(Test FG – Jeux vidéo) Little Battlers eXperience

 
À chaque fois qu’on parle d’un jeu d’un certain développeur ou d’une équipe de développement, que ce soit un studio ou une équipe indépendante, on a des attentes… Level-5 ne fait jamais exception malgré les erreurs de parcours. Little Battlers eXperience en est la preuve.

LBX : Little Battlers eXperience ou Danball Senki au Japon est une série qui a fait ses débuts en 2011. Pourquoi en parlons-nous en 2015? Parce que tout comme produit du Japon et ce fut le cas pour Pokémon et Fire Emblem à l’époque, cela prend généralement un certain temps avant que les pays de l’Amérique du Nord ou de l’Europe puissent profiter de quelque chose. Il s’agit d’une série où des humains de tous âges font la compétition avec des combats de robots d’action. La sortie du jeu coïncide avec la venue, l’an dernier, de la série en Amérique du Nord depuis août 2014. Alors que la deuxième saison est en chantier, voilà que Level-5 propose une adaptation/remake sur 3DS du premier volet lancé sur PlayStation Portable en juin 2011 qui est justement la première saison. S’agit-il en fait du remake du remake du premier jeu? Aucune idée… Et pour ceux qui se demandent pourquoi j’accorde une importance au nom du studio, c’est parce qu’ils ont créé une célèbre franchise d’enquête et d’énigme intitulé Professor Layton en plus du chef-d’œuvre qu’est Ni No Kuni soit l’un des meilleurs jeux de rôle ou plutôt le meilleur jeu de rôle de 2013… ou des dernières années si on exclut Divinity: Original Sin. Si vous êtes familiers avec le concept de Ni No Kuni ou êtes un amateur des jeux par Level-5, vous serez les premiers curieux concernant LBX. J’accorde une importance majeure au studio… je m’attends donc à de la qualité, un peu comme pour PlatinumGames et Retro Studios.

En l’an 2046, un père de famille conçoit un prototype robotisé qui deviendra un jouet extrêmement populaire, le LBX. Un jouet de la taille de la paume d’une main, ces robots se battent entre eux dans des boîtes de carton spécialement configurées. Certaines règles de parties font en sorte que les « batailles de rues » ne permettent pas la destruction du LBX mais d’autres ne laissent pas la pitié prendre le dessus. Quatre ans plus tard, Van Yamano (Ban Yamano dans la version originale), qui est le protagoniste, se voit remettre une valise contenant un LBX particulier : le AX-00. Sans surprise, Van devient le seul espoir de la civilisation, etc, etc, etc… Il a cependant sous l’œil l’armure Achilles qui est, effectivement, basé sur le guerrier grec. Plusieurs LBX sont basés sur des dieux ou des guerriers de légende que ce soit Odin, Osiris, etc. Cela rend le design de certains robots absolument fantastiques!

Petit facteur à mettre en perspective, je ne suis pas le plus grand admirateur des jeux de rôle et avec raison : dans n’importe quel jeu, j’ai besoin d’une jouabilité misant sur quelque chose d’actif et du rythme. Vous vous dites que je vais démolir le produit… mais vous auriez tort de quitter cette critique. Si vous êtes, comme moi, un appréciateur des jeux mettant une certaine emphase sur l’action ou la nécesscité des mécaniques, vous serez curieux de lire ce qui arrive. Comme c’est un RPG, je m’attends à certaines restrictions quant à la mobilité et la complexité du robot. Si vous pensez que ce jeu s’adresse aux plus jeunes à cause de l’aspect « jouets robotisés », vous auriez raison au départ mais vous seriez dans le déni complet puisque le jeu s’adresse à un public d’au moins 10 ans et + selon le ESRB et le système proposé par LBX pourrait aussi être difficile à comprendre même pour un jeune de 10 ans. J’aurais classé le jeu T pour Ados…

2929022-screen+shot+2015-08-27+at+1.23.29+pm
Le design des robots est vraiment un des points forts du jeu. Ajoutez à cela les pièces et les possibilités pour les combats et la progression.

