(Test FG – Jeux vidéo) Remothered: Tormented Fathers – Nintendo Switch

 

Les jeux d’horreur ont toujours eu la cote lors de la période de Halloween.Cette année cependant, plusieurs jeux ont vu leur arrivée devancé pour peux-être éviter de tomber tous en même temps, ce qui est une bonne chose pour un gars comme moi qui adore l’horreur. Plusieurs style différents ont été exploités en passant par l’horreur humoristique avec Luigi’s Mansion 3, l’horreur plus pure et d’exploration avec Blair Witch en passant par l’horreur narratif de Man of Medan. Le titre testé lui nous amène dans l’horreur de survie et du jeu du chat et la souris. Un type d’horreur qui malheureusement viens moins me prendre par les tripes. Voilà mon avis sur Remothered: Tormented Fathers du studio indépendant Stormind Games

 

L’histoire commence par l’entrevue d’une vieille dame un peu mystérieuse, Madame Svenska qui raconte son récit, celui d’une femme ayant vécu dans le passé de mystérieux événements concernant un remède miracle permettant la régénération des tissus humains grâce aux papillons de nuit surnommés Moth. Le tout se bouscule rapidement pour transférer le récit sur le personnage que vous incarnerez durant l’aventure, le docteur Rosemary Reed qui vient enquêter sur la disparition étrange de Céleste Felton du richissime couple du même nom. Ce qui semble une simple investigation deviendra rapidement une chasse entre le chat et la souris dans un immense manoir.

Re2Tel un Resident Evil, vous vous baladerez à la 3ème personne dans un immense manoir à la recherche d’indices et d’objets qui serviront à résoudre les nombreux puzzles. Trouver une clé permettant d’ouvrir une porte ou bien une bobine à mettre sur la vieille machine à film pour faire progresser l’histoire. Les casse-têtes sont bien pensés et bien ficelés et chacun de ceux-ci, contrairement à bien des jeux, sont intelligents et surtout font du sens. Chacun des casse-têtes permet aussi de faire progresser l’histoire de bien des manières et il est facile de connaître la prochaine étape de notre périple dans ce si grand manoir rempli d’obstacles. Un peu partout se trouve aussi des lettres, photos ou bien enregistrements qui ajoutent de façon unique et surtout au bon moment des indices sur ce qui s’est passé ici auparavant.

Le problème de Remothered, c’est que dès le départ nous sommes plongés bien malgré nous dans une sorte de jeu de cache-cache qui ne tient pas la route. Un propriétaire un peu cinglé qui nous court(marche lentement) après et qui nous force à se cacher dans un garde-robe ou bien simplement en dessous d’un banc dans le corridor et ce environ 15 fois dans la première heure sans qu’il n’y ait de réel avancement au jeu m’a grandement ennuyé. De plus, pour s’en débarrasser, il vous faudra trouver des aiguilles ou autres objets pouvant l’entailler ou bien lui faire mal. Le problème c’est que tout ceci ne sert strictement à rien car ça ne fais aucunement progresser l’histoire et n’est la que pour vous stresser d’avantage. Oui je sais que c’est un jeu d’horreur, mais de devoir courir dans tous les sens, de vous faire attraper et de lui asséner des coups qui seraient probablement fatals au commun des mortels, et ce aussi souvent, et bien ça vient gâcher tout notre sentiment de progression au jeu et mets une ombre sur une histoire qui se tient et sur des casse-têtes logiques. De plus, lors de vos périodes de cachette sous un divan par exemple, il vous faudra réussir à maintenir un point rouge à l’intérieur d’un cercle, sans quoi votre respiration et vos battements de cœur augmenteront et vous feront découvrir par l’ennemi… Du n’importe quoi!

re3

Outre les mécaniques de jeu discutables, l’histoire est ici le gros point fort du jeu. D’ailleurs, les longues séquences d’animations viennent dans mon cas sauver le jeu et nous permet d’oublier les longues parties de cache-cache et arrive toujours aux bons moments pour nous les offrir comme une récompense à la suite de nombreuses frustrations. Séquences qui sont entièrement doublées avec une prestation exceptionnelle des acteurs derrière celles-ci. Sans trop vous divulgacher, disons que le jeu offre quelques bons rebondissements et que certains personnages que l’on croit de passage y sont pour beaucoup en bout de ligne. Je vous recommande fortement d’y jouer complètement simplement pour voir la finale du titre.

Si l’histoire vous donnera envie d’y jouer, c’est une toute autre paire de manche côté graphisme. Le jeu semble avoir été porté rapidement sur la Nintendo Switch et le visuel viens gâcher l’expérience du jeu. En mode portable, le texte est trop petit et il manque clairement de finition dans les textures et dans les petits détails par-ci et par-là. En fait, s’en est presque gênant pour le développeur à ce niveau. On me dira que la Nintendo Switch est moins forte et vous avez raison, cependant on nous a démontré dans le passé que de prendre le temps de bien développer rapporte niveau graphisme sur la Switch. Suffit de penser à un Mortal Kombat 11 ou bien encore mieux, Doom, qui fût porté de façon spectaculaire. Le port de Remothered est tout simplement un massacre du développeur et je pèse mes mots.

re4

Remothered : Tormented Fathers est un excellent titre à se procurer non pas sur switch mais sur le bon vieux PC ou également sur Ps4 et Xbox One. Une histoire digne d’une série télé qui effraie, qui surprend et qui nous fait avoir envie d’en savoir plus. Malheureusement, le port sur Nintendo Switch n’est tout simplement pas à la hauteur et aurais du être annulé ou reporté. Une tâche noir dans le cahier de notes du développeur.

6/10

 

Twitter : @jackgerms