(Test FG) Necrobarista

 
Le débat fait toujours rage lorsque l’on parle de jeu de style Visual Novel (roman animé). Est-ce ce que ce sont des jeux? Des livres dont vous êtes le héros? Une aberration littéraire? Chose certaine, le genre ratisse large. De simple lecture à ceux qui nécessitent des prises de décision et parfois même des combats, le style va dans tous les sens. Cette semaine, je vous parle de Necrobarista, une lecture qui pourrait vous intéresser.Dans un jeu régulier, l’histoire peut être maigre, mais ça n’empêche en rien le gameplay d’être génial et de nous fournir un excellent jeu. Puisqu’avec Necrobarista l’histoire c’est 99.9% du contenu, si la prémisse vous laisse froide, pas besoin de continuer à lire plus loin que le résumé ci-dessous.

Les mots on quelques fois un définition différente quand on est mort.

Necrobarista c’est l’histoire d’un café, où les vivants et les morts viennent prendre une tasse. Dans le cas des vivants il s’agit de leur dose de caféine quotidienne, dans le cas des morts, c’est pour passer leurs dernières 24 heures sur terre avec de passer dans l’autre monde. Si la majorité des vivants ne peuvent pas voir de fantômes, ce n’est pas le cas de Maddy et son équipe. Maddy, Chay et Ashley, parle et interagit avec eux. L’introduction semble laisser présager que plus loin dans le jeu Maddy tente de fabriquer une machine à réanimer les morts puis, l’histoire commence avec l’arrivée de Kishan un nouveau mort. Tout au long de la lecture, on découvre les personnages, ce qu’ils font là, leurs ambitions, mais surtout leurs secrets et le puissant conseil de la mort qui régit de façon stricte la balance entre la vie et la mort.

le café est le seul lieu du jeu, mais on nous donne accès à de nouvelles pièces au fur et à mesure que l’histoire avance.

L’introduction c’est-à-dire la partie qui nous mène vers nos premiers choix dure environ 90 minutes. Puis la seule mécanique du jeu embarque. Durant la lecture, certains mots sont soulignés. Il est alors possible de les cliquer pour en avoir une « définition ». À la fin du chapitre, tous ces mots-clés réapparaissent et vous devez alors en choisir 7. Chaque mot révèle alors une icône qui est associée à un personnage un lieu ou une partie de l’histoire. Ces icônes servent à débarrer des souvenirs qui approfondissent l’histoire. Soit en poursuivant une discussion, soit en explorant d’autres moments de la « vie » des personnages. Il n’est pas nécessaire de débloquer ces souvenirs pour finir l’histoire principale, mais puisque le but ici est de lire un roman je vois mal comment un « joueur » voudrait passer par-dessus tout le contenu.

Difficile de prédire si on a fait les bons choix

L’esthétique Anime japonaise et les expressions faciales enfantines qui lui sont associées ne sont pas ma tasse de thé habituellement. Ici cependant, pas de fillettes avec des oreilles de chats qui combattent des monstres inter dimensionnel. Le ton de l’histoire n’est pas léger, outre le thème de la mort qui est déjà assez lourde, on parle de responsabilité, de dette, de gestion d’un commerce, d’adolescents qui boivent de l’alcool de relations sexuelles, etc. le tout est relativement bien écrit et ne tombe pas dans les clichés habituels des livres Jeune Adulte (une catégorie que je déteste). La lecture nécessite un constant piochage du bouton ENTER afin de poursuivre. Outre cela, entre les chapitres il est possible de se promener à la première personne afin d’explorer le café pour voir les souvenirs qui sont disséminés un peu partout.

Le menu aide nous aide à gardez la trace de nos souvenirs.

Côté négatif, je me serais passé des trois robots qui n’amènent pas grand-chose à l’histoire. Leur seule utilité semble d’être là pour résumer de façon comique le chapitre qui vient de se finir. La musique manque terriblement de variation, on a l’impression d’écouter les mêmes deux musiques en boucle. De plus la séquence musicale ne suit pas toujours le ton narratif. On est en train de lire un truc assez dépressif quand la musique change subitement pour un truc hop la vie. Coïncidence, c’est la même musique qui joue durant la séquence avec les robots.

L’arrivé de Ned change tout, c’est le personnage qui créer les plus grandes réactions chez les autres.

Donc si le thème de la mort et du passage vers l’au-delà vous intéresse je le recommande, mais il ne faut pas s’attendre à un truc interactif avec des choix et des embranchements dans l’histoire. Le prix est en revanche un peu élevé pour les six heures (environ) de lecture.

Points forts :

  • L’histoire est intéressante, ça tombe bien il n’y a que ça.
  • Le style visuel en mouvement.
  • Les thèmes abordés.

Points faibles :

  • La bande sonore répétitive.
  • Le prix.
  • Quand le jeu tombe dans les clichés Anime japonais.

-Eric Chamberland

Twitter @chambee