(Test FG) The Last Of Us: Part II

 
Enfin, après 7 ans de longue attente, elle est là. Oui, la suite tant attendue de l’excellent The Last Of Us est arrivée. Déjà, je ne vous ferai pas attendre, ouais, elle est meilleure que la première partie et non Naughty Dog n’a pas lésiné sur les efforts pour offrir un meilleur produit. Il y a certes, plusieurs similarités entre les deux jeux, mais quelques nouveautés bien senties. Voici mon compte-rendu final de cette grande aventure.

Une histoire racontée comme un film:

D’entrée de jeu, si vous n’avez pas joué au premier, je vous conseille fortement de le faire avant d’entamer celui-ci. Dès le départ Joel raconte la dernière scène tirée de la fin de la première partie à son frère Tommy. L’histoire reprend après les événements du premier opus et suite à ce préambule, le récit débute quatre ans plus tard dans la ville de Jackson dans laquelle Joel, Tommy et Ellie ont élu domicile. Ellie vieillit petit à petit, elle a pris beaucoup d’assurance et s’établit comme jeune adulte. La présence de Joel dans son entourage est encore bien présente. Ce dernier ayant perdu sa fille, il s’occupe d’Ellie comme si c’était la sienne et on le sent dès le départ du jeu. Un sentiment d’être protecteur l’habite. Leurs vies sont liées.

Cependant, un terrible incident vient frapper leur existence et Ellie doit se rendre à Seattle avec sa meilleure amie et copine Diana. Je n’en divulguerai pas plus par peur de gâcher votre expérience. À vous de découvrir ce qui s’est passé. J’ai trouvé que l’histoire était plus prenante et plus émotive que la première. Surtout dans les premières heures…

Un jeu qui se laisse raconter comme un film.

De l’exploration partout et toujours:

Comme dans le premier opus, il est fortement conseillé d’explorer chaque nouvelle zone, nouveau bâtiment, nouveau racoin dans le but de dénicher des items nécessaires… ou pas. Je pense ici à des notes manuscrites par certaines personnes mortes ou disparues, des cartes du même style que des cartes de sport, des clés, etc. De plus, une carte a été intégrée à l’inventaire ce qui permet de noter des endroits importants pour s’y rendre et indiquer quand ils ont été visités. Un peu comme dans Uncharted. C’est Naughty Dog après tout.

Bien oui, c’est bien une PS3.

Une histoire qui passe trop rapidement:

Le jeu même s’il est plus long en durée de vie que son prédécesseur ne renferme aucune longueur et ça passe beaucoup trop vite. Ce qui est un excellent signe. J’en aurais même pris plus, mais il faut savoir s’arrêter après tout. Les missions auquel j’ai pris part étaient diversifiées, mais quelques-unes s’avéraient un calque du premier. Je pense entre autres à la mission ou il faut trouver une source électrique et une autre de l’essence. Malgré qu’il s’agissait de missions intéressantes, j’avais l’impression de me retrouver dans le premier opus, surtout que je venais tout juste de le terminer avant de me lancer dans celui-ci. J’ai adoré également vivre dans les premières heures, une histoire en parallèle que je vous laisserez découvrir par vous-même. Ce fut très plaisant de jouer plus qu’un personnage. J’apprécie jouer en solo, mais lorsque je peux jouer les missions en coop ou à tout le moins accompagner d’un perso contrôler par l’intelligence artificielle, c’est encore mieux.

The Last Of Us, c’est une série de survie avant tout, mais surtout dans laquelle se développe les relations humaines et dans laquelle le joueur est appelé à vivre des moments tendres et parfois déchirants et c’est exactement ça que j’ai vécu tout au long de ma quête avec la seconde partie.

Une superbe vue.

Ajouts et similarités:

Dans cette section, je noterai les principaux ajouts et ce que les développeurs ont cru bon garder concernant les mécaniques de jeu. Tout d’abord, comme dans le premier opus, on peut changer de difficulté à tout moment dans l’onglet Options. Les niveaux présents sont très facile, facile, normale, difficile, survivant. Pour ma part, j’y ai joué en version normale et j’ai obtenu un bon défi. À ce niveau, il est plus aisé d’essayer de jouer furtivement en contournant les ennemis ou en les surprenant par-derrière. Sinon, un bon cocktail Molotov fait le travail. J’ai trouvé que les munitions étaient moins présentes que dans le premier.

En mettant le jeu sur pause, plusieurs choix s’offraient à moi: faire usage du mode Photo, jeter un coup d’oeil aux tutoriels, sauvegarder la partie et soit reprendre au dernier point de contrôle ou recommencer l’action. Les points de sauvegardes étaient très bien répartis et lors d’une mort, je reprenais ma partie à peu près au même endroit que j’étais décédé.

L’interface épurée.

À l’instar du premier volet, l’amélioration des capacités est permise, voire nécessaire, mais je devais trouver des manuels pour apprendre comment faire, ce qui est nouveau pour cet aspect. Les ateliers sont toujours présents pour améliorer les différentes armes. L’interface pour se guérir ou choisir son arme à été revampée et plus épurée. On s’y retrouve plus facilement.

