(Test FG – Jeux vidéo) Mario & Luigi: Bowser’s Inside Story + Bowser Jr.’s Journey

 
On ne sait pas ce qu’il y a pire : aller voyager au centre de la Terre ou se retrouver à l’intérieur même de son propre ennemi. En tout cas, Mario et Luigi se sont fait bien prendre au jeu tout comme Bowser malgré lui alors que Junior doit devenir un leader et inspirer son père. Et Facteur Geek a en effet voyagé à l’intérieur même de King Koopa pour amener cet écrit.

Avis de divulgation: le jeu a pu être évalué grâce à une copie digitale fournie à partir d’un code de téléchargement par Nintendo Canada à des fins critiques au lancement du titre. L’auteur n’a pas terminé le titre étant donné le genre mais croit en toute bonne foi avoir acquis une bonne compréhension des mécaniques nécessaires pour en arriver à un verdict juste pour le consommateur.

Mario & Luigi : Bowser’s Inside Story + Bowser Jr.’s Journey est probablement le plus long titre de jeu vidéo depuis The Lord of the Rings : The Battle for Middle-Earth II – The Rise of the Witch-King. Il s’agit d’une réédition du titre original lance sur Nintendo DS en septembre 2009 en Amérique du Nord (sortie au Japon en février 2009). Ceux qui ont joué au jeu original constateront des changements importants en termes de qualité sonore mais aussi concernant la présentation elle-même qui passe d’un 2D « pixel-art » à certains rendus 2.5D à la Donkey Kong Country qui sont rendus possible depuis Mario & Luigi : Dream Team. Ayant joué à l’original sur Nintendo ne serait-ce que quelques heures, j’ai vite noté l’évolution graphique. Cependant, le titre ne supporte pas la 3D de la 3DS comme il y a une autre perspective qui fait partie intégrante des mécaniques de combat exclusives à Bowser lui-même.

Quoi? Bowser? Oui! Bowser’s Inside Story (Voyage au Centre de Bowser) plonge les frères Mario littéralement à l’intérieur même de leur éternel rival après un court aperçu des mécaniques de base durant les combats tour par tour et une introduction des plus ridicules pour notre enthousiasme. Oui, il s’agit bel et bien d’un jeu de rôle. Quoi? Alex qui joue à un jeu de rôle? Oui!!! Mais bon, j’ai toujours apprécié Bowser comme personnage ne serait-ce que pour le voir avec ses plans idiots ou ses affrontements des plus mémorables que ce soit dans Super Mario Bros. 3 qui a introduit le Bowser Bomb, Super Mario 64 qui a prouvé que Bowser est PLUS rapide que Mario ou Super Mario Odyssey qui a rendu absolument badass dans son costume de « futur époux » et un royaume des plus originaux pour son domaine éternel.

Ouais, c’était ça en 2010.

Donc oui, Bowser EST le personnage principal dans cette aventure rocambolesque alors que le Royaume Champignon est aux prises avec une épidémie causée par une maladie mystérieuse : le blorb. Pendant qu’un certain Fawful met son plan à exécution, Mario et Luigi doivent naviguer en plein dans le corps Bowser pour l’aider dans ses actions ou ne serait-ce que secourir ceux qui ont été aspirés par la colère infaillible de la plus célèbre des tortues vidéoludiques. La seule raison qui explique la colère de l’antagoniste de la franchise est qu’il ne fut pas invité au conseil concernant l’épidémie. Et comment se fait-il que Bowser peut aspirer les ennemis et objets? Le King Koopa est en fait lui aussi victime des pièges sournois de Fawful sans vous révéler des moments de l’intrigue.

Mario et Luigi naviguent dans le corps de Bowser afin de retrouver Princesse Peach qui, pour une fois, n’a pas été kidnappée par Bowser et, pour y arriver, les deux frères plombiers devront activer certains mécanismes dans le corps de Bowser. Le King Koopa navigue le Royaume selon l’histoire et certaines actions introduites dans le script et ces actions altèrent ses mécanismes corporels. Mario et Luigi profitent de ces moments pour lui donner un coup de main alors que Bowser altère le reste de la carte pour se déplacer. On découvre en Bowser une force surnaturelle dans des séquences hilarantes et je n’ai pu cacher mon rire alors que le King Koopa devait trouver un moyen de déplacer un bateau pour sauver ses sbires d’une cage. Le moyen était assez original pour éviter de gâcher la surprise. Cependant, le tout se passe dans la complétion de mini-jeux tout de même répétifs malgré que ce soit inventif comme frapper avec le marteau pour amplifier les muscles de la bête ou lui donner une sacrée dose d’adrénaline.

La plus étrange des collaborations, de retour en 2019!

C’est un jeu de rôle mais si vous me connaissez, vous savez déjà que j’accorde une importance sérieuse aux mécaniques de jeu et leur évolution. Bien sûr, la mécanique de tour-par-tour n’est pas le type de concept qui va évoluer comme elle est bien ancrée dans le collectif. Pour moi, c’est ce qu’on peut en faire durant et après notre tour qui rendent ces jeux intéressants ou non. Mario & Luigi ET Bowser possèdent leurs propres capacités et attaques spéciales mais doivent aussi se défendre contre les globules à l’intérieur même de King Koopa ou les sbires de Fawful sans oublier le facteur vitesse qui détermine DÈS le début de l’assaut qui attaquera en premier contrairement à un Paper Mario traditionnel où Mario attaque en premier à chaque fois.

Mario & Luigi utilisent donc les marteaux et leur capacité à sauter (que serait un jeu Mario sans la mécanique qui a défini le personnage en 1981). Au fil de l’aventure, les frères montent de niveau et reçoivent une augmentation en statistique sans oublier les attaques spéciales qui combinent les deux frères comme des lancers de coquille Koopa, la Fleur de Feu, un chapeau de coquille avec un tremplin et j’en passe. Lors des séquences où ils doivent se défendre, les frères vous forcent à jouer avec le bouton A (Mario) ou B (Luigi) pour contre-attaquer ou éviter. Vous pouvez ainsi prévenir l’accumulation de dégâts. Les frères, si atteints par certaines attaques, peuvent être affectés par un statut (trébuché, étourdi, empoisonné) et si les deux frères sont à 0 HP, la partie est finie. Le côté plateforme du titre, transposé dans l’exploration, n’est pas perdue.

En ce qui concerne Bowser, celui-ci est défini par un détail bien simple: puissance! Pour ceux qui s’ennuient de Super Mario RPG : Legend of the Seven Stars sur SNES, vous retrouvez Bowser mais il se joue probablement d’une manière différente. Il frappe avec son poing avec une force gargantuesque. La satisfaction est réelle comme le jeu effectue un rapprochement sur Bowser lors d’un coup placé au bon moment et le rugissement de King Koopa accentue cet effet. Il peut bien sûr souffler du feu mais pas en début de partie comme il y a une explication… dans le corps de la bête. Comme il peut aspirer des ennemis et laisser Mario & Luigi nettoyer les microbes (le jeu passe en mode Mario & Luigi comme priorité), Bowser peut aussi gagner quelques statistiques temporaires durant le combat selon ce qu’il avale. Son souffle de feu est doublé d’une possibilité de brûler les ennemis et certains ennemis sont affectés par le feu (vous verrez le signe Critique) rajoutant un aspect stratégique. Pour ce qui est de la défense, Bowser va évidemment frapper mais peut, plus tard dans le jeu, s’accroupir et utiliser son immense coquille comme armure à condition qu’il n’a pas les crampes en restant trop longtemps à plat ventre.

Cependant, voici quelques petits détails que j’ai observé et qui pourraient faciliter la tâche aux plus jeunes, nouveaux venus au genre ou embêter les habitués. Si vous perdez un combat, vous pouvez le recommencer du début mais vous avez aussi accès à un mode « Facile » où vous ferez plus de dégâts et en recevrez moins. Les pouvoirs qui combinent les frères ou permettent à Bowser de commander ses troupes (avec les fonctions tactiles) possèdent aussi un mode Facile que vous pouvez choisir mais coûteront plus cher en points (similaire aux Points Badge de Paper Mario). L’un des points plus importants concerne les deux frères : si l’un est tombé au combat et n’est pas réanimé par un champignon de vie avant que le boss (ou ennemis) soit à zéro points de vie, le frère hors-combat ne recevra aucun gain d’expérience. Tant que vous avez un point de vie et que vous savez comment éviter les attaques, vous êtes encore correct. Point supplémentaire : si vous avez un frère hors-combat et que vous devez vous défendre, le temps de réaction pour Mario ou Luigi sera réduit de beaucoup.

