Spec Ops: The Line (l'antéchrist de l'héroisme) – la critique

Il aura fallu attendre une décennie avant de revoir cette franchise culte effectuer son grand retour. Elle avait disparu depuis tellement longtemps que la dernière fois que je m’y rappelle d’y avoir joué était de l’époque de la PS1. Il devait bien y avoir un chapitre pour la PS2, mais il fut relégué aux oubliettes. Donc, depuis 2002 c’était le néant jusqu’à cette annonce qui dévoilait enfin une renaissance de la licence. Bien que le développement ne fut pas de tout repos, il est enfin là. Est-ce que le mélange de jeu de tir à la première/troisième personne s’avérera une bonne idée? Réussira-t-il à s’élever au rang des Battlefield, Call Of Duty ou Medal Of Honor? Lisez mon compte-rendu pour tout savoir.

Le scénario:

Vous campez le rôle du Capitaine Martin Walker qui accompagné de son escouade Delta Force, est envoyé en mission de reconnaissance à Dubai. On compte sur vous pour résoudre la mystérieuse disparition du Caporal John Konrad qui est à la tête du 33ième Bataillon Des Damnés. Un Caporal décoré, mais troublé. Ce qui accentue la problématique, vous ne serez que trois, vous, Adams et Lugo au front après un raid en hélicoptère qui s’est mal terminé. Vous devrez faire face à plusieurs ennemis. Les habitants, les soldats et surtout les nombreuses tempêtes de sable. On est ici en face de la meilleure histoire pour ce style de jeu. Plus on avance et plus le scénario se  complexifie. Des retournements de situations à la tonne, des trahisons, des choix à effectuer. Bref, je ne pouvais quitter ma manette et je l’ai fait dans la même journée tellement que j’étais absorbé par mon rôle de Capitaine. J’ai adoré que le début soi amené comme un film avec le générique et votre nom comme invité spécial.

La durée de vie et modes de jeu:

La campagne solo se bouclera entre 6 à 8 heures tout dépendant du niveau de difficulté choisi au départ. Parlant de difficulté, si jamais vous en sentez le besoin, vous pourrez changer le niveau à n’importe quel moment si vous éprouvez quelques frustrations. Un petit conseil, laissez tomber immédiatement le mode Facile, car il porte admirablement bien son nom. Pour les plus « hardcore » d’entre vous, après avoir terminé le jeu en mode difficile une fois, vous débloquerez le mode extrême. La campagne apporte un excellent facteur de rejouabilité. Tout d’abord, vous aurez quatre fins différentes. Je vous oblige à demeurer devant l’écran après le générique. Ça pourrait altérer votre perception que vous aurez de l’histoire depuis le début. Autre point pour la longévité, les infos qui sont dissimulées dans chacun des 15 niveaux. Parfois elles sont très difficiles à repérer même si elles scintillent.  Le jeu n’est pas totalement fermé et offre une certaine liberté. Fouillez partout et vous serez récompensé. Ils ne sont pas inclus pour rien, au contraire, ils serviront à en apprendre plus sur le contexte des personnages, du climat qui règne dans la ville. Un jeu de tir avec des choix à faire ça existe? Je vous répondrai par l’affirmative avec ce lui-là. À chacun des chapitres, vous serez confronté à des décisions difficiles. Je ne divulguerai rien pour ne pas gâcher votre plaisir, par contre je peux vous dire qu’il y en a que j’ai vraiment hésité longtemps avant de prendre une décision.

Pour ce qui est du mode multijoueur, c’est celui que je préfère maintenant après Halo. Il se divise comme suit:

  • Chaos: C’est chacun pour soi, vous devez éliminer chaque adversaire. Au départ, vous choisissez votre classe, vos armes, la carte et puis ça y est, bienvenue dans le « no man’s land ». Celui avec le plus de morts gagne la partie. Tout ça avec une limite de temps.
  • Zone De Ralliement: Ici, tout se joue en équipe. Vous accumulez des points en protégeant le point de ralliement. Il se peut que cet emplacement change en cours de route. Penser à jeter un coup d’oeil à la carte.
  • Enterré: Vous devez détruire les zones vitales de l’ennemi pour ensuite découvrir la cible principale et éliminez celle-ci pour remporter la partie. Les parties peuvent être assez longues, car les zones vitales sont réparables. Par contre, une fois détruites, elles ne peuvent revenir.
  • Mutinerie: Il s’agit d’un match à mort en équipe.
  • Usure: Alors là bonne chance. Redoublez de prudence, car, vous n’avez qu’une vie. Vous serez aux prises avec l’ennemi pendant trois manches. La communication en équipe est essentielle.
  • Liaison Terre-Satellite: Deux équipes doivent lutter pour s’emparer d’un point de ralliement. Petit bémol, la station de communication doit être active pour marquer des points.

En plus de toutes ces options, vous avez aussi le Quartier Général. C’est votre endroit pour consulter vos stats, changer d’armes et d’armures, etc. Plus vous aurez du succès dans les parties et plus vous monterez de grade rapidement. Ce qui vous confèrera un avantage avec des armes plus puissantes et des pièces d’équipement jouissant d’une meilleure protection.

