(Test FG – Jeux vidéo) Nairi: Tower of Shirin

Après avoir la brillante idée de jouer le jeux Toki sur la Nintendo Switch il me fallait un jeux reposant et d’un tout autre style qui ne donne pas le goût de lancer la console au bout de mes bras. J’ai joué pour vous, et pour mon moral, Nairi: Tower of Shirin.

Nairi est une petite fille dans la ville de Shirin qui devra rapidement évacuer sa maison pour une raison plutôt obscure et se retrouve rapidement cachée dans une caisse en chemin vers la prochaine grande cité. Le convoie dans lequel se cache la jeune Nairi est embusqué et elle se retrouve entre les mains de voleurs. De là le joueur se trouve dans un jeux classique de pointé cliqué dans lequel se dévoilera une histoire plus complète à mesure que l’on résous les énigmes et faisons la rencontre de plusieurs personnages.

L’univers du jeux montre des personnages en tout genre, les ravisseurs au début sont des chats. Il vous faudra vous rendre dans la basse ville de Shirin pour y rencontrer une souris dans le secteur d’un gang de canards. Beaucoup d’animaux sont représentés, les répliques peuvent parfois être loufoques mais vous aurez à lire beaucoup de dialogues qui seront heureusement en français parce qu’il n’y a aucune interprétation audio.

Ce genre de jeux n’est jamais énervant, la musique qui l’accompagne est parfois même trop douce tellement qu’on croirait avoir la bande sonore d’un spa. À ne pas jouer lorsque vous avez sommeil…

Côté graphisme le jeux est plutôt joli avec tout ses décors en dessins à la main mais le plus gros inconvénient ce sont les éléments de quête qui se fondent parfois un peu trop bien avec le décors.

La jouabilité est très simple, on nous donne un petit tutoriel au début et le tout se joue très facilement par la suite. Pour ma part j’y ai jouer plus de 10h et il m’est arriver que quelque fois d’être perdu parmi les énigmes qui vous demande de naviguer plusieurs endroits et puis devoir scruter à la loupe pour un objets oublié qui se fond un peu trop bien au décors ou encore un endroit que vous pouvez aller alors que si vous ne déplacez pas le curseur dans un recoin particulier vous ne le verrez pas.

Je n’ai pas aimé cet aspect du jeu puisque sur un pc c’est plutôt facile de déplacer un curseur avec la souris alors que sur la Switch c’est plus difficile et pas naturel. J’aurais aimé mieux que le curseur se déplace directement sur les éléments que l’on peut interagir au lieu de faire de la recherche de pixel et appuyer sur le bouton partout pour voir si quelque chose est caché. Parlant de choses cachés, dans une bonne partie du jeu en cliquant sur certains éléments parfois vous trouverez des pièces. Ceci est particulièrement important parce que si vous ne trouvez pas assez de pièces pour certaines énigmes vous pourriez bloquer. Alors, il faut cliquer partout et par chance parfois un pot de plante aura une pièce!

Pour conclure, ce jeux est plaisant, simple mais parfois complexe avec des énigmes plus corsés lorsqu’on évolue dans l’histoire. La Switch est une console parfaite pour ce jeu pour y jouer de manière mobile en attendant dans les transport en commun ou pour faire des parties calme avant de se coucher. J’ai bien aimé mon expérience et je vais continuer d’y jouer juste pour connaître le secret de la Tour de Shirin.

Graphisme: 8/10

Jouabilité: 7/10

Note totale: 7.5/10