(TFG) llusion – A Tale Of The Mind

 

Il y a longtemps que je n’avais pas testé un jeu québécois. Alors lorsque j’ai reçu le code par Frima Studio pour le jeu Illusion: A Tale Of The Mind, j’avais vraiment hâte d’y jouer. Est-ce que mon expérience valait l’attente? Suivez-moi dans ce test et vous verrez bien.

Le scénario nous place dans le rôle d’Emma, une jeune fille qui se retrouve dans un étrange monde avec un lapin en pluche nommé Toupin qui semble avoir pris vie. Elle ne comprend pas du tout ce qu’elle fait là et tentera de savoir le pourquoi du comment. Dès le premier niveau, on apprend finalement que l’on doit libérer l’esprit de son père qui semble tourmenter par les pensées lugubres d’un autre homme. Pourquoi? À vous de le découvrir, mais je peux mentionner que ce sont des événements tristes qui se sont déroulés, qui ont amené Emma à se retrouver dans cette position.


Il s’agit d’un récit très sombre et malgré son style enfantin, il n’en est rien. Un adulte peut y jouer, mais à proscrire pour un enfant en bas âge. Évoluer dans un esprit torturé n’est pas toujours facile à représenter à l’écran, mais Frima a réussi à merveille. Pour sortir de ce mauvais pas, Emma devra donc, découvrir l’histoire des principaux protagonistes et ainsi comprendre pourquoi elle se trouve là parmi une panoplie de souvenirs oubliés.

Ce jeu peut se classer dans la catégorie aventure/réflexion par ses phases d’exploration et de puzzles qui demandent une utilisation accrue de la matière grise. L’aventure se déroule sur trois chapitres avec une durée de vie d’environ 6 à 7 heures. Tout dépendra de votre facilité à résoudre les nombreux puzzles. En plus de la quête principale, pensez fouiller chaque parcelle des environnements. Vous devrez y trouver des souvenirs et des gramophones. Le nombre à chercher est indiqué dans chaque chapitre. Les puzzles s’enchaînent l’un après l’autre et représentent une large part du jeu. Vous devrez dans un premier temps observer la scène devant vous et ensuite comprendre le fonctionnement. Je vous assure, il y en a de très complexes. À quelques occasions, vous aurez à bouger certains éléments afin de les aligner dans la lumière pour représenter la forme demandée. Ça vous ne rappelle pas un certain Resident Evil VII?

Au début, on profite de l’effet de la découverte et de surprise, mais ça peut devenir redondant. Chaque chapitre renferme le même modèle et on comprend vite ce que l’on doit y faire. Malgré tout, j’en aurais pris quelques heures de plus.


J’arrive aux mécaniques de jeu. Dans les deux premiers chapitres, on contrôle Emma et dans le dernier, c’est au tour de Toupin de prendre la vedette. Emma peut marcher, sprinter, sauter, même voler. Par contre, certains mouvements deviennent approximatifs. On s’en aperçoit rapidement lorsque l’on doit se sauver ou effectuer un parcours tout en saut. Ce qui peut devenir un irritant gênant. J’ai fait avec quand même, mais en refaisant certains parcours plus d’une fois pour avancer.

Le graphisme est superbe. Il renferme une superbe réalisation sans aucun doute doublée d’une direction artistique sublime. Les effets de lumière sont magnifiques et le tout rappelle le jeu Contrast d’un autre studio québécois: Compulsion Games. J’ai cependant remarqué quelques fautes d’orthographe dans les sous-titres. Ce qui aurait pu être facilement évité.


La bande originale est parfaite et se marie très bien à l’ambiance du jeu. On sent le côté émotionnel de chaque personnage. Emma et Toupin passeront par toute la gamme des émotions, tandis que le père est profondément ancré dans une mélancolie et tristesse sans borne. Un beau travail de doublage. Le titre est offert en version intégrale anglaise ou française. Une écriture maîtrisée du début à la fin. Ce qui ajoute une touche d’immersion.

Au final, le titre est très accrocheur, renferme plusieurs qualités et ne pas le recommander serait un sacrilège. Une belle aventure pour 20$, ça vaut la peine. Merci Frima pour ces beaux moments vidéoludiques.


Cote FG: 8/10

Points positifs:

  • Le scénario prenant.
  • Une durée de vie conséquente…
  • Le type aventure/réflexion qui fonctionne à merveille…
  • Le graphisme est superbe.
  • Une direction artistique sublime.
  • La bande originale est parfaite.
  • Une écriture maîtrisée du début à la fin.

Points négatifs :

  • Les mouvements d’Emma parfois approximatifs.
  • mais j’en aurais pris plus.
  • mais peut devenir redondant.
  • Quelques fautes d’orthographe dans les sous-titres.

Fiche technique: