(Test FG) Beat Cop

 
Au Québec nous avons eu droit à l’excellente série TV 19-2 et depuis trois ans, District 31. Le point en commun de ces deux séries? Elles se déroulent les deux sous un thème policier. Quoi de mieux que de donner le goût de personnifier un policier. Bon dans la vie de tous les jours, je vais oublier ça. Donc, la seule chance restante, c’est au travers du jeu vidéo.

C’est exactement ce que j’ai fait avec le jeu Beat Cop du studio indépendant Pixel Crow. Cependant, la question se pose, est-ce que j’ai eu du plaisir? Certes, oui, mais avec certaines réserves. Je débute mon quart et on s’en reparle.

D’entrée de jeu, les développeurs placent le joueur dans la peau de Kelly, un inspecteur mis au rancart, car on le soupçonne de faire partie d’un important vol. Devenu simple patrouilleur, vous devez au long des 21 jours, réussir à prouver votre innocence. Certes, ce ne sera pas tâche facile, car en plus de cette mission primordiale, vous devrez effectuer différentes tâches reliées à votre poste. Émettre des PV pour phare brisé, pneu usé, parcomètre expiré et stationnement interdit. Le tout agrémenté de diverses missions annexes: arrestation, venir en aide aux commerçants et à la population de votre secteur.

Se déroulant uniquement en solo, certaines missions sont géniales, d’autres carrément imbéciles. Il en revient à vous de choisir quel est votre objectif. Prenez note qu’il ne faut en aucun cas y jouer devant un enfant, le jeu demeure très cru et parfois même explicite autant sexuel que violent. Certains passages m’ont étonné et d’autres laisser très pensif. Je n’entrerai pas dans les détails, à vous de le découvrir.

Avant chaque nouvelle journée, on a droit à un briefing qui amène à connaître nos collègues et leur personnalité. Tantôt des moments humoristiques et tantôt plus irrévérencieux. De plus, chaque quart terminé, vous aurez un bilan de votre performance. Vous serez évalué sur vos missions réussies, par exemple le nombre de PV émis, le taux de protection de la population ainsi que de quel côté vous pencher: les gangs de rue ou la mafia ou vous demeurez impartial et au lieu de devenir un flic malhonnête, vous êtes au service de la population. Étant séparé, vous devez payer une pension alimentaire et comme ça arrive souvent que votre salaire se voit révisé à la baisse suite à vos performances, vous devrez trouver d’autres moyens pour y arriver. Accepter des pots-de-vin par exemple.

Il s’agit d’un jeu qui se déroule très rapidement. Votre journée débute à 9h et se termine à 18h. Chaque journée prend en temps réel environ 20 à 30 minutes. Par contre, il peut devenir redondant. À consommer à dose réduite. Il vous prendra entre 4 à 5 heures pour le boucler à moins d’une tragédie, mais vous pourrez toujours rembobiner la journée choisie pour ainsi mener à bien cette dernière. Le jeu est bourré de clichés de toute sorte et renferme de belles surprises.

Au chapitre du graphisme, on joue sur l’époque de la Nintendo et du 8-bit ou si vous préférez en Pixel Art. Même s’il peut en rebuter plus d’un, j’ai pu apercevoir suffisamment de détails pour être enchanter au final. Parfois, ça fait du bien de se replonger dans un jeu de ce style, de quoi rappeler un brin de nostalgie. Je n’ai pas vraiment vécu de bogues apparents, cependant, parfois les bulles de dialogues peuvent sembler illisibles, penser y jouer sur un grand écran ou rapprochez-vous de la TV c’est gratuit. J’y ai joué sur Xbox One, mais pour moi, la Nintendo Switch s’avérerait le choix de prédilection.

Côté sonore, on a droit aux mêmes pièces instrumentales encore et encore. Pas qu’elles ne sont pas intéressantes, mais après sept jours à entendre les mêmes, soit que l’on revoit le volume à la baisse ou on devient carrément indifférent. Le jeu ne contient aucun dialogue parlé, seulement écrit.

Au final, j’ai vécu une belle expérience. Pas parfaite certes, mais j’y ai vécu de bons moments. Pas une journée n’a passé sans que j’aille un fou rire. Pour le prix, il en vaut la peine. Par contre, il faut aimer le style. Le jeu est disponible sur PC, Nintendo Switch, PS4 et Xbox One, et mobile. J’ai reçu un code de la part de Evolve sur Xbox One pour en faire la critique. Je les remercie.

Cote FG: 7.5/10

Points positifs:

  • Le scénario intéressant avec quelques rebondissements.
  • Jouer une police, corrompue ou pas.
  • Le côté humoristique.
  • Les surprises inattendues.
  • Le graphisme en Pixel Art.

Points négatifs:

  • Quelques bogues.
  • Une mission boguée que l’on ne peut terminée.
  • Courte durée de vie.