Dirt 3 (Dérapez avec style !) – la critique

Dans cette nouvelle version, un élan de changement sonne le glas avec le départ de Colin McRae comme tête d’affiche au profit du champion freestyle, Ken Block. Rajeuni et plus coloré, l’image de Dirt se ira-t-elle tout droit vers le mur ou se dirigera-t-elle vers les grands honneurs? Je vous invite à faire un tour avec moi, au volant de Dirt 3!

Dirt Tour:

Le Dirt Tour est un mode solo comportant des saisons qui nous ferons passer du tout-terrain jusqu’au freestyle. Conseillé par une équipe chevronnée, nous pourrons améliorer notre conduite et gagner des points de réputation afin d’accéder aux événements de courses extrêmes les plus regardées sur la planète. Du rallye au courses 1 contre 1 sous forme de tournoi, en passant par les X-Games, tout est en place pour nous faire vibrer au son de ces voitures performantes et allurées. Plus les saisons avancent, plus nous accédons à des courses diversifiées et du même coup, à des défis de conduite servant à obtenir des bonus de réputation et parfaire notre technique de conduite. Bien sûr, nous retrouvons au travers notre chemin, le champion Ken Block qui nous enseignera les techniques du drift et du freestyle. Plus nous performons, plus de points de progression nous sont attribué. Des équipes s’intéressent à nous et de nouveaux bolides sont mis à notre disposition. Une nouveauté est instaurée dans  Dirt 3. Nous avons accès à notre compte YouTube et nous pouvons maintenant importer nos vidéos de courses directement sur le site. Cependant, une brève partie de l’action y sera sauvegardée et exposée. Selon-moi, l’alliance entre YouTube et Dirt n’est que le début de ce que l’avenir nous réserve. Ceci dit, je trouve cet option totalement inutile. Malgré ce bémole, j’ai beaucoup apprécié mon expérience avec ce mode solo et pour ce qui est de la rejouabilité, je vous dirai que j’y reviendrai certes, pour complèter mes objectifs à 100%.

Les contrôles:

Bien qu’intuitifs, les contrôles dans Dirt 3 sont plus difficiles que la normale des jeux de courses. Certains joueurs moins habitués par ces conditions, seront peut-être victime de la précision des contrôles qui selon moi, est un atout lorsqu’elle est maîtrisé. En fait, dans le Dirt Tour, les nombreux types de courses nous offre l’occasion de se donner dans plusieurs styles de conduites sans interfèrer avec le déroulement de nos saisons. Par exemple, si vous êtes débutant dans les courses de freestyle du Gymkhana, mais que vous êtes le king du rallye, cette dernière discipline pourra vous sauver les fesses et vous donner les points nécessaires pour passer à l’étape suivante. Fait intéressant, un circuit d’essai parsemé de missions, le DC Compound, est à notre disposition afin de travailler sur notre conduite et ce, sans contrainte de temps. Bref, tous les amateurs de jeu de courses qui se respectent, vous diront qu’une bonne méchanique de conduite en sera toujours une qui sera difficile à maîtriser au départ. Selon moi, Dirt 3 entre dans cette catégorie où le plaisir de la conduite passe par une adaptation du joueur. Vous pourrez toujours ajuster votre niveau de pilotage dans les menus, sauf que je ne recommande pas nécessairement, le mode novice pour effectuer vos premières traces de pneus sur circuit. Le fait est, que la marche entre le mode novice, qui est beaucoup trop facile, et le mode intermédiaire est beaucoup trop haute. Je vous conseil d’aller plutôt, personnaliser vos règlages de pilotage. Soit en désactivant l’assistance au freinage et/ou en activant celle pour la direction, etc. Point positif, en cour de route, on nous suggère d’augmenter ou de diminuer notre niveau de difficulté suite à nos performances. Petites notes négatives dans la version française, les consignes de notre co-pilote lors des épreuves de rallye, sont parr moment difficiles à comprendre. C’est un petit problème en soit, car nous devons se fier à ses conseils pour jauger notre vitesse au travers les courbes et les lignes droites du parcour. Heureusement, on fini par s’habituer à ce dialecte et du même coup, terminer nos trajets dans les temps. Pour conclure, bien que frustrants par moment car ils ne pardonnent pas, les contrôles du pilotage sont intenses et divertissants.

