(Test FG) Seven Doors

 
Il semble que je sois dans une phase de jeu casse-tête ici à Facteur Geek. Cette semaine, je vous parle de Seven Doors, un jeu de de type Escape Room dans lequel on doit s’échapper d’une pièce avec des objets donnés.Tout comme le jeu, cette critique va être courte. Très courte. Seven Doors se joue à la première personne, vous devez entrer dans une pièce qui se verrouille alors derrière vous. Ensuite il ne vous reste plus qu’à déduire les actions à faire et les objets à utiliser afin d’obtenir un crâne qui ouvre la porte donnant à la salle suivante. Si plusieurs jeux du genre réutilisent les mêmes mécaniques, Seven Doors propose 7 concepts différents. La première pièce nous offre comme seul objet un pistolet, la deuxième consiste à décoder des énigmes afin de trouver les bons objets. Une autre demande de faire un parcours sans se faire décapiter, etc.

La première pièce peut se résoudre en moins de 30 secondes.

La première chose que l’on constate, c’est que nous ne sommes pas aux commandes de Faith dans Mirror’s Edge. Notre personnage, même en mode course, ne donnerait pas de mal à un escargot. C’est surtout un problème dans la pièce qui demande de la dextérité. Deuxième chose qui nous saute en pleine face : Les graphismes sont dignes de Myst sorti en 1993. Finalement puisque le développeur à tout mit son énergie dans les belles peintures de la 4e salle, il ne reste pas grand-chose pour le son. Résultat : quand notre personnage meurt, on se demande s’il ne s’est pas plutôt cogné un orteil.

Une préférée, celle qui nécessite dextérité et résonnement.

Bon vous aller me dire que je ne vous vends pas très bien la chose, alors je vais vous dire ce que le jeu fait bien : Les énigmes, le point principal du jeu, sont très bien balancés. Elles vous feront penser un peu, mais pas assez pour vous pousser à chercher les solutions sur internet. Le gros défaut c’est que sept casse-têtes, c’est très court même avec un prix de vente sous les 5$ durant le Steam Summer Sale. Ma durée de jeu est de 110 minutes. Ce qui veut dire que vous pouvez acheter le jeu, le terminer et le retourner avant d’avoir atteint la limite de deux heures de Steam pour un remboursement!

On arrive enfin à des trucs intéressants quand le jeu est presque fini.

Je souhaite fortement du contenu supplémentaire, ou la sortie de « Forty-two Doors » afin de rajouter un peu de viande autour de cet os un peu maigrichon. Attendez une vente de feu à un dollar pour passer le temps un après-midi pluvieux.

Page Steam

Page officielle

Points forts:

  • Puzzles intéressants.

Points faibles:

  • Durée de jeu.
  • Graphisme.
  • Son.
  • Rapport qualité/prix.

-Eric Chamberland

Twitter @chambee