L’aspect le plus important de LBX n’est pas l’histoire ou le charisme des personnages mais bien la façon que le jeu livre son système de personnalisation de robots. Prenez Pokémon, mélangez ça avec LEGO et vous avez LBX. Dès le départ, vous apprenez le système de combats et les règles générales et, une fois les premières minutes de gameplay passées, vous en saurez plus sur le fonctionnement de la personnalisation. LBX utilise un principe à la roche-papier-ciseau où on ajoute les forces élémentaires soit le feu, l’eau, l’électricité et la lumière afin d’augmenter sa complexité. Chaque arme, morceau d’armure augmente ou réduit le poids et la vitesse de votre LBX. Les armes varient de type « cutting », « piercing » et « smashing ». Ainsi, en équipant des morceaux et une arme bien précise, vos capacités varieront et vous aurez, éventuellement, un point faible que votre adversaire devrait exploiter. Cependant, il vous faut savoir que certaines armes sont des snipers, des épées, lances… Chacune doit être approchée de manière différente mais cela ne veut pas dire que vous apprécierez les mécaniques proposées.

Avant d’affronter le LBX de votre adversaire, vous pourrez apporter les modifications nécessaires ou bien entrer au combat dès que vous êtes certains. Vous pouvez contrôler votre LBX dans un environnement 3D, sauter avec le bouton B, accélérer avec le bouton A et attaquer avec le bouton Y. Le bouton L est la mécanique de défense. À force de bloquer, vous allez recevoir un coup qui brisera vos défenses en plus de vous propulser un peu plus loin mais vous pouvez utiliser le bouton A pour frapper et sortir du danger. Certaines armes peuvent être tenues avec les deux bras du robot, d’autres peuvent être utilisées dans chaque main, il y a aussi des armes à distance en plus des boucliers, des bâtons, des épées, des lances, etc. Vous pouvez choisir une configuration avant le combat en plus d’avoir deux ensembles d’armes à utiliser ce qui vous permet, généralement, de niveler vos chances et rendre le jeu plus juste à ce niveau. Le jeu ne vous empêche pas de monter vos pièces de niveaux ainsi que votre Exo-Squelette en général.

2928471-screen+shot+2015-08-26+at+12.25.32+pm
Des combats frénétiques plus il y a de robots en scène. L’intelligence artificielle peut être brutale à l’occasion, usez de cette chance avant le match pour vous ajuster.

Le jeu impose aussi un système qui fait que votre LBX gagnera en statistique à force d’être mis au combat en plus des morceaux d’armures et armes utilisés lors d’un match. Cependant, chaque combat (y compris ceux que vous déclarez forfait après l’avoir accepté) drainera l’énergie d’entretion de votre robot. Vous pouvez bien sûr la recharger via le système d’objet du jeu un peu à la manière de Pokémon ou vous pouvez visiter le Centre LBX pour recharger l’énergie de votre LBX et retourner effectuer vos actions. Certains combats vous récompenseront d’objets comme des réparateurs qu’on peut ajouter dans l’inventaire au combat, des grenades, etc. Vous pouvez même récolter des morceaux d’armure. Bien sûr, comme dans Pokémon, vous serez amenés à affronter des joueurs contrôlés par ordinateur qui vous demanderont un défi.