Le graphisme:

Au niveau du graphisme, sans grand évolution, le jeu est très beau et haut en couleur. Dès le départ, les menus sont intéractifs et les choix de couleurs ajoutent un côté fashion qui ne passe pas inaperçu. Les circuits sont intéressants et répondent de façon remarquable avec les bolides. Les types de chaussées sont réalistes et nous force à modifier notre conduite. Par exemple, pour m’avoir déjà amusé dans la neige folle en voiture, j’ai ressenti pratiquement le même genre de résistance dans ma conduite lors des pistes eneigées. Et, c’est comme ça pour tous les types de textures telles que la terre, l’asphalte, les flaques d’eau et l’herbe. Pour ce qui est de la vision, tout est respecté, tant pour la caméra intérieur de l’habitacle que derrière la voiture. De plus, il y a une difficulté supplémentaire lors des épreuves nocturnes, quand il pleut et lors des tempêtes de neiges. Avec les années, le réalisme des voitures dans Dirt n’est plus à prouvé. Encore très belles, elles ne souffrent d’aucun complexe face à des Gran Turismo et Forza de ce monde. Prenez par exemple, la Ford Fiesta de Ken Block. Elle est superbe et chaques commanditaires y est à sa place sur la carosserie. En plus du réalisme, tous les types de véhicules se contrôlent de façon différentes et en activant la totalité des dégâts, nous ressentons les effets sur leur conduite. Bref, les dommages ne sont pas que superficiels. Le moteur ou la direction peut en prendre pour son rhume dépendamment de la gravité des bris. Finalement, Dirt 3 est plaisant pour l’oeil du joueur et artistiquement réussi.

Musique et sons:

Si j’ai déclaré que la trame sonore de Shift 2 était épic, pas très loin derrière, il y a Dirt 3. Le même genre d’atmosphère y est dégagé par la musique et les effets sonores durant les courses. Les sons des moteurs de courses diffèrent du type de véhicule et ils sont aggressifs à souhait. Du côté des commentaires, la traduction française est parfois difficile à saisir et c’est bien dommage. Je vous conseil d’y jouer en anglais, surtout pour la partie du co-pilote. En ligne, nous pouvons activer les microphones des autres concurrents ou de simplement les désactiver. Ce que je vous suggère d’ailleurs de faire. Les sons que la foule produisent sont excellents et cela apporte beaucoup à l’ambiance sur les circuits. Montez le volume !

Les modes de jeu et la durée de vie:

Les modes de jeu dans Dirt 3 sont très variés dû au fait qu’il y est plusieurs formes de championnats autant hors ligne qu’en ligne. Le Dirt Tour est bien garni et offre une durabilité intéressante. Pour ce qui est du multijoueurs, quel plaisir de pouvoir affronter un ami en partageant la même écran et le même divan. En ligne, le multjoueurs est bien pensé. Il permet à tous les joueurs de retrouver un défi à sa hauteur. Sous forme d’étapes, on enligne les courses sur les différents circuits qui peuvent accueuillir jusqu’à huits joueurs. Des droits de Veto nous sont attribué pour choisir les types de courses. Comme dans le mode solo, notre niveau de réputation augmentera selon nos résultats. Jai vraiment apprécié l’expérience en ligne dans ce titre. Compte tenu de tous ces aspects discutés précédemment, j’estime que le facteur de rejouabilité est très acceptable et par conséquent, cet itération est vouée à une bonne durée de vie.

En conclusion

À mon avis, Dirt 3 est un jeu de course légèrement plus arcade que simulation donnant droit à des sensations fortes autant par sa conduite extrême que par ses multiples circuits tout aussi intenses les uns que les autres. Je suis un amateur de ce style de jeu, mais en restant objectif, je crois que plusieurs auront du plaisir avec Dirt 3. Il donne dans l’action et dans l’aggressivité, mais nous oblige à rester intelligent et patient dans certains moments clés. Pour ma part, c’est un achat à 100 miles à l’heure… un essai vous convaincra!!

Note: 8/10

Points positifs:

  • Réponse du véhicule avec l’environnement = A1
  • Trame sonore sans reproche
  • Mode multijoueurs très garni
  • Styles de course variés et intenses

Points négatifs:

  • Prise en main légèrement difficile
  • Dialecte du co-pilote lors des rallyes (v.f.)
  • YouTube… formule a repenser !!

Caractéristiques:

  • Jeu développé et publié par Codemasters
  • Jeu de course offert sur PS3, X360 et PC
  • Moteur graphique : Ego Engine
  • Version française : Oui
  • Multi-joueurs en ligne : Oui

Collaboration spéciale de Yannick Dupuis @yanofthewell

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s