(Test FG) Project Triangle Strategy (démo)

 
Dévoilé lors du dernier épisode de la série Nintendo Direct, un des prochains projets chez Square Enix, Project Triangle Strategy (nom de code, pas encore définitif), a vraiment piqué ma curiosité. Donc, à la fin de la présentation, lorsque fut annoncé qu’une démo était déjà en ligne pour en avoir un avant-goût, surtout que le jeu ne devrait pas être disponible avant 2022, j’ai sauté sur l’occasion. Je vous livre maintenant mon compte-rendu.

D’entrée de jeu, c’est quoi ça Project Triangle Strategy? Il s’agit d’un jeu de rôle tactique gracieuseté de la part de ArtDink en collaboration avec Square Enix qui s’apparente aux jeux Final Fantasy Tactics pour la jouabilité et Octopath Traveler pour le graphisme.

Pouvoir et trahison:

La démo comme le début l’indique est prise hors contexte, c’est normal si on ne comprend pas grand-chose à l’histoire, car la démo prend place alors que les personnages sont au niveau 6. Ça m’a pris environ 3 à 4 heures pour en voir la fin. J’ai bien aimé pouvoir sauvegarder lors de la démo, car j’y ai joué durant mon temps de transport pour me rendre au boulot, alors pour ça merci aux développeurs. Ce que j’ai pu comprendre, c’est que le scénario sera hautement axé sur la politique, le pouvoir, les magouilles ainsi que la trahison. C’est donc que mon aventure débuta alors qu’un coup d’état se dessine dans le but de plonger le Royaume de Norzélia dans le chaos. Une des capitales du Royaume, en occurrence, Glenbrook, tombe sous le joug des forces rivales. Lorsque je parlais de trahison, voici un excellent exemple: le renversement devient succès grâce à de fausses accusations portées contre le souverain qui n’a eu d’autres choix que de renoncer à ses fonctions face à la supériorité militaire de son assaillant. Ayant réussi à s’échapper avec sa garde personnelle, le prince Rolland voudra venger cet affront fait à son père.

C’est peu, car sans le début de l’histoire, il n’est pas évident d’être certain de la garantie d’une bonne trame scénaristique et s’immerger totalement dedans. Par contre, il faut se le dire, le tout promet grandement. Le récit semble bien ficelé et les dialogues entre les divers protagonistes attestent de la grande qualité des auteurs. L’univers présenté m’a paru très riche avec tous les enjeux exposés dans ce court extrait du jeu. Du texte, il y en a encore, encore, encore et encore. Alors, si vous n’aimez pas lire, ce jeu n’est clairement pas pour vous. Sachant qu’au départ de démo, j’avais 12 membres dans mon escouade, il est clair qu’il y aura de longues séances de converses, ce qui n’est pas plus mal pour ceux aimant ce type, dont je fais partie. J’aime me faire raconter une histoire, mais il faut que j’en prenne part et c’est le cas ici. Où j’ai remarqué un manque, c’est l’absence d’expressions multiples du visage des personnages. Le jeu à l’instar d’un roman visuel vidéoludique par exemple aurait gagné grandement en intensité. Surtout, lors des phases de dialogues plus émotionnels.

Visuellement impressionnant:

Ce manque est rattrapé par une direction artistique aussi sublime que celle présentée dans le jeu Octopath Traveler. Le graphisme s’apparente à de la 2D en haute définition avec un style Pixel Art. Les décors sont fort plaisants pour l’œil. Par exemple, lors d’une phase de combat sur le pont, je me suis surpris à observer ce qui m’entourait et c’était vraiment magnifique. Un magnifique coucher de soleil avec reflets sur l’eau… du bonbon visuel. La caméra choisie pour le jeu semble être la vue isométrique et c’est parfait ainsi. Avec les effets de profondeur, le choix de la caméra s’avère une excellente décision. Cependant, la lisibilité des dialogues se retrouve parfois perturbée un champ de vision quelque peu éloigné. Une option pour agrandir les textes serait la bienvenue lorsque le jeu entier sera disponible. Il en était de même pour certaines cases durant la bataille qui devenaient difficile à décoder dû aux différents ombrages présents. Certes, c’est un détail un peu déplaisant, mais bon, comme le jeu offre tout le loisir de parfaire sa stratégie avant et durant les combats, ce n’est pas aussi pire que l’on pourrait le croire. Autre irritant, facilement corrigible avant la sortie finale, à quelques occasions, j’ai vécu des épisodes de chutes du taux de fréquence de l’image. Cette situation se produisait surtout durant les combats.