Les premières batailles pourraient prendre une toute petite minute mais plus le jeu avance, plus le système devient complexe grâce à des « routines » d’attaque spéciale et, si effectuées comme coup final, on a des prix supplémentaires à la fin du combat soit des pièces de plus ou des objets d’entretien ce qui est un incitatif particulier à prendre en compte comme finir un combat avec l’attaque qui donne le plus de points dans un jeu comme Batman Arkham. On peut même avoir des batailles de 3-4 minutes et on peut facilement blâmer l’intelligence artificielle et quelques configurations un peu décevantes comme la mécanique de verrouillage. En appuyant sur la droite ou la gauche de la croix de contrôle (D-Pad), on peut changer de robots qu’on veut viser. Il aurait été plus simple de le mettre sur l’écran tactile afin de rendre le tout plus ergonomique puisque la dernière chose que vous voulez faire, c’est d’arrêter de bouger. Le jeu peut devenir frénétique à 3-contre-3.

2928472-screen+shot+2015-08-26+at+12.26.24+pm
Discutez avec les passants, combattez pour obtenir de l’expérience, accomplissez les missions secondaires.

Bien que Van ait accès à son propre LBX, vous ne serez pas seuls puisque le jeu propose un système d’équipe grâce à la participation d’Amy Cohen et Kaz Walker. Les deux ont leur propre LBX et méritent autant d’attention dans la mise à niveau que Van ce qui force, en effet, à répéter certains combats pour pouvoir procéder dans l’histoire et bénéficier de forces supplémentaires en 3-contre-3. C’est sans oublier la mécanique de tactiques permettant à vos coéquipiers (à partir du chapitre 2) et c’est surtout utile lorsque vous devez varier vos stratégies et avez différents types de LBX (Hunter, Achilles, etc.). Le jeu propose aussi des missions secondaires pour récupérer des objets supplémentaires. Ajoutez à cela un système de courriel pour vous retrouver dans l’histoire en plus de revoir quelques conseils et stratégies nécessaires à votre réussite. On devrait dire que c’est plus facile à lire qu’à faire quand on parle d’appliquer les stratégies.

Le plus gros problème du jeu mis à part son accessibilité restreinte est l’absence de mode multijoueur en ligne. Il est tout de même possible de faire des parties en mode local mais comme je n’ai pas de collègue/ami possédant le jeu, je n’ai pu tester cette fonction. Le tout devient, à ce point là, une véritable question de goût concernant les mécaniques…

Je ne peux qu’être surpris d’avoir apprécié ce jeu… Oui, un jeu de rôle! L’aspect personnalisation moins restreinte que dans un jeu comme Kid Icarus : Uprising qui est un shooter-arcade mais nécessitant le même niveau d’accommodement et de compétence de la part du joueur et ce pour plusieurs heures (au moins une vingtaine et on ne parle pas des actions à faire et à refaire dans l’espoir d’être capable de finir le jeu ou seulement être surpuissant)! LBX renferme des aspects que j’aime dans les jeux qui font appel à la compréhension totale des mécaniques dans le but de devenir bon! Le jeu le demande, l’exige et on est récompensés pour ça.

Verdict: Les amateurs des produits par Level-5 seront les premiers charmés par ce jeu. Si vous souhaitez un système de combat plus poussé, LBX n’est peut-être pas pour vous.

Points positifs:

  • Le rythme des combats ce qui rend l’aspect RPG moins ennuyant (point de vue de l’auteur)!
  • La variété dans la personnalisation ainsi que les designs des robots!
  • Des missions secondaires pour récupérer des morceaux supplémentaires sans oublier un New Game + et un épilogue!
  • Excellents tutoriels pour nous expliquer la base des mécaniques à même un registre!

Points négatifs:

  • Certaines commandes peu intuitives…
  • Absence de mode en ligne…

Fiche: 

  • Nom: Little Battlers eXperience
  • Développeur: Level-5
  • Éditeur: Nintendo
  • Genre: Jeu-de-rôle avec éléments de jeux d’action
  • Exclusivité Nintendo 3DS (voir les jeux version japonaise pour le reste de la série sur PSP et 3DS)
  • Joueur: 1-6(solo et multijoueur)
  • Langue: Anglais-Français (Sous-titrages)

La critique fut rendue possible grâce à une copie digitale remise par Nintendo à des fins journalistiques.