Une des séquences de combat unique à ce titre est lorsque Bowser devient gigantesque. Bien sûr, le jeu offre une explication pour qu’il devienne presque aussi gros que Godzilla… ou son apparition dans Super Mario Galaxy 2, jeu sorti la même année sur Wii (2010). La transposition de la DS vers la 3DS offre des séquences complètement 3D au lieu du style bande-dessinée qui a défini Bowser’s Inside Story à l’époque. Aussi, on met dehors les fonctions de la DS comme le microphone pour des contrôles beaucoup plus constants et satisfaisants. Petit fait important: Bowser ne gagnera pas de points d’expérience pour ces combats qui sont techniquement très facile car ils changent la jouabilité de manière exceptionnelle.

Cela me permettra de faire un passage vers la présentation qui a radicalement changé par rapport à l’original sur Nintendo DS. Au lieu d’un style bande-dessinée pour les séquences non-interactives et le pixel art qui a défini Mario & Luigi depuis Superstar Saga sur Game Boy Advance, ce titre fait place au style établi par Dream Team en 2013. Ainsi, l’ensemble est en 2.5D avec une vue asymétrique et, contrairement à l’original… Bowser a des animations supplémentaires. Au lieu du pixel art où le personnage était généralement statique, celui-ci respire enfin. Les effets ajoutés à l’animation lors des combats, comme je le mentionne, rajoute à la satisfaction de réussir nos coups mais amènent à la comédie et l’augmentation graphique rendent certains combats probablement plus faciles à voir. Bien sûr, cela s’applique sur les frères Mario. Cependant, j’ai remarqué un petit pépin sonore comme Mario ayant un extrait sonore qu’on applique à Luigi. C’est probablement le seul problème technique que j’ai découvert en ce qui me concerne. Mis à part ça, la qualité sonore et musicale est améliorée par rapport à la version DS et cela inclut l’écran titre qui a une nouvelle musique mais aussi une toute nouvelle image mettant l’emphase sur l’intérieur de Bowser dans l’écran tactile alors que Bowser et Junior sont en haut, de quoi rappeler la vidéo sur le contrôle parental depuis la présentation officielle de la Nintendo Switch.

C’est Junior qui commande, pas droit à l’échec!

Parlant de Junior, le mode supplémentaire est une nouvelle aventure intitulée Bowser Jr.’s Journey (L’Épopée de Bowser Jr.) et est complètement différent du système proposé dans le jeu principal. Il s’agit du mode extrêmement similaire à ce que vous avez dans Superstar Saga + Bowser’s Minions avec l’histoire Minion Quest : The Search for Bowser en tant que Captain Goomba. Cette fois-ci, notre personnage principal est l’héritier au trône du château du nemesis du Royaume Champignon. Au bout d’une introduction, vous constaterez ce qu’est la jouabilité : un jeu de stratégie similaire à ce qu’on retrouve dans un jeu de défense de tour.

En récupérant des soldats au bout des batailles réussies, vous devez examiner les formations afin d’établir la vôtre selon les forces et faiblesses de type roche-papier-ciseaux. Mis à part certaines commandes par votre commandant Junior, vos sbires auront des fonctions spéciales pour diminuer les capacités de votre adversaire ou pulvériser les pions du capitaine auquel vous vous opposez. Bien sûr, si vous mettez le capitaine échec et mat (même si ce n’est pas le bon jeu), vous remportez la ronde ou le niveau. Vous affronterez divers commandants que ce soit pour entraîner Junior ou voir l’histoire en parallèle à l’épopée de King Koopa. Bien sûr, ce mode bénéficie de la qualité graphique et sonore. Cela dit, je trouve ce mode aussi passif que dans d’autres jeux de stratégie comparable à Plants vs. Zombies.