Maintenant, le système de combat au corps au corps permet d’esquiver via un système de style action contextuelle. Il s’agit de trouver le bon rythme et ensuite c’est la contre-attaque. Les attaques ont aussi évolué. L’ajout de l’attaque éclair est génial. C’est-à-dire qu’en lançant un objet on déstabilise le temps d’un court instant l’ennemi, ensuite on le surprend avec une attaque rapide et ainsi on se donne le pouvoir de le maîtriser. Autre changement, on peut s’allonger au sol et dans certaines scènes, c’est obligatoire, plus ne seulement s’accroupir. On sent une réelle évolution dans les mécaniques de jeu et pour le reste, pourquoi changer ce qui fonctionne déjà bien. Tout comme The Last Of Us, ayez toujours une trousse de premiers soins avec vous, car la barre de vie ne se régénère pas d’elle- même.

Un menu retravaillé.

Dernier ajout que j’ai noté et celui-ci est fort pratique, c’est l’option écoute que j’ai utilisée à outrance dans le but d’écouter si des ennemis se trouvaient à proximité et ainsi préparer ma stratégie, à savoir si je devais attaquer de front, surprendre ma cible furtivement ou simplement me fondre dans le silence et passer mon chemin sans tracas.

L’atelier est de retour.

Des nouveaux ennemis:

Une nouvelle race d’infectés fait son entrée. Ces ennemis s’avèrent beaucoup plus rapides que les autres et adorent se cacher pour attaquer par surprise. À noter que la nouvelle fonction écoute ne permet pas de les détecter. De plus, un ennemi coriace prend place lui aussi et demeure l’infecté le plus difficile à terrasser. Ces derniers sont plus imposants que les autres et attaquent avec des bombes qui relâchent des spores et ça fait mal.

Un BBQ d’infectés.

Un graphisme vivant:

Le graphisme a grandement évolué entre cet opus et la version Remastered du premier The Last Of Us. Six ans quand même, l’engin graphique offre plus d’options, surtout en fin de vie de la console. Il y a eu le même procédé lors de la fin de vie de la PS3. Les images sont plus détaillées, plus d’expressions sur les visages, les effets d’ombre et lumières sont plus réalistes. Les villes sont mieux définies et les effets météo sont impressionnants. La PS4 on est à ses derniers milles et les jeux sont de plus en plus détaillé. Comme après une tempête de neige, les chevaux, Ellie et Dina avaient plein de neige sur eux. Un petit détail qui est bien apprécié. Dans les autres points positifs, il est à noter qu’il n’y a aucune transition entre les phases de jeu et les cinématiques. Le jeu comporte beaucoup d’interactions, comme jouer de la guitare, câliner un chien, la bataille de boules de neige, c’est ce que j’apprécie des jeux faits par Naughty Dog. On retrouve la même chose dans la série Uncharted. Les développeurs s’inspirent de leurs anciens jeux après tout.

Cependant, comme tout jeu ne sera jamais parfait, j’ai noté un point négatif. Les actions sont encore très scriptées. Un exemple: je devais attendre que Dina ouvre un passage, alors lorsque celui-ci l’est devenu, j’ai voulu passer en premier, mais je ne pouvais pas, car c’est Dina qui devait s’exécuter en premier. Je n’ai pu y jouer en version PS4 Pro, mais je n’ai pas vécu de baisse du taux d’images sur ma PS4.

Un des items à trouver.

Immersion vocale:

Comme mentionnée plus haut, chaque personnage possède ses propres émotions et ça se ressent dans les dialogues. D’ailleurs, j’ai adoré le grand côté immersif du jeu avec les nombreuses lignes de dialogue entre les persos. Portez attention, car chaque personnage présent soit dans les villes ou autre a quelque chose à dire. J’ai grandement apprécié que lors de certaines phases de dialogue entre Joel et Ellie ou Ellie et Diana par exemple, je pouvais continuer de faire d’autres actions contrairement à Gears Of War dans lequel il faut attendre que la scène soit terminée avant de reprendre le jeu. Un autre bel ajout immersif. Le jeu est offert en version intégrale anglaise et française et le doublage est parfait. Les acteurs semblent vraiment vivre l’action reproduite à l’écran.

Magnifique paysage bucolique.

Pour conclure:

Sony à ce don de sortir des exclusivités originales et aucune autre compagnie ne peut les approcher à ce point. The Last Of Us en est un excellent exemple et cette deuxième partie davantage. Le jeu est encore meilleur que le premier et j’ai déjà hâte à la troisième partie… s’il y a une prochaine partie évidemment? On gage? Alors, comme vous l’avez compris, je le recommande très haut la manette.

Cote FG: 9.8/10 (presque parfait)

Merci à ZoneFranche pour l’obtention d’une copie du jeu dans le but d’en faire la critique. 

Points positifs:

  • Une histoire incroyable.
  • Les nombreuses nouveautés.
  • Une jouabilité retravaillée.
  • Le combat corps à corps.
  • Le graphisme impressionnant.
  • Une immersion totale.
  • Le jeu des acteurs maîtrisé.

Points négatifs:

  • Quelques missions calquées sur le premier opus.
  • Encore des scènes scriptées.

Fiche technique:

  • Développé par Naughty Dog.
  • Publié par Sony.
  • Jeu d’action/aventure/survie.
  • Mode solo seulement.
  • Disponible sur PS4 en exclusivité.
  • Offert en version intégrale anglaise et française.
  • Site officiel: https://www.thelastofus.playstation.com/