(Test FG) Ritual: Crown of Horns

 
Jouer aux Cowboys et aux Indiens est un truc du passé (et politiquement incorrect), en 2019 les Cowboys se battent contre des Extraterrestres, ou des sorcières. Bienvenue aux USA en 18XX, un moment oublié de l’histoire ou un culte de fou portant des bois sur la tête tentent de contrôle le monde !!!

Ce qui n’était pas votre problème pour commencer le devient rapidement. Chasseur de prime, vous voilà à la recherche d’une sorcière. Une fois trouver, elle vous apprend que le gouvernement veut la tuer parce qu’elle connait la vérité sur le Culte des Horns. Un groupe auquel appartiendrais la moitié de la population, rien de moins. Elle tente d’exorciser le pays au complet, mais voilà, elle est vulnérable durant ses incantations. Les bizarres rappliquent, et vous voilà mort. La sorcière vous ramène donc à la vie, vous êtes maintenant tous les deux partenaires dans cette invraisemblable aventure. À la réception du jeu, deux choses m’ont attiré, le mélange cowboys et paranormal, que l’excellent jeu Hard West avait explorer. Puis, la mécanique de combat qui se base sur le modèle Twin Stick et horde. Le jeu est disponible sur Nintendo Switch et PC (la version testée).

Une bonne histoire bien ficelée.

L’histoire est bien faite, et sans narration, il en revient au joueur de lire le texte. Heureusement, il est possible de tout sauter, ce qui se révèle pratique puisque l’on recommence beaucoup. Plusieurs personnages sont amenés durant la partie, ils vous fourniront de nouvelles choses comme des pouvoirs, et des bonus matériels. Il sera aussi possible de rejouer plusieurs missions avec des défis, qui vous récompensent en panaches. La monnaie d’échange du jeu. Un chapeau qui donne plus de vie, des bottes qui augmentent vos munitions, bref vous voyez le portrait. Le jeu offre des tonnes de niveaux, il y a ici des heures de tortures à infliger au joueur le plus masochiste, car Ritual : Crown of Horns est un jeu difficile sans la possibilité de changer le niveau de difficulté (pour l’instant, le développeur a dit sur le forum qu’il considérait la chose). Le jeu ne permet pas d’apprendre, la position des ennemis comme dans Hotline Miami. Un jeu difficile, mais qui permet avec le temps de mémoriser les actions à faire.

Protéger la princesse… je veux dire la sorcière.

Malgré le fait que le décor change, la mécanique du jeu est toujours la même. Vous êtes dans une arène avec la sorcière au milieu. La plupart du temps, elle est barricadée dans une cabane. Votre travail consiste à empêcher les ennemis de casser les barricades et de tuer la sorcière. Pour cela, vous avez jusqu’à trois armes et trois sorts disponibles. Les armes offrent des avantages et des inconvénients qui leur sont propres. Ce qui est le plus important, c’est la mécanique de tir. Afin de faire le maximum de dommage et de tuer la plupart des « cosplayers » en un seul coup, vous devez attendre qu’une petite tête de mort apparaisse. Le deuxième aspect du jeu, et probablement le plus important, c’est de changer d’arme lorsque l’on a vidé le chargeur. Car les armes se rechargent automatiquement lorsque vous ne les utiliser pas. Chaque mort vous donne leurs âmes, ce que vous pouvez utiliser pour activer vos sorts.

Ne laissez pas les ennemis entrer dans la maison

Grosso modo, vous allez passer le jeu à tuer les mêmes ennemis durant votre voyage pour purifier les États-Unis D’Amérique. Il n’y a pas beaucoup de diversité. Le style Arène-Horde n’aide pas beaucoup, il y a des obstacles et des clôtures qui bloquent les ennemis, mais ça revient toujours à tourner en rond et tuer des ennemis pour retarder l’inévitable. Le troupeau qui perce vos défenses et entre dans votre cercle. Si la majorité des cervidés ne vous attaque pas, il y a d’autres types d’ennemis qui ont pour but de vous rendre la vie encore plus misérable. Surtout le maudit crapaud, du moins, c’est ce que je pense que c’est. La mécanique de tête de mort fonctionne correctement, ce qui fonctionne moins bien c’est la visée automatique que je vous suggère fortement de fermer dans les options. Dans ma vidéo de premières impressions, je joue avec la visée enclenchée, mais une fois celle-ci fermée, j’ai amélioré grandement mes performances. Le jeu suggère aussi de jouer avec une manette, quoique le clavier est supporté. Je suis ambivalent par rapport à ce choix, je pense que malgré tout, le clavier-souris est peut-être supérieur. Léger défaut dans le menu des sorts, chaque case devrait correspondre à des sélections 1,2,3, mais sur la manette, ce qui se passe entre le menu et la cartographie des boutons ne fait aucuns sens.

Votre base d’opération, avec magasins, carte, amélioration, etc.

Je voulais aimer ce jeu, surtout que j’avais adoré Hard West, un jeu sur le même thème. Je suis forcé de constater que le jeu n’est probablement pas pour moi et probablement pas pour une grande partie de l’électorat. Le manque de niveau de difficulté rend la chose difficile, et les défis sont encore plus difficiles, car certains vous demandent de faire des missions sans pertes de vie par exemple. Pour ceux qui aiment se fouetter avec des chaines, il y a ici tout ce qu’il faut pour vous faire utiliser votre « Safeword ». Ce n’est pas que c’est un mauvais jeu, c’est seulement qu’on aurait pu exploiter la mécanique de plusieurs façons différentes, ce qui aurait apporté un peu de changement au jeu. Car au début le jeu est très excitant. On se rend compte que l’on doit être vite, compter ses balles afin de changer d’arme de façon optimale, utiliser les roulantes afin de se déplacer rapidement. C’est juste qu’on répète la même chose des heures durant.

Vidéo de Premières Impressions

Page officielle

Page Steam

Page Nintendo

Points forts :

  • Mécanique de tir.
  • Histoire bien développée.
  • Beau style graphique durant les dialogues.
  • Musique rock.

Points faibles :

  • Courbe de difficulté exponentielle.
  • Les niveaux ne sont pas très beaux.
  • Difficile de décerner les obstacles des décors au sol.
  • Répétition de jouabilité et d’ennemis.

-Eric Chamberland

Twitter @chambee