(Test FG) Outriders

 
Jouer à une démo peut devenir un couteau à deux tranchants. D’un côté, on peut être déçu par l’expérience vécue, ce qui en résultera de passer à côté lors de la sortie finale et de l’autre, elle créera un engouement et poussera les ventes positivement. C’est exactement le cas de la démo du jeu Outriders, dans mon cas, j’ai eu beaucoup de plaisir en y jouant et c’était clair que c’était un achat à sa sortie. Donc, après la sortie officielle du jeu, voici le compte-rendu de mon expérience. Outriders est un jeu de tir à la troisième personne/jeu de rôle développé par People Can Fly et publié par Square Enix. Il puise son inspiration dans certains jeux comme Bulletstorm, Destiny ou Gears Of War.

La Terre mal en point:

Le scénario met en scène notre planète qui ne semble plus vraiment habitable. Donc, nous devons partir explorer l’espace dans le but de coloniser une autre planète et d’y exporter les humains vers une zone propice au renouveau de notre race. Arrivé sur ladite planète, on se rend vite compte qu’elle semble très hostile, en occurrence des tempêtes électromagnétiques nommées les Anomalies qui empêchent d’y installer toute technologie. Dès lors, sans technologie sur lesquels compter et face à une faune et une flore ayant évolué et ayant comme but de nous combattre, la colonisation se transforme très rapidement en une guerre sans merci pour s’approprier les dernières ressources disponibles. Donc, après ce court préambule, je me retrouve dans la peau d’un Outrider qui se réveille après une phase de 30 ans de cryostase après que l’homme est foulé ses premiers pas sur cette nouvelle zone. Par contre, après cette longue phase de congélation, déjà j’étais un Outrider, mais également un Altéré, un être capable d’utiliser des capacités spéciales en temps de combat et surtout capable de se soigner.

L’histoire qui évolue dans un type science-fiction pourrait faire office de film et il m’a fallu que quelques minutes pour m’y plonger à fond. Les développeurs ont réussi à m’embarquer dès le départ avec certains éléments d’immersion comme un quartier général qui n’est pas sans rappelé la Citadelle dans Mass Effect ou Fort Tarsis dans Anthem, donc une zone vivante ainsi que la multitude de dialogues entre les différents habitants. De ce que j’ai compris, la démo prenait place dès le début et offrait une bonne quantité d’heures de jeu, ce qui m’a permis de m’y plonger et de me faire une bonne idée. Depuis la sortie entière du jeu, mon ressenti fut corroboré par mes longues heures de jeu.

Classes et capacités:

Dès le départ, j’ai dû créer mon personnage que ce soit féminin ou masculin avec quelques options, mais sans plus. La première partie du jeu s’est fait en deux temps, l’installation du contexte du scénario et en second temps, montrer les différentes mécaniques de jeu qui s’inspirent grandement des jeux comme Gears Of War et Destiny. Dès le départ, j’ai pu voir les différents éléments liés au type jeu de rôle en offrant la jouabilité de jeu tir à la troisième personne. D’ailleurs, le jeu repose entièrement sur l’amélioration du personnage que ce soit de l’équipement ou des armes ainsi que la collecte de différents items de toutes sortes servant à la première option. Les éléments liés au type jeu de rôle et la collecte de butin, jouent un rôle prépondérant. Les développeurs ont mis sur pied un système poussé, riche de confection et de personnalisation avec à la clé, un arbre de compétence qui m’a laissé modifier mon personnage pour qu’il s’amalgame à ma façon de jouer.

Parlant de se personnaliser, j’ai pu le faire en me faisant évoluer parmi quatre classes présentes: Technomage – Pyromage – Illusionniste – Telluriste. Pour ma part, j’ai utilisé la classe Pyromage avec comme élément dominant, le feu. L’Illusionniste possède le pouvoir de manipuler le temps et son espace dans le but d’éliminer ses ennemis en les prenant de court. Il restaure sa santé et son armure lorsque des ennemis meurent près de lui, donc, n’hésitez pas et foncer dans le tas, surtout si ça devient chaotique autour de vous. Le Technomage mise sur les combats à distance et les soins des alliés sur le terrain. La dernière, le Telluriste, représente la force brute du quatuor.


