(Test FG) Bloodroots

 
Alors que la plupart des sites boude encore un peu la scène indie dans les jeux vidéo, Facteur Geek les supporte depuis plusieurs années déjà et avec raison car de plus en plus de jeux indie se développent au Québec. Il faut dire que nous avons un talent incroyable dans notre belle province. Chaque année, un jeu de la scène indie québécoise me surprend. En 2018, ce fut Flinthook, en 2019 The Messenger et Sundered. Cette année n’est pas différente et Bloodroots arrive sur nos écrans et fait tout un massacre, dans le bon sens du terme bien entendu. Un univers déjanté où l’action est rapide et où une seule petite erreur met votre vie en péril.

C’est sous le thème d’une vengeance sanglante que Bloodroots prend ses racines. Mr.Wolf, venant de se faire presque massacrer veut obtenir la peau du quatuor qui l’a attaqué et laissé pour mort. Mais ce chemin ne sera pas facile car chacun de ceux-ci lui lanceront au visage d’innombrables ennemis, chacun ayant des caractéristiques différentes qui viendront élever d’un cran le niveau de difficulté déjà très présent dans ce titre incroyable de Paper Cult Games. Mr.Wolf devra trouver des moyens plutôt originaux pour penser même réussir à se faufiler jusqu’à chacun des quatre ennemis principaux.

B002

Mais quel moyen peut bien utiliser un être en recherche de vengeance? Hmmmm.. ah oui! n’importe quoi qui lui tombe sous la main! Que ce soit une planche de bois bien simple en passant par un énorme poisson passé date qui traîne ou en lançant tout bonnement un pot qui se fracassera sur le crâne de l’ennemi. Bloodroots offre une possibilité incroyable d’armes différentes pour vous permettre de rapidement anéantir les méchants en essayant de faire le plus grand combo possible pour accumuler des points. Et tout en étant très simple dans les actions disponible, le jeu reste très complexe et complet dans son exécution. Sauter, attaquer et enchaîner les combos le plus rapidement et précisément possible. Une seule erreur dans l’exécution et c’est la mort assuré. Mort qui un peu comme le jeu Céleste n’est pas punitive ou aléatoire. C’est une mort mérité par manque de précision ou simplement en ayant effectué le mauvais choix. C’est d’ailleurs le seul léger problème avec quelques endroits du jeu. Par moment, on semble nous obliger à faire les choses de la façon dont les développeur l’ont voulu en restreignant les possibilités de déplacement ou l’ordre choisi pour tuer les ennemis. Mais d’un autre côté, ce petit bémol peut aussi en fait être une qualité en obligeant le joueur à être parfait dans son exécution.

B003

Mais que dire de la direction artistique qui n’a rien, mais alors rien à envier aux plus grands jeux de ce monde. Le style farwest cartoonesque colle parfaitement et les couleurs rougeâtre style automnale ajoutent une profondeur visuelle à l’histoire de vengeance. Seul petit hic, il est parfois difficile de bien tomber sur une surface lors des phases un peu plus plate forme et qu’il faut sauter, par exemple d’un endroit à un autre sans tomber. Côté sonore, la musique suit l’action, des fois plus lente mais habituellement doté d’un rythme parfait qui nous crinque à 100% durant nos session de jeu et qui ajoute au côté alarmant et rapide de Bloodroots. Du point de vue scénario, il vous faut jouer en mode version québécoise qui offre fou rire par-dessus fou rire grâce aux si nombreuses expressions de notre patrimoine. Ça vient ajouter une saveur délicieuse et j’espère que nos amis européens n’hésiteront pas eux aussi à essayer cette version.

B004

Côté re-jouabilité, le titre nous offre plein de nouveaux costumes au fil de notre aventure que nous pourrons enfiler au campement avant d’aller essayer de nouveau les niveaux déjà passés. Ces chapeaux nous offriront diverses habiletés spéciales ou diverses façons de faire. Par exemple, le chapeau poisson qui viendra complètement changer nos contrôles et donc nous demander de se surpasser une fois de plus. Nos résultats étant comparés avec le reste du monde ou seulement avec nos amis, nous voudrons faire un pointage plus que raisonnable pour se hisser dans les meilleurs au monde ou du moins, être le meilleur Mr.Wolf parmi nos amis. Ceci-dit, j’espère que le scénario saura exploiter davantage dans de futurs contenus téléchargeables car celui-ci mérite une continuité car il est un pur plaisir.

Paper Cult Games nous offre un réel petit bijou avec Bloodroots. Une histoire à la John Wick québécoise (oui oui) qui fera tout pour obtenir la peau de ses ennemis en utilisant tout ce qui trouve sous la main dans un visuel qui hurle le sang de ses ennemis. Un petit chef-d’œuvre d’ici qui se doit d’être sur la liste de vos jeux de 2020.

9/10

Twitter : @jackgerms