Coups de feu, coups dans la gueule:

Il n’est pas loin le temps où les développeurs atteindront la perfection dans les jeux de tirs. Celui-là en fait partie. Avec des contrôles reprenant ce qui se fait de mieux dans les jeux comme Gears Of War et dernièrement dans Inversion, la prise en main est facile et tout sauf hasardeuse. Ce jeu renferme plein de bonnes idées. Vous n’aurez qu’un bouton à presser pour courir, en occurrence le « A » et appuyer une nouvelle fois pour courir. Se baisser fonctionne de la même manière. Lorsque l’on est en pleine course, on peut appuyer sur le bouton « B » face à un obstacle pour le franchir sans arrêter. Très pratique dans les phases intenses ou les ennemis nous prend à revers. Autre ajout, à l’aide du pad directionnel on peut fixer un silencieux un silencieux à notre fusil si l’option fonctionne pour ce type d’arme. Très bonne idée et l’effet de surprise ou de furtivité est parfait. Vous aurez le choix entre trois types de grenades. La traditionnelle, la grenade flash et l’adhésive. Pour cette dernière, vous pourrez la lancer soit sur une une partie du décor ou un adversaire et attendre qu’elle explose. C’est assez drôle de voir la réaction du soldat avec une grenade collée sur lui qui court dans tous les sens avant d’exploser. Peut servir pour tuer plusieurs ennemis à la fois. Il s’agit d’un jeu tir certes, mais n’oubliez pas dans l’optique que vous avez aussi une phase tactique. Vous pourrez donner certains ordres à votre escouade. Dernier point, le corps à corps. Pas très présent si ce n’est qu’un bon coup de crosse dans la gueule à l’occasion peut surprendre. Avec en plus des petits mouvements de finition. C’est vraiment complet. Seul point négatif, la précision des armes qui laissent à désirer de temps à autre.

Du sable à profusion:

Qui dit Dubai, dit automatiquement étendue de sable à perte à vue, tempête de sable à répétition. Du côté visuel, c’est vraiment de cet aspect que ce titre ce démarque. Les tempêtes de sable sont tout simplement bluffantes. On s’y croirait pour vrai. C’est comme avancer les yeux fermés. L’effet est réussi. Le sable au sol n’est pas piqué des vers non plus. Vos pas restent sur le sol, le décor aussi est affecté par les grandes quantités de sable. Par exemple, s’il y a des vitres avec de grosses quantités de sable dessus, vous n’aurez qu’à tirer dessus pour faire éclater le verre et du même coup ensevelir les ennemis. Un résultat aussi surprenant qu’efficace. Parlant tempête de sable, dans les parties multijoueurs, la carte disparaît lors des tempêtes. Certaines parties du décor sont destructibles et les deux phases en hélicoptères balaient la concurrence d’un coup d’hélice. Autre point positif, les cadavres ne disparaissent pas. Fait à noter, il n’y a pas de carte pour s’orienter. En appuyant sur une touche, vous pourrez voir le prochain ou vous rendre et le nombre de mètres restant. Avec cette même touche, vous pourrez aussi repérer la position de vos coéquipiers. Quand vous ou vos coéquipiers serez blessés, vous pourrez soit les aider ou donner l’ordre de le faire. C’est à peu près là même action vue et revue dans Battelfield: Bad Company avec une espèce de seringue. Dernier point, les cinématiques. Elles sont très importantes à l’histoire. Ne les passez pas s.v.p. sinon vous perdrez le fil de l’histoire. Par contre, après les avoir vues une fois, vous pourrez les passer et même les mettre sur pause. Ce qui sera très utile, car si comme moi vous le passez dans la même fois, monsieur toilette vous appellera tôt ou tard. C’est certain que le graphisme peut paraître inégal, mais c’est vite oublié lorsque vous atteignez des endroits comme au dessus des nuages du haut d’un bâtiment. Seuls points négatifs seraient les explosions de grenades très ordinaires et à quelques rares occasions, les objets téléchargeant en avançant.

DJ et explosions:

On est encore ici devant quelque chose de très bien réalisé. Tout d’abord, la synchro labiale autant en anglais qu’en français est parfaite. Une des meilleures que j’ai vue jusqu’ici. Les dialogues sont intenses entre les membres de notre escouade. On sent la chimie entre le trio. Tantôt teintés de confrontation, tantôt d’humour, ils ne sont pas là pour rien. On en apprend beaucoup plus sur la personnalité et le caractère de chacun. On peut aussi donner des ordres comme de se concentrer sur un ennemi en particulier ou d’attaquer sans arrêt. Très pratique pour tenter une diversion.

D’habitude dans ce genre de jeu, la musique n’occupe pas une très grande place. C’est tout le contraire ici. La musique est présente tout au cours du jeu avec un espèce de DJ qui en plus de la musique reporte tout ce qui passe à partir d’une antenne émettrice. On se croirait dans le film Good Morning Vietnam. Mais franchement la musique va très bien avec l’action et à quelques moments j’ai arrêté d’avancer pour simplement apprécier les pistes. Pour ce qui est des bruits ambiants, la balistique est bien représentée, les tempêtes de sable sont sublimes à souhait. Il n’y a que les explosions qui sont assez moyennes dans l’ensemble.

En conclusion:

Qu’on se le dise, maintenant il n’y a plus que Battlefield, Call Of Duty ou Medal Of Honor. Non, un petit renouveau est entré dans les rangs. Spec Ops: The Line offre une expérience jamais vue par rapport au scénario. Prenant du début à la fin, j’espère vraiment qu’il y aura une suite et qu’il ne faudra pas attendre une autre décennie. Bref, que du tout bon.

Cote FG: 9/10

Points positifs:

  • Scénario complexe mais prenant
  • L’immersion et l’intensité
  • Les tempêtes de sable
  • Il faut user de stratégies
  • Le DJ et la musique
  • Les modes multijoueur

Points négatifs:

  • J’aurais plus quelques heures de plus pour le solo
  • Précision des armes déficiente à l’occasion

Caractéristiques:

  • Jeu développé par Yager
  • Publié par 2K Games
  • Jeu de tir tactique
  • Phases FPS/TPS
  • Disponible sur PC, PS3 et Xbox 360
  • Offert en version intégrale anglaise et française
  • Expérience solo et multijoueur
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s