(Test FG) In Rays Of The Light

 
Ahhh In Rays Of The Light, que dire de ce jeu? Pour être honnête, au moment de recevoir le code dans le bus de le tester, j’avoue que je ne le connaissais pas. Après quelques minutes de recherche, j’ai appris qu’il s’agit d’une adaptation sur consoles du jeu sur PC, The Light paru en 2012. Alors, il en est quoi neuf ans plus tard? Vaut-il la peine de s’y attarder? C’est ce que vous découvrirez en consultant cette critique.

I’m A Legend version vidéoludique:

D’entrée de jeu, alors que j’ai effectué mes premiers pas, j’ai tout de suite eu une pensée tournée vers le film I’m A Legend avec Will Smith. L’ambiance, le décor, l’histoire, tout pointait en sa direction. Donc, le scénario met en scène un personnage dont on ne sait rien du tout, placé dans une école en décrépitude après ce qui semble être une Russie en période post-apocalyptique dans une réalité parallèle sans âmes qui vivent dans les environs. La nature semble avoir repris ses lettres de noblesse.

Le jeu est dépeint comme étant une métaphore psychologique qui poussera l’être humain dans ses derniers retranchements émotionnels. La notion de solitude est de mise et plus j’y jouais et plus ce projet me portait à réfléchir. J’ai mis environ 3 heures pour en faire le tour et pour être honnête, je cherche encore à comprendre la fin. Comme le titre le dit, cherchez la lumière, trouvez-là et votre esprit sera libéré.

Ça se joue comment?

Le jeu se joue en deux temps: une phase dite exploratoire dans laquelle il faut trouver son chemin, explorer un peu partout et l’autre dans laquelle il faut réussir des énigmes et dénicher des indices pour y arriver. Au travers des divers puzzles à faire, j’ai éprouvé une certaine difficulté avec seulement deux d’entre eux. Un petit conseil, pensez à fouiller partout, dans toutes les pièces et vérifier tous les objets, on ne sait jamais. In Rays Of The Light n’a aucun ennemi à affronter ou fuir, je n’avais que quelques items à ma disposition comme une lampe de poche et un briquet. Le reste se passe qu’en marchant et en se laissant bercer par la désolation à l’écran. D’ailleurs, marcher est bon pour la santé et en confinement, on ne fait que ça, alors pourquoi ne pas en faire autant dans les jeux vidéo. En farfouillant partout, vous découvrirez certaines photos ou documents écrits, il est primordial de les consulter pour avancer et tenter de comprendre l’histoire. Aucune carte n’est mise à votre disposition, donc, oui les aller-retour seront nombreux. Pensez à sortir de l’école et explorer les autres emplacements.

Un graphisme de 2012?

Malgré des fonds restreints, le studio réussit une belle prise en misant sur un graphisme basique, mais efficace. Les effets de lumière et d’ombre sont impressionnants. On vit le désespoir à chaque pas et plus tard dans le jeu, vous verrez des missiles lancés… je suis resté bouche bée devant ce spectacle immoral. Attendez de descendre dans le sous-sol de l’école… vous comprendrez.

Une ambiance forte:

Ayez en tête que le jeu est offert en anglais seulement. Il faut avoir une bonne maîtrise de la langue de Shakespear, car certains textes sont assez longs à lire et comprendre. Le jeu mise sur une ambiance lugubre, triste et d’incompréhension. Disons que les moments de réjouissances sont très courts. La bande originale se même tellement bien avec ce qui est présenté à l’écran. Il en va de même avec les bruits et diverses voix qui à certaines occasions m’ont chamboulée.

Une finale…

Le jeu comporte deux fins et je n’en ai fait qu’une dont je ne comprends toujours pas le sens. J’ai une idée, mais est-ce bien ce que les développeurs ont bien voulu faire comprendre? Pour trouver la deuxième, il faut refaire le jeu au complet, mais je ne sais pas comment la débloquer, est-ce un rapport avec la lampe de poche au départ ou le briquet? Offert pour un prix d’environ 10$, il en vaut vraiment la peine. Court, mais intense.

Le jeu fut testé sur Xbox Series X via un code de téléchargement qui fut gracieusement offert par la firme Sometimes You.

Cote FG: 8/10

Fiche technique:

  • Développé par Sergey Noskov.
  • Publié par Sometimes You.
  • Jeu d’exploration avec des énigmes.
  • Jouable en solo uniquement.
  • Offert en anglais seulement.
  • Disponible en version téléchargeable.
  • Sorti sur PC, Nintendo Switch, PlayStation et Xbox. (testé sur Xbox Series X)