Il faut savoir que chacune d’entre elles possède son propre style de jeu et ses mécaniques. D’ailleurs, j’ai remarqué que mes armes et armures ne changeaient pas seulement ma manière de tirer, mais également les capacités spéciales qui se greffaient à ma classe. C’est ici que l’inspiration de la franchise Destiny, dont le menu du personnage lui ressemble beaucoup, pour ne pas pire identique entre en jeu. Autre point similaire à Destiny, lors d’entrer dans l’onglet personnalisation, le jeu ne pouvait se mettre sur pause. Les armes et pièces d’équipement peuvent se trouver via plusieurs options, comme les recueillir sur les ennemis morts au combat, des coffrets placés un peu partout, ainsi que via les marchands dans la ville ou que je pouvais trouver sur mon chemin. Ici, les marchands me servaient d’achat et revente. Ces derniers possédaient certains items qui étaient offerts à rabais pendant une période déterminée. Pour l’achat, si vous disposez d’argent collecté pendant le jeu, vous pourrez faire certains achats. Si vous n’aimez pas l’apparence de votre personnage, sachez que vous pourrez la changer dans la ville.

Solo ou faire équipe?

Bien que le jeu peut se jouer totalement en solo outre quelques boss ou passages étant clairement très complexes à passer en étant seul, j’ai trouvé que le jeu prenait tout son sens en y jouant en équipe. Le jeu est jouable en coopération jusqu’à trois joueurs en même temps. Vous pourrez vous connecter et vous déconnecter quand vous le voudrez. De plus, le jeu possède l’option d’y jouer en mode plateforme croisée. Si jamais vos amis sont absents, utilisez le système « Matchmaking » qui permet de créer un groupe à la volée en fonction de votre niveau et de votre progression. La seule chose à retenir, formez bien votre équipe avec des classes différentes.

La quête principale s’accompagnait de plusieurs quêtes annexes de toutes sortes. Quelques-unes se ressemblaient et certaines étaient franchement intéressantes. Un point à retenir, votre personnage montera de niveau, mais également le monde montera. Ce qui veut dire que oui, les ennemis décédés offriront de meilleures récompenses, mais le niveau des ennemis sera peut-être trop fort pour vous. Dès lors, vous pourrez revoir le niveau à la baisse à n’importe quel moment en s’y rendant dans le menu.

Points positifs et négatifs:

  • Les temps de chargement étaient dans l’ensemble très rapides, dû certainement au SSD de la Xbox Series X.
  • J’étais témoin de mes actions et non seulement les vivres à l’écran sans y participer.
  • Les contrôles répondaient à merveille.
  • Peut-être un peu trop calqué sur certains points de Destiny et Gears Of War.
  • Un système de couverture vieillot.
  • Nous sommes en 2021 et mon personnage ne peut pas sauter??? Ishhhh…
  • J’ai trouvé le système de combat au corps à corps un peu déficient et manquant d’options.
  • L’option du « Quick Resume » est présente et permet de reprendre l’action sans quitter le jeu.
  • Suite à la démo, la progression est conservée et même les succès sont activés. Donc, lorsque j’ai lancé le jeu, j’avais déjà des succès de débloqués.

Un graphisme en demi-teinte:

Bien que le jeu soit bien dans l’ensemble, il n’est pas plus beau que Gears 5 sur Xbox One X par exemple. Il se débrouille très, mais outre le SSD qui prend en charge les temps de chargement plus rapides, on est clairement qu’au début de la nouvelle génération. Le jeu possède une belle diversité dans les environnements et la ville est vivante. Les diverses zones à explorer sont riches en détail. J’ai vécu quelques ralentissements et j’ai été sorti du jeu qu’une fois en plusieurs heures. Les différents aspects des capacités spéciales sortent bien à l’écran, ce qui confère de beaux effets pour les yeux.

Un jeu tout en français:

Le jeu est offert dans une version intégrale anglaise et française, c’est à votre choix et le doublage est fort efficace. Le petit irritant quant à certains sous-titres qui n’étaient pas traduits dans la démo, a été résolu. J’ai adoré écouter les différents dialogues entre les personnages non jouables. Parfois, ça valait la peine de m’y arrêter quelques instants. La musique suit l’action à l’écran.

En conclusion:

Certes Outriders ne passera pas à l’histoire, car si vous avez joué à Destiny, Gears Of War ou Anthem, vous aurez l’impression d’y rejouer, mais avec certaines variantes présentes. Cependant, le jeu renferme trop de qualités pour passer à côté. L’un des meilleurs jeux depuis le début de l’année, il se retrouvera dans mon top des meilleurs jeux de 2021. Ah oui, ceux qui possèdent une Xbox, sachez que le jeu se retrouve dans le programme Xbox Game Pass.

Cote FG: 8.5/10

Fiche technique:

  • Développé par People Can fly
  • Publié par Square Enix.
  • Jeu de rôle/tir à la troisième personne.
  • Jouable en solo et multijoueur en ligne.
  • Offert en version intégrale anglaise et française.
  • Disponible en version boîte et téléchargeable.
  • Sorti sur PC, PlayStation, Xbox et Stadia. (testé sur XSX)
  • Site officiel: https://outriders.square-enix-games.com/fr/