(Test FG – Jeux vidéo) Ryse: Son Of Rome

 

Ça y est, après des mois et des mois et des mois d’attente et de spéculations, la nouvelle génération de consoles est enfin arrivée ce qui amène avec elle une nouvelle ère pour l’univers vidéoludique. Tout a débuté avec la disponibilité de la nouvelle console de Sony et se poursuit avec celle de Microsoft. À chaque nouveau lancement se joignent quelques titres pour accompagner ces dernières. Parfois les jeux peuvent vraiment être décevants et à d’autres occasions très surprenants. Par contre, par expérience, il vaut mieux ne pas fonder beaucoup d’espoir sachant qu’il s’agit de démos techniques.

Malgré quelques lacunes, Ryse : Son Of Rome, titre développé par Crytek réussi là ou nombreux ont échoués. Très peu de jeux ont osé effleurer la période des grandes batailles romaines, laissant la plupart du temps place au cinéma. Ici les développeurs ont bien entrepris leurs premiers pas dans cette nouvelle franchise et le futur semble de bon augure. De toute façon, comme dirait le vieil adage : Rome ne s’est pas bâti en un jour… Disons que les premières briques sauront vous étonner.

Ryse Son Of Rome #2

Autrefois réputés pour la série Crysis, les allemands ont vu l’année 2012 comme point de départ pour les premiers détails révélés. Annoncé comme un titre de la Xbox 360 faisant appel à la Kinect, Crytek change son fusil d’épaule et confirme que Codename Kingdoms (premier nom donné au projet) sera un titre de lancement de la Xbox One. Il faut avoir les reins solides pour décider d’offrir Ryse : Son Of Rome comme titre au lancement d’une nouvelle console au lieu de l’amener sur une console déjà établie depuis un sacré bout de temps.

Le scénario de Ryse : Son Of Rome prend place dans la ville de Rome alors que vous, Marius Titus est témoin de l’assassinat des membres de votre famille par des barbares sanguinaires. Dès lors, vous jurez de venger vos proches et redonner l’honneur à Rome qui lui revient. Du coup, vous serez appelé à grimper les échelons pour arriver à votre but. Devenu leader, vous aurez une armée sous votre commandement et serez hautement respecté. Certes, la voie pour y arriver sera parsemée d’embûches, de chefs qui voudront voir rouler votre tête et de trahison. Bref, tout ce qui est digne de faire un bon film.

Du premier coup d’œil, on pourrait être porté à croire que cette histoire a été déclinée mainte et mainte fois, mais cette fois c’est l’immersion qui vous plongera au cœur de cette palpitante quête.

Le jeu renferme une campagne solo très solide, mais trop courte à mon goût. Pas que je me suis ennuyé, au contraire, mais j’en aurais pris beaucoup plus. Dans ce cas, c’est généralement bon signe. Après avoir vu le dénouement final une première fois, si vous êtes comme moi serez tenter de le recommencer pour tenter de trouver les parchemins dissimulés un peu partout et découvrir tous les endroits ou se déroule l’action.

Ryse Son Of Rome #3

Outre le mode solo, vous pourrez vous rabattre sur le mode coop nommé Gladiateur. Au côté d’un ami, vous devrez combattre des hordes et des hordes d’ennemis à travers quelques missions. Vous serez donc, seul ou accompagné, abandonné à votre triste sort au beau milieu d’une arène et ayant comme seul but… votre survie. Plus vous combattrez et sortirez victorieux des différentes vagues et plus vous accumulerez de l’or, des points d’expérience et de la bravoure. C’est cette dernière qui fera pencher ou non la foule de votre côté. Usez de stratégie, variez les combos, combattez pour votre vie et la foule appréciera et vous le rendra bien. Dans le cas contraire, elle deviendra rapidement hostile. Épater la galerie en mutilant vos ennemis, que demandez de plus? Vos gains qui seront faits au cours des combats pourront être échangés contre des pièces d’équipement et différentes armes. Façonnez ce héros à votre image et profitez-en pour démontrer tout votre savoir-faire. À seul, c’est appréciable, mais comme dirait une certaine comptine d’une certaine émission de jeunesse: quand on est deux, ça va deux fois mieux. Il s’agit d’un très bel ajout qui vient se greffer à un très bon mode solo. Même si de prime abord, ce mode me laissait plutôt perplexe, je dois avouer que je m’y suis bien amusé. Par contre, j’aurais aimé pouvoir combattre contre des gens en ligne plutôt que seulement me faire aider. Parfois, chacun pour soi devient la meilleure solution.

