(Test FG – Jeux vidéo) The Blackout Club

 
Nous avons tous déjà imaginer des choses étranges étant jeunes, des bêtes qui se promènent dans les bois derrière la maison, des extra-terrestres débarquant dans notre chambre pour nous amener loin de nos parents ou bien tout simplement des conspirations diaboliques que nous avons essayé de résoudre sans jamais y arriver. Nous avons tous eu des peurs et bien entendu le tout se passait toujours en pleine nuit, question de bien réveiller nos parents avec des cris horribles de frayeur. The Blackout Club nous ramène un peu dans notre peau lorsque nous étions plus jeunes, mais cette fois on nous offre la chance de résoudre tous ces mystères.

Dans The Blackout Club, vous êtes un gamin habitant une ville tranquille où des choses étranges s’y produisent la nuit. Un matin vous vous réveillez dans la forêt près de la ville, vous n’avez qu’un vague souvenir des événements mais une chose est certaine, les habitants changent et ne sont plus les mêmes. Vous embarquez donc dans un club qui veut mettre les choses au clair. Votre camp se trouve dans un vieux wagon d’une ligne de train désaffecté. D’autres jeunes comme vous s’y retrouvent et vous aiderons à l’aide de gadgets et d’armes qui ne feraient probablement pas dans la vraie vie mal à une mouche, mais nous y reviendrons.

002

Dès les premiers instants, on vous demande de jouer au jeu avec un casque d’écoute muni d’un microphone. On nous assure que l’expérience du jeu sera changée en conséquence. Pour ma part, je n’ai rien remarqué de différent et j’ai dû faire quelques recherches sur le web pour savoir exactement ce que cette option offrait au joueur. La réponse que j’y ai trouvé est étonnante et je me dois de garder le tout secret pour éviter de divulgâcher. Mais je répète que cette option ne donnera pas nécessairement une expérience unique au joueur mais je vous recommande tout de même de l’activer.

Le jeu se joue à la première personne comme un bon vieux jeu de tir et vous offre différentes armes et gadgets pour être en mesure de réaliser vos missions qui sont générés de façon aléatoire. Par moment, il vous faudra trouver un objet en particulier et le ramener à votre planque, d’autres fois ce ne sera que de retrouver une personne en particulier ou bien d’aller dans une maison X pour y photographier à l’aide de votre téléphone intelligent une preuve tangible. Disons que les concepteurs n’ont pas cherché bien loin les différentes missions possibles et ça devient beaucoup trop rapidement ennuyant. Surtout qu’au départ, il n’y a qu’une seule zone disponible dans la ville et que chacune des maisons se ressemble et qu’il semble que ce soit la même décoratrice d’intérieur qui les a décorées.

003

Chacune des missions est également fabriquer un peu de la même façon. Se rendre dans une maison tout en marchant tranquillement, sans bruits pour ne pas se faire repérer par les adultes du voisinage qui ne semble pas tous avoir leur tête. Entrer par la suite dans une maison pour y trouver un objet et se faire courir un peu après par ses habitants et trouver la fuite par des souterrains qui regorgent d’ennemis un peu plus puissant qui peuvent vous trainer par les pieds si vous vous faites attraper (D’ailleurs, un moment angoissant et amusant du jeu qui vous demande de vous libérer en attrapant un objet par terre et en déstabilisant celui qui vous traine). Par la suite il faut simplement répéter le même manège en se rendant un peu plus loin dans les souterrains. Ceux-ci semblent être la clé du secret dans tout ça, mais qui sait? Avant chacune de ces missions, on vous offre la possibilité de choisir et d’améliorer vos pouvoirs, car oui vous aurez certains pouvoirs qui vous permettront par exemple d’être moins bruyant, ou encore de voir plus loin ou de faire un peu plus de dégâts avec vos pièges. Vos gadgets peuvent aussi être modifiés ou changés pour s’adapter aux nouvelles situations que vous feront vivre les habitants de cet endroit plus qu’étrange. Les gadgets sont vraiment uniques et j’ai eu un malin plaisir à tendre certains pièges lors de mes parties.

Le jeu est clairement fait pour jouer jusqu’à quatre joueurs et le développeur le suggère fortement pour améliorer l’expérience. Dans ce mode, vous pouvez communiquer et avoir des gadgets différents et être ainsi un peu plus polyvalent dans votre combat contre les habitants. À certain moment dans le mode solo, j’aurais bien aimé être capable de changer de gadget ou d’arme pour m’adapter à la situation mais c’était impossible. Peut-être que d’offrir des bots contrôlables et interchangeables serait une option envisageable par QuestionGames pour les joueurs comme moi qui y ont joué principalement en mode solo? Car l’expérience solo n’est réellement pas représentative du potentiel du jeu et je trouve dommage d’y accorder une note plus basse dans cette optique.

004

Question ambiance et graphique, le jeu est sans être sublime un titre qui a un certain charme et une vibe année 80. Avec la mode des Strangers Things, il fallait bien que ce genre d’ambiance arrive dans un jeu d’horreur mais c’est tout à leur honneur car ils ont su exploiter le tout à merveille. Seul hic est la répétition des décors, des maisons et du manque de diversité déjà mentionné auparavant. La bande sonore est à la hauteur et viens agrémenter parfaitement le titre en vous donnant quelques battements de cœur à l’occasion.

The Blackout Club n’est pas un mauvais titre si l’on y joue de la façon dont il a été pensé, c’est-à-dire à quatre, mais pourquoi offrir un titre si monotone et ennuyant en solo alors? Pourquoi ne pas simplement le sortir comme un jeu obligatoirement multi-joueurs comme tant de titres en ligne? Le titre offre une belle jouabilité et des moments intéressants à plusieurs mais tombe réellement à plat seul. Ma note solo serait malheureusement un 5 sur 10 mais ma note finale sera quant à elle basé sur une expérience à plusieurs.

7.5/10

@jackgerms