(Test FG – Jeux vidéo) The Council

 
Les jeux épisodiques ont la cote depuis quelques années et c’est tant mieux. Il s’agit d’un style qui fonctionne aussi bien sur PC que sur consoles. Lorsque l’on y incorpore des éléments de type pointer/cliquer, ça ajoute une touche immersive. Avec le titre The Council du studio Big Bad Wolf, le tout fonctionne à merveille et voici pourquoi.
Le scénario prend place en 1793 sur une île privée au large des côtes britanniques alors qu’une pléthore de figures bien connues est invitée par un certain Lord Mortimer. Vous personnifiez le détective Louis De Richet qui se retrouve lui aussi invité pour élucider le mystère de la disparition de sa mère, une bonne amie du Lord.
On se retrouve donc avec un mystère qui plane sur cette île dans laquelle tout ce beau monde se retrouve suspect, à la manière du jeu Clue. Lors de votre enquête, vous serez amené à croiser plusieurs personnalités bien connues dont: Napoléon de Bonaparte, George Washington et j’en passe et des meilleurs. Chacun amenant son bagage politique ou historique. Cependant, vous ne croiserez pas que des figures emblématiques, vous aurez à côtoyer une panoplie de personnages fictifs.

Étant détective de votre état, vous n’aurez d’autres choix que d’interagir avec tout ce beau monde pour tenter d’en apprendre davantage sur la disparition de votre mère. C’est ici qu’entre en ligne l’observation, la période de questions et le système d’affrontement. Chacun des persos interrogés possède des traits de caractères bien distincts et un peu comme dans L.A. Noire, il vous faudra être très observateur pour mener votre affrontement à terme. Le succès ne dépend que de vous. Certes, le système fonctionne bien, mais s’avère inégal. Les animations faciales sont parfois bien réussies et parfois les visages semblent figés.
Il vous faudra user de finesse, de stratégie et vous montrer plus rusé que la personne que vous interrogez. Notez chaque détail, chaque signe de nervosité et surtout analysez chaque situation différemment. Le jeu pour vous aider a instauré un système de classe qui permet de se spécialiser dans un aspect plutôt qu’un autre. Vous aurez le choix entre: diplomate, détective et occultiste. Chacune d’entre elles possède son lot de compétences à débloquer avec les points d’expérience obtenus à la fin de chaque chapitre. Le premier épisode en compte cinq.
Choisissez bien dans quelle classe vous dépenserez vos points. Certains sont plus propices à réussir vos affrontements de dialogues. Lors de vos interrogatoires ou dialogues, le temps se fige et vous avez que quelques secondes pour dénicher les « Opportunités ». Ces dernières permettent à Louis de remarquer un geste soudain, un objet ou un trait rapide. Si le tout est découvert, ça vous permettra d’avoir un certain avantage pendant les affrontements.

Lors des « Confrontations », le vrai terme pour les affrontements, vous pourrez utiliser de la gelée royale qui vous offre un bon coup de main. Il faut savoir que pour remporter une Confrontation, vous devez gagner sur votre adversaire, mais chaque fois que vous ne répondez pas de la bonne façon, votre adversaire vous confère un malus et vous désavantage. La gelée royale peut être dénichée un peu partout dans les divers emplacements du château.
Tout au long du jeu, on vous offrira une multitude de choix qui vous amènera à choisir une piste à suivre plutôt qu’une autre. D’ailleurs toutes décisions ou choix effectués se reflètent carrément dès le premier chapitre. J’ai terminé le deuxième également et le tout vous suit continuellement avec des remarques ou des dialogues de la part des autres persos déjà rencontrés.
Il faudra compter environ 5 heures pour terminer le premier acte de ce jeu en format épisodique. Le temps de bien assimiler les mécaniques de jeu et que le scénario se mette en place. Le second m’a pris environ 4 heures sans être moins palpitant que le précédent.
Le graphisme m’a beaucoup fait penser au jeu We Happy Few. C’est très léché, des détails en masse, mais parfois quelque peu inégal.

Le jeu est sous-titré en français avec des dialogues en anglais. Par contre, le doublage est superbe et les différents personnages possèdent leur propre accent. Une belle immersion sans aucun doute. Les magnifiques pièces musicales sont produites par Olivier Derivière, qui œuvre dans le domaine depuis 2004. La musique se mêle bien à l’action.
Au final, je n’ai d’autres choix que de le recommander et je le fais avec un large sourire. J’ai adoré mon expérience et le système de Confrontation est franchement rafraichissant. Très hâte au troisième épisode qui n’a pas encore révélé sa date de sortie.
Cote FG: 8.5/10

Points positifs:

  • Un scénario prenant avec une panoplie de rebondissement.
  • Un côté historique fort apprécié.
  • Le système de Confrontation innovateur.
  • Un doublage superbe.
  • Des conséquences qui vous suivront tout au long du jeu.
  • Bonne durée de vie.
  • Le travail d’Olivier Derivière.

Points négatifs:

  • Un graphisme inégal.
  • Un jeu d’acteur parfois approximatif.
  • Quelques saccades, mais sans plus.

Fiche technique:

  • Développé par Big Bad Wolf Studio.
  • Publié par Focus Home Interactive.
  • Jeu de type pointer/cliquer avec puzzles.
  • Jeu solo seulement.
  • Disponible sur PC, PS4 et Xbox One. (testé sur Xbox One)
  • Offert en anglais avec sous-titres en français.
  • Version téléchargeable uniquement.
  • Site officiel: http://www.thecouncil-game.com/