(Test FG) Dysmantle

 
Je ne compte plus les jeux de survie en Access Anticipé que j’ai testé pour le compte de Facteur Geek. La moitié de ceux-ci ont pour thème l’apocalypse et les zombies. Alors la première chose que je me demande en jouant à Dysmantle c’est : « Qu’est-ce que ce jeu apporte que je n’ai pas déjà essayé? »

l’apocalypse c’est stressant, alors pour relaxer on jardine.

Conçu un peu plus comme un jeu d’aventure qu’un jeu dans un monde ouvert, Dysmantle commence avec notre personnage qui doit quitter son bunker par manque de nourriture. Contrairement à d’autres jeux postapocalyptiques, l’ile de Dysmantle n’est pas en décrépitude. Les maisons sont couvertes de feuillage, mais grosso modo, tout est encore en bonne forme. C’est ici que commence votre quête un peu ironique de tout briser afin de ramasser des matériaux. Exemple frappant : on doit attendre le niveau onze pour fabriquer un sac de couchage avec des rebuts, alors qu’il y a des lits intacts dans chaque maison! Je pourrais vous faire une liste bien plus longue, mais vous comprenez qu’on doit laisser la logique en dehors du jeu. Contrairement à la plupart des jeux qui vous montrent comment fabriquer une hache avec un bâton et une roche et vous laissent ensuite seul pour découvrir le reste, Dysmantle ne vous abandonne jamais. Chaque étape est une mission, avec des objectifs clairs et les recettes sont facile à suivre. Il est aussi possible de mettre à l’écran les recettes et les listes de matériaux des éléments que vous voulez construire ou améliorer. S’il est impossible de briser une toilette pour collecter la céramique au début, améliorer votre pied-de-biche (une autre absurdité du genre) vous permettra de passer au travers de n’importe quoi avec le temps.

Les mini-jeux dans les tombes aident à sortir de la routine, sauf quand on est coincé.

La première chose à faire consiste à sortir de notre quartier barricadé, afin de rejoindre la zone d’évacuation. Une fois sorti, un immense monde s’offre à nous. Afin de ne pas trop avoir à marcher, il est important de trouver des feux de camp. Le feu de camp est notre point de sauvegarde, mais aussi de recharge pour tous les éléments qui dépérissent. Allez au feu de camp permet de fabriquer des objets, régénère votre vie et renouvèle votre inventaire de projectile sans avoir à fabriquer quoique que se soit… Cool non? Il y a bien sûr une attrape : Les Zombies tués reviennent à la vie et vous devrez refaire les combats pour explorer plus loin. Le truc est d’avancer un peut afin d’enlever les ennemis, remplir sont sac à dos et revenir au camp pour mettre le tout dans le coffre. De cette façon les ennemis ne réapparaissent pas et il est possible de ramasser une grande quantité de matériel sans se battre à chaque fois.

Il ne manque pas de chose à faire dans ce jeu.

Graphiquement le jeu est superbe, la mécanique fonctionne assez bien sauf peut-être le lancer de couteau. Le style visuel pourrait le mettre dans la catégorie : « inspiré de Fortnite » (c’est la mode faut croire) est très coloré et rempli de détail. On est à des années-lumière du brun de Fallout. Côté jouabilité, le jeu est très avancé pour un Accès anticipé. On a droit à un produit presque fini. Je n’ai pas pu explorer toute l’île, ou m’en échapper, durant les 6h de jeu, mais il y a assez de variété pour vous tenir éveillé durant de longues heures. Les conséquences minimales de la mort, aide beaucoup à progresser, car on ne perd rien sinon le contenu de notre sac à dos. De plus, l’évasion de l’ile n’est pas la seule ligne directrice, puisqu’on commence rapidement à trouver des monolithes, tombes, plantes mutantes et transmissions radio, qui nous lancent sur une quête pour découvrir la vérité sur l’arrivée des zombies.

Truc gratuit: Les zombies sont incapables d’ouvrir les portes.

À qui s’adresse ce millième jeu de Survial-Zombie-en-Early-Access sur Steam? Probablement pas à ceux qui aiment les trucs très poussés avec de la rareté et une progression lente. Pas non plus pour ceux qui aiment taper des zombies en grande quantité comme dans un jeu d’action. Sur une échelle Pré coronavirus à apocalypse, je dirais qu’on est entre les deux. Le combat ne devient jamais assez intéressant ou facile pour en faire un intérêt, mais le bricolage n’est pas trop lourd d’exécution. Le flot assez régulier de nouveautés, que ce soit du matériel, nouveaux ennemis, ou nouvelles zones, garde le truc frais et intéressant. Il y a assez de choses à faire en ce moment que je peux le recommander pour ceux qui s’y intéressent. Le jeu n’est pas trop cher non plus à 22$.

Page officielle

Page Steam (sera aussi disponible sur toute les consoles)

Points forts :
• C’est joli
• Différent des FPS habituels avec la vue isométrique.
• Mécaniques accessibles.

Points faibles :
• C’est un autre jeu de survie dans l’océan de jeux de survie.
• Le jeu pourrais être orienté plus vers l’aventure et moins vers la collection d’items