Bowser’s Inside Story + Bowser Jr.’s Journey est le genre de titre qui fera probablement bonheur à ceux qui s’ennuient du temps que Paper Mario était un réel jeu de rôle : un monde ouvert avec des statistiques sans oublier la dimension amenée avec des badges, morceaux d’équipement pour augmenter les capacités de notre personnage ou des compagnons pour nous assister dans nos déplacements ce qui conserve l’aspect plateforme. Les séquences combinant Mario & Luigi et Bowser amènent une dimension farfelue mais qui fonctionne pour rendre les passages de type plateforme intéressant qu’on peut comparer à The Legend of Zelda ou même Metroid concernant la nécessité de réfléchir au lieu d’aller à gauche ou à droite. Les combats sont renforcés par la qualité de l’animation pour chaque personnage les rendant intéressants et amusants… pour un jeu de rôle tour-par-tour en ce qui me concerne.

C’est la preuve que Mario put s’adapter à toutes les sauces et Intelligent System n’a jamais eu besoin de changer la formule en 2007 lorsqu’on a eu Super Paper Mario. Je me permets de lancer ce message : c’est correct d’avoir deux jeux Mario de type jeu-de-rôle sans nécessairement en sacrifier l’identité du genre… alors que Paper Mario sur Nintendo 64 fut un des meilleurs jeux auquel j’ai joué! Deux mots : Crystal King! À quand un remake de Paper Mario sans en changer les mécaniques? Mario & Luigi peuvent bien se concentrer sur les systèmes portatifs mais Paper Mario? Un vrai Paper Mario qui conserve les mécaniques tout en renforçant l’humour tout en amenant un univers créatif et psychédélique? Pourquoi pas!

Avec une aventure qui peut aller jusqu’à 30 heures si on prend notre temps (c’est une estimation) et un petit 4 à 5 heures de plus sur Bowser Jr.’s Journey, Bowser’s Inside Story rappelle pourquoi on apprécie les personnages de l’univers Super Mario Bros. Ce n’est pas tous les jours que Bowser vole la vedette avec ses sbires dans les situations les plus farfelues. La compatibilité amiibo nous permet d’avoir des objets pour notre aventure mais une fois par jour pour chaque amiibo. Bien sûr, les amiibo de Bowser ET Junior (série Smash Bros. ou Super Mario) sont compatibles.

Verdict: Bowser’s Inside Story + Bowser Jr.’s Journey est un excellent jeu pour les nouveaux venus au genre ou ceux qui veulent rire un bon coup mais souffre d’un sévère manque de rejouabilité. Les mini-jeux pour aider Bowser ne sont pas les séquences les plus intéressantes mais le résultat vaut la peine.

Points positifs:

  • Bowser! C’est le personnage principal, c’est le plus satisfaisant mais c’est aussi le plus idiot.
  • Excellente synergie entre les frères Mario en compagnie de Bowser pour des séquences plateformes!
  • Les mécaniques standards des jeux de rôle sont pimentées d’un bouton Action pour une variété d’attaques ennemis à examiner et à apprendre!
  • On peut accélérer les dialogues, bonne option pour la rejouabilité pour ceux qui ont joué l’original!
  • Excellente optimisation graphique et sonore!

Points mixtes:

  • Le système passif de Bowser Jr.’s Journey.
  • Les mini-jeux dans le corps de Bowser, certains sont brillants mais d’autres sont tout simplement trop faciles.
  • La fonction amiibo.

Points négatifs:

  • L’absence de rejouabilité (s’il y a un mode de difficulté débloquable, ce n’est pas un point négatif)…
  • L’abondance de fonctions pour rendre le jeu facile après la défaite…

Fiche technique:

  • Nom: Mario & Luigi: Bowser’s Inside Story + Bowser Jr. Journey
  • Développeur: AlphaDream
  • Éditeur: Nintendo
  • Exclusif sur les consoles de la famille Nintendo 3DS
  • Genre: Jeu de rôle/plateforme (Bowser’s Inside Story) et stratégie/défense de tour (Bowser Jr.’s Journey)
  • Jeu à un joueur seulement
  • Compatible avec certains amiibos
  • Langue: Textes en anglais et français (voir Broque-Monsieur et son accent) ou français tout court.

Avis de divulgation: le jeu a pu être évalué grâce à une copie digitale fournie à partir d’un code de téléchargement par Nintendo Canada à des fins critiques au lancement du titre. L’auteur n’a pas terminé le titre étant donné le genre mais croit en toute bonne foi avoir acquis une bonne compréhension des mécaniques nécessaires pour en arriver à un verdict juste pour le consommateur.