Combats, stratégies, tactiques:

Si le graphisme s’apparente vraiment à Octopath Traveler, Project Triangle Strategy est totalement à l’opposé du premier nommé. En effet, Octopath Traveler se basait sur un système traditionnel de JDRJ, tandis que pour PTS, c’est du combat tactique dans la plus pure tradition. Les affrontements prennent place sur un damier et un peu comme Xcom, chaque attaque à un certain pourcentage de réussite ou d’échec. Avant le combat, il faut réfléchir et bien positionner ses troupes, c’est primordial. J’ai été conquis par la rigidité des combats et leur efficacité. Vous avez aimé Final Fantasy Tactics? Alors, vous adorerez celui-ci. Chaque personnage bouge indépendamment des autres et à tour de rôle. Il est alors impossible de déplacer l’unité de son choix comme bon nous semble. Deux petits conseils qui m’ont bien réussi: privilégier les attaques en hauteur qui permettent de prendre l’ascendant sur les assaillants et tenter d’encercler les ennemis, ce qui vous procurera des attaques combinées en duo.

J’ai vraiment apprécié le fait que chaque héros possède son propre arsenal de capacités et diffère des autres. Ce qui donne comme résultante une diversité de combats. Le côté redondant disparaît avec cet aspect. Encore là, je reviens encore, mais c’est primordial, connaissant les attributs de chacun, je pouvais beaucoup mieux évaluer les attaques et parfaire mes stratégies de placement. Autre chose à retenir, chaque combattant à un rôle à jouer. Donc, pas question d’utiliser un guérisseur autre que pour cette fonction. Dans le cas contraire, votre personnage se ferait démolir. J’en ai fait l’expérience. Durant les combats, chaque combattant débloquera des compétences distinctes à son rôle et l’acquisition se fera via des points d’aptitudes au nombre d’un par tour. Prenez note que les attaques les plus puissantes coûtent 3 points de PA. Il était assez satisfaisant de lancer une attaque groupée après avoir planifié le tout durant trois tours. Je tiens à préciser que ce n’est pas en trois ou quatre heures que j’ai pu tester toute l’étendue des mécaniques de jeu. J’imagine que Square Enix n’a pas tout dévoilé et que des surprises attendent encore les joueurs.

Je voudrais souligner un dernier point quant au système mis en place. Le premier combat faisait office de didacticiel, sans gros éclat. Cependant, lors du second, plus d’options étaient offertes comme des pièges activables qui m’ont permis de décimer les lignes ennemies. Une belle option franchement bien pensée.

Infos et enquêtes:

Même si le combat prend une large part du jeu, il n’y a pas que ça à faire comme activité. J’ai eu quelques phases d’investigations ainsi que de la collecte d’items et d’informations. Dans les deux séquences offertes, j’ai pu récolter de l’information et passer à la loupe mon environnement. Ne pensez pas que cette phase devient banale, bien au contraire. Cette recherche peut devenir décisive sur le cours suivant de l’aventure. De plus, j’ai dû effectuer des choix déchirants comme par exemple: est-ce que je devais livrer le Prince Rolland aux autorités pour faire baisser la pression face aux menaces ou si je devais continuer la guerre. De plus, et ça j’ai adoré, je n’étais pas le seul à devoir ce type de choix, toute l’équipe y passait. Chacun avait son avis bien arrêté. Donc, j’ai dû utiliser mon charisme pour faire pencher la balance de mon côté. Comment? En choisissant les bons arguments pour convaincre les derniers indécis et ainsi les rejoindre à ma cause. C’est là que la collecte d’informations est entrée en jeu, cette dernière est venue appuyer mes propos. Après tout ce préambule et négociation s’en est suivi le vote du collectif dans le but de déterminer la marche à suivre pour la suite des événements. C’est à ce moment que j’ai pu comprendre si j’avais ou non réussi à convaincre la majorité. Une autre excellente idée qui m’a permis de m’immerger dans l’histoire. Au final, y’avait-il une bonne solution après tout? À vous de le découvrir…

J’espère sincèrement que les développeurs pousseront cette option encore plus loin en offrant des choix qui auront des répercussions plus tard dans l’histoire.

Dialogues et musiques:

Au niveau des dialogues, le jeu est offert en anglais avec sous-titres et menus en français. Le doublage est bien, mais pourrait être mieux. Pour ce qui est des pièces musicales, elles sont superbes et on sent l’empreinte de Square Enix. Tout est instrumentalisé et c’est tant mieux. L’ambiance est bonne, sans être inoubliable.

En conclusion:

Bien que ça reste une démo et qu’il faut demeurer prudent, je me dois de vous dire que j’ai adoré mon expérience globale malgré quelques irritants qui peuvent facilement être corrigés. J’ai très hâte de mettre la manette sur ce jeu. L’attente sera longue.