(Test FG) Arcade Spirits

 
Les jeux de type nouvelle vidéoludique (visual novel) dans lesquelles contient une panacée de textes, ne sont pas les plus populaires. Pour ma part, je ne vois pas l’inconvénient de nombreux dialogues et interactions. C’est exactement ça Arcade Spirits. Voici mon test tout en… écrit.Le début:

Arcade Spirits est un jeu indépendant du studio Fiction Factory et publié par PQube sorti en 2019 sur PC et débarque maintenant sur Nintendo Switch. La console idéale pour apprécier ce style de jeu. Ce jeu place le protagoniste dans les années 80 où le fameux crash des jeux vidéo n’a jamais eu lieu, Atari aurait eu le temps de mener à bien leur jeu devenu culte pour de mauvaises raisons, E.T. Bien, oui une réalité alternative. Donc, le joueur, vous en occurrence découvrirez un monde dans lequel les salles d’arcade sont au summum de leur popularité et vous vous retrouverez avec un emploi en poche au Funplex. Okay, mais pourquoi le Funplex? Hé bien tout a débuté alors que vous venez tout juste de perdre votre emploi et sombrer dans une déprime. Dès lors, votre coloc du nom de Juniper ne fait ni une ni deux et vous déniche un travail via une application miracle pour trouver un boulot instantanément: IRIS. Y allant un peu à reculons, vous vous dites que tous les emplois sont bien après tout et après une entrevue sous fond de question, assez loufoque du genre: si vous étiez un dinosaure, lequel serait votre choix principal? C’est l’embauche suivie de votre quart de travail. Comme il s’agit d’un travail qui amène à rencontrer une panoplie de gens, trois hommes et trois femmes piqueront votre curiosité et deviendront même vos amis.

Des choix et des décisions:

Bon, ça c’est la prémisse de départ, mais avant tout, vous devrez créer votre personnage qui permet entre autres de personnaliser, le sexe, les vêtements, la couleur de peau, des cheveux et des yeux. Ce n’est pas si mal, mais l’aspect qui m’a intrigué c’est le choix que je devais faire sur la manière dont les autres non jouables s’adresseraient à moi, soit lui, elle ou neutre. De quoi offrir un type très inclusif. Les développeurs ont voulu offrir un jeu mettant l’accent sur les interactions et sur comment se déroule les relations personnelles voire amoureuses, car oui la drague est encouragée dans Arcade Spirits, et ce, avec le sexe de son choix, mais pas de scène de sexe explicite, ce qui plaira à une certaine personne chez Cyber-Aide.

Voir la vie en rose:

Le scénario est un mélange de calinours/licornes. Je veux dire que rien ni personne n’est mauvais. Le jeu se base sur des dialogues en quantité astronomique, ce qui amène à effectuer des choix qui ne mettront jamais fin à l’aventure ou vous placeront dans des situations négatives. En fait, tout est question d’égo et les autres personnages l’ont compris en y allant avec la formule: t’es beau, t’es fin, t’es capable. Cette forme de trip d’égo pousse à choisir avec quelle personne vous passerez du temps. Le jeu renferme plusieurs types de réponses selon comment vous vous sentirez par rapport à certaines situations sachant que chaque réponse correspond à une personnalité. Vous pourrez être gentil, neutre, perplexe, etc. Votre décision influencera la réaction de la personne devant vous. Chaque réponse donnée fera apparaître un symbole histoire d’orienter votre histoire vers la drague ou autre.

Je peux vous donner un conseil? Pensez toujours à orienter vos réponses en fonction de la personnalité de votre acolyte si vous voulez que son petit cœur batte pour vous. Par contre, si vous préférez un peu de défi, pensez à cacher les icônes de choix. Bonne chance pour réussir un match parfait. À tout moment, une option d’observer l’évolution des relations avec chaque personnage est permise.

Vingt heures qui passent vite:

Le jeu prendra environ un bon vingt heures. J’ai bien aimé passer de nombreux moments avec les différents personnages pour approfondir mes relations et ainsi viser la Valentine. Ça passe vite en bonne compagnie comme dirait l’autre. Cependant, tout n’est pas rose. Au chapitre des déceptions ou qui devrait être amélioré, il y a les dialogues un peu trop simples, un humour parfois trop forcé. D’ailleurs à moins de bien maîtriser l’anglais, il est parfois ardu de comprendre les blagues. Côté « Visual Novel » on a déjà vu mieux et on peut faire mieux.

Un style rétro:

Côté graphisme et ambiance sonore, c’est un hommage graphique au rétro et ses nombreux clins d’œil au monde vidéoludique. On est loin des clichés offerts habituellement pour ce type de jeu. La modélisation des personnages n’est clairement pas la force du jeu, mais c’est peut-être moi qui chipote un peu trop. De plus, l’émotion sur les visages passe du neutre… au neutre.

Shakespeare est heureux:

Le jeu est offert uniquement en version anglaise intégrale. Pour les dialogues, qu’à certaines occasions, on peut entendre un bout phrase, mais la plupart du temps tout est textuel. La musique se compose de pièces musicales électro-pop qui auraient pu voir se greffer un plus grand éventail.

En conclusion:

Au final, je suis très dubitatif quant à le recommander ou pas. Au prix de 25$, pour un style peu orthodoxe, peut-être attendre une baisse de prix. Malgré tout, j’ai bien apprécié mon expérience globale.

Cote FG: 7 dragues réussies/10

Points positifs:

  • Un scénario léger et positif.
  • Un style rétro bien réussi.
  • Des personnages attachants.
  • Une liberté dans les choix.

Points négatifs:

  • Dialogues un peu trop simplistes.
  • Direction artistique qui ne fera pas l’unanimité.
  • La musique s’oublie facilement.
  • En anglais seulement.

Fiche technique:

  • Développé par Fiction Factory.
  • Publié par PQube.
  • Jeu d’aventure de type nouvelle vidéoludique.
  • Mode solo seulement.
  • Offert en anglais uniquement.
  • Disponible sur PC, Nintendo Switch, PS4 et Xbox One. (testé sur Nintendo Switch)
  • Achat en version boîte et téléchargeable.
  • Site officiel: https://www.arcadespirits.com/