L’opinion Du Gamer – Pokémon Go, le Donald Trump des jeux mobiles

On ne peut avoir une seule journée sans une nouvelle sur Pokémon Go. Tous les médias même ceux qui ne sont pas concernés par les nouveautés technologiques traîtent cette application au-delà du fait divers. Oui, Pokémon Go a atteint le statut de phénomène culturel. À ce point, on pense oublier que les jeux originaux existent. La preuve, certains médias croient que Pokémon est né de la série animée.

Chez Facteur Geek, chaque article, critique, coup de coeur ou coup de gueule est une promotion pour un jeu. Parlez-en en bien, parlez-en en mal mais parlez-en. C’est la situation avec Pokémon Go qui a su montrer la beauté et l’imbécillité humaine à son maximum. Je peux aussi dire le vide médiatique étant donné que les grandes chaînes télévisées comme TVA ou ICI Radio-Canada (ou Société Radio-Canada/CBC) n’ont pas cessé de parler de cette application. Même les sites supposément professionnels québécois se concentrant sur les produits technos ne cessent d’en parler même si Nintendo annonce des vrais nouveautés pour Pokémon Sun & Moon… qui m’intéressent bien plus que Pokémon Go parce que j’aime jouer sur des consoles portables et non sur un téléphone.

Ma première impression de Pokémon Go fut tout de même bonne. Je voyais l’intérêt d’aller marcher et récolter ces monstres dans l’environnement urbain ou rural. Trouver un Hitmonlee dans un salon d’entraînement de boxe ou de conditionnement physique serait effectivement comique ou encore un Gyarados au bord d’une plage parce qu’il n’y a rien de mieux pour une caricature de Jaws. Cependant, les fonctions se limitent à lancer la Poké Ball et souhaiter que ça marche. Les Poké Stops sont ingénieux car on peut ouvrir les yeux et regarder autour pour ainsi fermer notre téléphone et explorer des musées ou l’Insectarium et le Biodôme de Montréal… ou le Musée de la Civilisation à Québec.

Le traitement médiatique qu’a reçu Pokémon Go avant son lancement aux États-Unis et au Canada fut, soyons honnêtes, trempés dans la sauce Hype saupoudrée de nostalgie. Au début, c’était le regain de popularité de Pokémon dans les médias en général. On est passés des cartes à échanger à une application qu’on télécharge sur un téléphone qui coûte bon nombre de dollars selon les forfaits. On a vu les nouvelles concernant des touristes ou même des jeunes qui, finalement, ont fini par sortir dehors. Certains articles démonisant les gamers ont dit que c’était mieux avant quand les jeunes restaient à l’intérieur alors qu’il y a 20 ans, on se plaignait qu’ils ne sortaient pas. Ceux-ci qui démonisent les gamers de la sorte sont des gens aux cheveux plus arc-en-ciel que le drapeau de la fierté gaie, des hipsters incapables d’assumer une identité propre qui sont plus chialeux que moi car ils sont offensés par tout ce qu’ils n’aiment pas et le disent sur Youtube à coup de dollars sur Patreon.

D’un point de vue positif, on a vu des campagnes pour aider les enfants dans les hopîtaux qui allaient recevoir des outils dans l’application pour aider à les attraper et à collectionner les Pokémon. Ceci est un acte que je ne peux critiquer mais plutôt saluer. Certains ont fini par socialiser ou ont créé des images comiques pour tourner l’application en dérision ce qui a eu pour effet une bonne dose d’humour sur les réseaux sociaux. Ceci est ce que je qualifie de beauté humaine. Tout le monde s’entend, tout le monde discute, on oublie les conneries des politiciens, etc. Bref, le nirvana, le bouddhisme!

Malheureusement, ça a eu son effet contraire. On a eu des saccages, on a eu des cas de vol, on a eu des découvertes macabres… Pokémon Go a finalement démontré l’imbécillité humaine dont nous faisons tous preuve. Pour moi, la goutte qui aura fait déborder le vase est le fait qu’une famille a fini par abandonner leur enfant de 2 ans pour aller chasser une des créatures virtuelles. Au lieu de faire la bonne solution soit préparer l’enfant et l’amener en promenade pour ainsi lui faire découvrir la nature, cette famille oublie… et c’est un acte criminel. On aura entendu parler des Pokémon ou Poké Stops dans des cimetières  ou même… dans un musée sur l’Holocauste… Je comprends qu’une application GPS ne peut tout repérer ou faire du sens mais le bon sens humain existe. Certains sont tombés des falaises parce qu’ils ne regardaient pas où ils mettaient les pieds… C’est quoi la prochaine affaire? Aller sous l’eau dans un manque d’attention pour aller attraper un Kyogre?

Cette application a atteint un niveau comparable à Five Nights at Freddy’s. Tout le monde en parle, tout le monde aime et tout le monde déteste. Les médias traitent cette application comme le phénomène de l’heure pendant que de vrais jeux complets sont en vente! Pokémon Sun & Moon arrive et cela aura un impact sur les ventes. Cette application n’est rien d’autre que le one-hit wonder du moment, c’est un Milli Vanilli au point où je lancerais des melons d’eau dessinés en Poké Ball sur une peluche énorme du Pikachu qui tient un téléphone intelligent… Un Destroy, quoi! Un jour viendra où on en aura assez d’en parler. Les investisseurs eux-même se sont plantés en pensant que l’application fut produite par Nintendo alors que ce n’est pas le cas comme le développeur est Niantic.

Cette application m’enlève cette foi que j’ai envers l’humanité tout en appréciant les bons côtés de la chose. C’est le Donald Trump du gaming. À chaque connerie dite ou effectuée, il y a un article. Mais il y a un bon côté: ça a rassemblé du monde pour avoir un peu de fun malgré tout alors… Professor Oak for President!