Que serait un mélange de Devil May Cry, God Of War et le film Gladiateur? C’est exactement ça Ryse : Son Of Rome. Un jeu d’action/aventure/combat. Tout est une question de timing et de combo. Plus vous effectuerez les actions rapidement et sans vous tromper, et plus serez récompensé. Qui dit combo, dit également mouvement de finition et ici ils sont nombreux et forts utiles. En fait, il est très facile de les réaliser. Lorsque votre ennemi en aura assez (généralement après 3 ou 4 coups), un crâne rouge apparaîtra au dessus de sa tête et différents mouvements vous seront dictés à l’écran et de différentes couleurs. Appuyez sur les bonnes touches au bon moment et laissez votre puissance se déchaîner sur lui. Il est primordial de bien réussir vos actions, car c’est elles qui permettront de régénérer votre santé. De plus, vous pourrez dépenser ces différents points dans 4 catégories distinctes ou vous aurez le choix d’améliorer celle que vous penserez la meilleure pour vous.

Ryse Son Of Rome #4

Plus vous combattrez avec brio et plus vous gagnerez la confiance de vos troupes. Ensuite, prenez le contrôle et dictez vos ordres à l’aide de la touche LB: chargez, volée de flèches, etc. Le tout répond franchement bien et j’ai adoré lorsque l’on forme un rang et on doit se couvrir avec les boucliers pour empêcher les flèches des ennemis de nous transpercer. Lorsque la vague de projectiles est passée, à vous de répliquer en lançant des javelots. Ce qui s’avère fort efficace.

Même s’il s’agit d’un titre de lancement, on sent déjà la grande différence entre les deux générations, surtout au niveau graphisme. Le titre est tout simplement magnifique. Le plus beau jeu du lancement toutes consoles confondues. Jamais les décors et environnements n’auront été portés à l’écran avec ce souci du détail. Les environnements sont à couper le souffle, souvent je me suis arrêté pour contempler mon entourage avec stupéfaction. Les décors sont variés à souhait et vivants. Les villes sont bondées de soldats et de civils en pleine crise. La nouvelle génération se fait remarquée avec aussi le nombre de particules présentes ainsi que le sublime jeu de lumière. Les ombrages sont impressionnantes également et autant la barbe, les cheveux, le feuillage, etc. tout semble animé. Il y a autant d’action en avant qu’en arrière-plan. Que dire des cinématiques, il n’y a pratiquement plus aucune transition entre ces phases et les phases de jeu. Bonjour l’immersion!

Ryse Son Of Rome #5

Cependant, même si le monde vidéoludique est entré dans une nouvelle ère, tout n’est pas parfait. J’ai eu droit à quelques bogues de collision, un festival du clone de mes troupes ainsi que les 3 ou 4 mêmes modèles de barbares qui reviennent sans cesse. J’aurais aimé plus de diversité. Ces quelques accros auraient pu passer inaperçus pour le commun des mortels, mais pas sous mon œil critique de joueur d’expérience. Au final, rien de tout ça n’a brimé mon expérience. Seulement quelques petits points sur lesquels j’aimerais que les développeurs chez Crytek portent un peu d’attention pour le second opus.

Si pour plusieurs, la bande originale et la trame sonore prennent une place prépondérante dans l’expérience du joueur, vous serez comblé avec Ryse : Son Of Rome. C’est tout aussi impressionnant que le graphisme. Sachant que le titre est offert en version anglaise ou française intégrale, les deux versions sont superbement bien rendues. Les émotions vécues par les personnages, les cris agonisants des victimes, les manifestations de la victoire, la foule durant les combat, tout y est. Bref, de quoi rendre jalouses les plus grandes réalisations venues du grand Hollywood. La musique épique (je ne pouvais donner un autre qualificatif) suit à merveille ce qui est offert à l’écran à celui manipulant la manette. La bande originale est tellement bonne que vous voudrez en faire l’acquisition.

Ryse Son Of Rome #6

Et la Kinect dans tout ça? Ici les développeurs ont compris ce que les joueurs voulaient, pas de gesticuler, mais utiliser les fonctions vocales du périphérique. Vous pourrez donner des ordres : envoyez la volée (pour une volée de flèches) par exemple. Le tout fonctionne hyper bien. Un gros bravo de ce côté. Par contre, faites preuve de civisme, car crier au travers son salon au beau milieu de la nuit, peut-être pas la meilleure idée.

Au final, la nouvelle génération, avec ce titre débute son cycle en force et s’avère fort prometteuse. L’équipe de chez Crytek a réalisé du bon boulot et je ne peux qu’attendre la suite. Il s’agissait d’un risque sachant que cette période n’est pas très souvent utilisée pour en produire un jeu. Avec toutes ses qualités, je ne peux qu’encourager un achat.

Cote FG: 8/10

Points positifs:

  • Un scénario prenant et immersif
  • Une jouabilité efficace
  • La bande originale épique
  • L’implémentation de la Kinect
  • Une bonne durée de vie

Points négatifs:

  • Quelques bogues de collision
  • Un festival du clone gênant
  • Peut devenir redondant

Fiche:

  • Développé par Crytek
  • Publié par Microsoft Studios
  • Jeu de type: action/aventure / hack n’ slash
  • Exclusif à la Xbox One
  • Offert en version anglaise ou française
  • Mode solo et multijoueur en ligne
  • Site officiel: http://www.crytek.com/games/ryse/overview