(Test FG) Summer Catchers

 
Imaginez une petite fille rencontrant un loup relaxant à son chalet dans une forêt sous la neige qui le confond en l’appelant « drôle d’ours”. Mais encore mieux lorsqu’elle lui exprime le désir de quitter cette forêt pour aller vers un endroit plus chaud, et bien celui-ci lui prépare un traîneau pour voyager rien de moins. C’est ainsi que commence notre histoire avec la petite fille qui veut aller vers l’été. Le jeu Summer Catchers est un coquet petit jeu sur la Switch de style dessins pixelisé. Tout au long des aventures de la petite fille, les conversations qu’a celle-ci avec plusieurs autres personnages façonne son histoire dans les différents décors que vous traverserez avec elle et le ton naïf des conversations est l’une des choses qui m’a le plus charmé de ce jeu.

Sous l’apparence d’un jeu pixelisé à l’ancienne, vous conduisez un traîneau (et d’autres véhicules simple) de multiples fois à travers chacune des forêts pour accumuler des pièces (champignons?) pour acheter les items qui vous permettront de sauter, protéger, voler et plein d’autres actions variés avec votre véhicule. Dans les chalet qui font aussi office de boutiques à chaque endroit visité, il y a aussi des nouveaux vêtements colorés et des traîneaux en tout genre vous faisant évoluer pour affronter les obstacles sur votre chemin.

Sur le plan horizontal vous prenez le chemin et utilisez chacun de vos items pour accumuler le plus de champignons. Pour se rendre dans la prochaine forêt, il faudra remplir toutes les missions qui seront devant chacun des chalets. Au fur et à mesure que l’on avance, un carnet de voyage se remplit et vous pourrez transmettre des lettres au drôle de loup pour l’informer de vos rencontres.

Les conversations de la petite fille avec les autres personnages sont plutôt amusantes et empreintes d’une belle naïveté. À toutes les fois que le toboggan ou véhicule est détruit et qu’elle se retrouve sur le sol elle exprime son sort en variant ses répliques amusantes.

Les décors pixelisés sont remplis de couleurs et de détails qui nous font oublier quelque peu la simplicité du jeu lui-même où, à répétition, l’on tente de remplir chacune des missions (ou de fuir sur une longueur fixe, un étrange yéti). Le déroulement se passe toutefois bien rapidement sur l’écran de la console, surtout sur celui d’une Switch où les obstacles et objectifs passent bien trop vite à l’écran dans le mode normal.

Sommes toutes, le jeu permet de jouer rapidement des partie qui n’implique pas de se battre ou d’explorer des donjons mais juste de glisser sur des terrains varié rempli d’embûches qui testera votre temps de réaction mais sans pour autant vous pénaliser en offrant l’option de régler le niveau de difficulté. La mécanique répétitive du jeu pourrait ne pas plaire à certains mais ce qui, à mon avis, rend des plus intéressants ce jeu, ce sont les conversations que la petite fille a avec les animaux qui croisent son chemin et son désir de se rendre vers un endroit chaud en passant devant des décors bien dessinés et variés.

Je lui accorde une note de 7/10, le graphisme est intéressant, mais la mécanique répétitive générée aléatoirement de glisser et accumuler des items n’est pas très originale mais reste toutefois convenable pour expérience de jeu agréable. Si ce n’était des conversations qui rendent le personnage attachant le jeu serait très creux et répétitif.

Le jeu est disponible sur Steam, boutique Apple MAC, Nintendo Switch, Apple App et Google Play.