Warp – la critique

Premier titre du Xbox Live House Party et disponible depuis peu sur le SEN de sony, Warp est un jeu d’action et d’infiltration dans lequel vous devez vous échapper d’un laboratoire sous-marin. Développé par un petit studio Montréalais et édité par Electronic Arts, il est vendu 10$.Warp est un titre qui accroche au premier regard, des décors de qualités et une jouabilité novatrice, on ne peut donc qu’être déçu du résultat final.

Jouabilité :

La jouabilité est assez novatrice; au début on prend plaisir à se téléporter d’une pièce à l’autre en explosant les ennemis de l’intérieur et en plus, aussitôt que le tout commence à devenir répétitif on nous offre une nouvelle possibilité. Le hic, c’est que malgré les possibilités de créer un clone et de lancer des caisses, le titre reste répétitif. Les puzzles sont aussi assez simples; souvent, il suffira de tâter le terrain pour résoudre l’énigme. Les périodes d’action deviennent vite ennuyantes car il faut toujours faire sensiblement la même chose. Dans le jeu, on meure tout le temps. Il faut toujours mourir pour comprendre ce qu’il faut faire et les boss vous tueront plusieurs fois avant d’être vaincu, cela ne serait pas grave si on n’avait pas droit à un chargement d’environ dix ou quinze secondes à chaque fois, à la longue, ça devient le plus gros héritant du jeu. La jouabilité peut être plutôt imprécise à certains moments et c’est entre autre pour cette raison que vous mourrez souvent. Sinon, l’intelligence artificielle fait plus artificielle qu’intelligente.

Direction artistique :

Du côté des décors, c’est très bien pensé, par contre, j’aurais préféré ne pas revoir le même tout au long de l’aventure. Excepté les changements de luminosité, le reste se maintient pas mal toujours dans les mêmes eaux. Techniquement, c’est assez joli et je dois admettre que le style Portal est très bien réussi. Le côté gore de Warp m’a surpris au début, le contraste est intéressant et bien amené. Les voix, en anglais seulement, sont rarement entendues mais sont très correctes et la musique ou l’absence quasi-totale de musique se fait remarquer. C’est dommage car la musique des menus laisse présager quelque chose de très parvenu.

Durée de vie :

En ligne droite, en prenant le temps de récupérer quelques bonus, le jeu prendra environ quatre heures. C’est peu mais on peut rajouter à ça la possibilité d’essayer des défis ou de récupérer tous les bonus. Les problèmes : les bonus ne peuvent pas être récupérés après la fin du jeu et les défis sont gâchés par une difficulté trop élevée, on termine le niveau en pensant que ça ces super bien passé mais on ne décroche que la bronze. C’est dans ces défis que les limites de la jouabilité se font vraiment sentir c’est pourquoi on finira par ne pas y jouer.

Conclusion :

Malgré tous ses défauts, Warp est plaisant à traverser et le principe de téléportation est bien amené quoique mal exploité. Un jeu parmi tant d’autre, auquel je ne retournerai, malheureusement, probablement pas.

Note finale : 7 sur 10

Points positifs :

  • Ambiance bien réussi
  • Jouabilité novatrice

Points négatifs :

  • Les chargements interminable et abusifs
  • L’intelligence artificielle déficiente
  • L’absence de français dans un jeu développé à Montréal
  • C’est répétitif

Caractéristiques :

  • Développé par Trapdoor et édité par EA
  • Jeu d’action, de puzzle et d’infiltration
  • Offert sur XBLA et SEN
  • Complètement en anglais
  • Solo uniquement

Merci à Electronic Arts et Trapdoor pour le jeu.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s