état pure) – la critique

Longtemps la série des Gran Tursimo dominait dans la catégorie des jeux de simulation de course. Cette année avec la dégringolade imminente de celle-ci, Microsoft obtient enfin la chance de détronner ce roi avec la sortie du tout dernier Forza Motorsport 4. Fort de leur succès précédents, cette série continuera-t-elle son ascension et ainsi devenir la référence dans les jeux de course ?

Carrière:

Le mode carrière offert dans Forza 4 en est un où l’amateur de course de simulation va y retrouver tout ce qu’il lui faut pour avoir beaucoup de divertissement et de sensation au niveau du bas-ventre. Plus sérieusement, si vous êtes comme moi et aimez vous immerser dans des championnats de courses à travers le monde avec les plus impressionnantes voitures, la carrière offerte ici va plus que vous ravir. Beaucoup de circuits réels ou fictifs se dressent sur notre chemin et pour chacun d’eux, nous avons le choix entre trois catégories de classes pour courir. Bien que correct, l’intelligence artificielle laisse parfois à désirer. Durant les courses, l’IA peut nous étonner par l’agressivité des concurrents et du même coup, nous décevoir par son manque de jugement lors de certaines sections dans la même course. Autrement dit, on sait qu’à l’approche d’un virage en épingle, on peut simplement étirer notre vitesse, entrer à l’intérieur, ralentir et puis passer devant 2 ou 3 adversaires en les bloquant. Le bon vieux truc! Un fait qui m’a plutôt étonné, c’est qu’il n’est pas nécessaire de gagner nos courses pour accéder au tour suivant et ainsi faire évoluer notre carrière. Si l’envie vous travaille, ne restez pas sur votre faim et optez pour l’option de recommencer la course. Parlant de recommencer la course, une fonction nous permettant de simplement rembobiner nous est offerte. Ce qui nous évite de tout refaire du début si nous manquons la dernière courbe du circuit. Un genre de mulligan pour les amateurs de golf. Reste que les championnats sont fait pour se faire gagner. Comme par le passé, à la fin de ceux-ci, des voitures et des bourses sous forme de crédits nous sont attribués. Avec ces bonus, nous pouvons ainsi acheter d’autres voitures et améliorer celles-ci avec les mille et une options de règlages offertes. Du moteur jusqu’à l’esthétisme en passant par la suspension rabaissée et la grosseur des roues. Bref, ça fait la job !

Les contrôles:

Au niveau des contrôles, le jeu se divise en trois parties. Avec la manette, le volant et avec KINECT. Premièrement la manette permet une meilleure prise en main et demeure intéressante et immersive. Si vous avez déjà joué aux autres titres du même nom, vous ne serez pas dérouté. En mode de conduite automatique ou manuelle, il est facile de s’y retrouver et d’avoir du plaisir. La maîtrise de notre voiture dépendra, bien évidamment, du type de véhicule choisi pour l’épreuve. Que votre voiture soit un petit modèle léger, à traction intégrale ou à propulsion arrière, vous aurez toujours une conduite différente et propre à chaque bolide. Pour ce qui est du volant, il peut être un périphérique aguichant et divertissant d’une autre façon qu’avec la manette. Il offre un aspect plus réaliste, mais plus difficile à s’y adapter. À vous de voir! Finalement, c’est temps-ci qui dit jeu Xbox 360, dit KINECT. La fonctionnalité dans ce cas-ci est utilisé pour le «head-tracking». Par définition, cela contrôle votre tête et la vision du pilote. Il nous permet aussi de courser quasi-totalement en mode multijoueurs. Personnellement et pour conclure, bien qu’avec le volant l’effet de simulation prend tout son sens, je préfère m’en tenir encore à la bonne vieille manette.

Le graphisme:

Côté graphisme, nous sommes gâté. Du réalisme, en voulez-vous, en vois-là! L’illusion de piloter de vrais voitures est forte et constante. Vous n’avez qu’à juger la photo du Mustang GT plus haut. Au fait, c’est mon fond d’écran sur mon bureau d’ordinateur et deux de mes amis ont été agréablement surpris de réaliser que ce n’était pas une photo, mais une image tiré d’un jeu vidéo. C’est une petite parenthèse qui me fait penser de vous dire que vous pouvez importer vos plus belles photos de Forza sur le site internet du jeu. C’est une belle façon de pèter de la broue à vos amis. N’hésitez pas à vous inscrires ou créer des clubs. Revenons au graphisme qui est tout simplement renversant. Les voitures sont d’une fidélité remarquable et surprenante. Les plus beaux modèles au monde y sont. Bien des gens, dont moi, étaient déçue de constater qu’il n’y avait pas de Porsche dans Forza 4. Malgré ça, il y a une petite consolation, car certains modèles modifiés réalisés par la compagnie allemande RUF sont disponibles. Si les véhicules sont superbes, voyez aussi la beauté et la qualité des circuits présentés. Les images qui défilent sous nos yeux lors des courses rendent hommage aux décors impressionnant. Au niveau des distances, c’est comme si des calques venaient rendre l’effet de profondeur plus efficace encore. Plusieurs grands circuits sont d’ailleurs intégrés ainsi que la piste d’essais de la célèbre émission TopGear. Point de vue des menus, même s’ils souffrent de statismes, ils sont tout de même performants et jolis. De la façcon dont les concepteurs ont travaillé et mis le paquet sur le reste du jeu, la simplicité peut souvent savèrer la solution de ce côté en matière de design. Bref, le jeu mérite son pesant seulement avec la qualité du visuel et son réalisme.

Musique et sons:

Certes, la force d’un titre de ce genre ne doit pas passer par une trame sonore trop poussée. Dans le cas qui nous concerne, je dois avouer que nous sommes loins de l’epicness dégagé dans Shift 2 où les musiques me faisaient vibrer une après l’autre. Heureusement, nous n’approchons pas non plus, la musique d’ascenseur de Gran Turismo. La fonction jouer sans la musique est tout de même de mise. L’expérience sonore d’un jeu de simulation de course restera le son émanent du bolide et du bruit résultant de la force dégagé lorsque nous la poussons à ses limites. Outres les autos, dans le nouveau Forza, l’idée de base côté réalisme est respectée jusque dans les effets sonores d’accrochage entre compétiteurs et de pneus driftant sur l’asphalte réchauffé d’un circuit. Qui dit mieux?

Les modes de jeu et la durée de vie:

Inutile de vous dire que la carrière à elle seule peut s’avèrer intéressantes en frais d’heures de jeu. Avec toute la complexité des réglages et les fonctions de personnalisation côté esthétisme, voilà quelques bonnes raisons de faire durer le plaisir. Que vous préférez jouer en multijoueurs en ligne ou local à écran scindée, tous les ingrédients sont là pour passer du bon temps entre amis. Ajoutez à ça KINECT et le mode soccer jusqu’à 16 joueurs. Étrangement, dans Forza, il y en a pour tous les goûts et c’est bien comme ça. Il est évident que la durée de vie d’un titre, où il y a plusieurs modes, offrira un facteur de rejouabilité intéressant à ses joueurs.

En conclusion:

Étant un amant de ce genre de jeu, j’attendais impatiemment la nouvelle bouture de Forza. Bien souvent, dans ce genre de situation, nous venons à croire que nos attentes ne seront trop grandes et que la possibilité de faire face à une déception est imminente. D’un autre côté Microsoft et Turn 10 nous ont habitué à sortir des Forza de qualité A-1. Cette nouvelle version de fera pas exception et ira même au-delà de mes espérances. J’ai beaucoup apprécié l’Autovista où il nous est possible de faire le tour de voitures virtuellement, et de nous faire expliquer dans les moindres détails celles-ci. Ajoutez une expérience de simulation des plus impressionnante ainsi qu’un facteur de rejouabilité aussi fort, je n’ai d’autre choix que de vous suggérer l’achat de ce chef d’oeuvre vidéoludique.

N.B.:

Des problèmes de lecture du disque peuvent survenir avec votre console. Premièrement, il est important de toujours vider sa cache. (Ma Xbox/Paramètres/Mémoire/Vider sa cache). En deuxième lieu, la mise à jour pour le nouveau format de disques peut également causer problème pour certains. Essayez de lancer le jeu hors ligne et n’exécutez pas la màj. Vous pouvez également installer le jeu directement dans votre console. En théorie, ça devrait fonctionner par la suite. Sinon, communiquez avec les services de Mircrosoft.

Note: 9,5/10

Points positifs:

  • La qualité du graphisme
  • L’Autovista
  • La réaction des voitures sur les circuits
  • Les clubs de courses
  • Le facteur de rejouabilité

Points négatifs:

  • Petits problèmes de gels
  • L’IA est parfois déficiente

Caractéristiques:

  • Développé par Turn 10
  • Publié par Microsoft Games Studios
  • Jeu de course-simulation
  • Exclusif à la Xbox 360
  • Compatible avec la Kinect
  • Version anglaise ou française intégrale
  • Mode solo, multijoueur (local et en ligne)

Collaboration spéciale de Yannick Dupuis @yanofthewell