Max Payne 3 – la critique

Cela fait maintenant 9 ans que l’on avait pu se camper dans le rôle de Max Payne. Depuis, bien des choses sont arrivées. Max a pris du poids et a un léger problème d’alcool qui ne semble pas venir à bout de tous ses mauvais souvenirs.

Scénario :

L’histoire commence donc 9 ans plus tard avec un Max bedonnant et fortement intoxiqué. Garde du corps pour une riche famille brésilienne, Max ne semble pas trop apprécier sa nouvelle vie. Mais dès le départ, les choses vont mal, c’est Max après tout. Un groupe de criminel arrive en plein milieu d’une fête et kidnappe l’épouse du père de famille. Max et son collègue Passos partent donc en mission, seulement pour la retrouver morte. Pas de « Spoilers » ici, le jeu ne fait que commencer… Max embarque donc dans une série de missions ou il essaiera tant bien que mal de protéger la famille Branco. Tout au long de ces missions, Max se rend compte que tout n’est pas noir sur blanc, et comme dans les épisodes précédents, Max doit se débrouiller souvent seul pour sauver sa peau et, s’il réussit, réhabiliter sa réputation.

Graphismes :

Le dernier jeu date de presque une décennie, la comparaison avec Max Payne 2 est donc futile, mais, si l’on compare avec des jeux semblables sortis dans la dernière année, Max Payne 3 tient très bien la route. La série Max Payne a toujours mélangé une esthétique de cinéma noir et d’hallucinations dues aux substances illicites. Max est constamment saoul et le joueur le ressent avec des lumières trop brillantes et des contrastes prononcés. Bon travail de lumière naturelle, car, contrairement aux 2 premiers, Max se retrouve à l’extérieur plutôt que dans des corridors. Le Brésil est un endroit reconnu pour son soleil et ses différentes géographies et les développeurs du jeu font une très bonne utilisation de tout cela. Que ce soit dans un gratte-ciel de verre, une poursuite en bateau dans la forêt amazonienne ou dans les bidonvilles de Rio les textures et les environnements sont crédibles. Comment parler de Max Payne sans mentionner le fameux « Bullet Time »? Ici, les règles de la physique prennent le bord et Max prend le contrôle total de la situation en ralentissant l’action, on peut donc voir les projectiles fendre l’air et les environnements se détruisent au ralenti. Un ajout ici, lorsque Max reçoit un coup fatal, on entre dans le mode «Shout Out», un peu à la manière d’un Western on doit tirer l’ennemi qui nous a assené le dernier dommage avant un temps limite. Durant ce mode, tout devient noir et blanc sauf Max et son ennemi.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Contrôles :

J’avais joué aux deux épisodes précédents sur PC, alors je me demandais bien comment la version console allait performer, d’autant plus que les ports sur console de Max Payne 1 et 2 n’étaient pas vraiment réussis. Surprise! Tout s’y passe très bien, surtout en ce qui concerne le changement d’armes, la roulette est toujours présente et l’accès y est facile. Un bon ajout est le bouton BAS sur le «D-Pad» qui permet de faire un tour de 180 degrés, extrêmement utile surtout dans le mode multijoueurs. Max Payne adopte le style couverture, devenu un standard dans les jeux à la troisième personne. Personnellement, je ne suis pas convaincu pour ce qui est de Max Payne. Trop souvent Max ne « s’attache pas » assez vite au mur ou à sa couverture et l’on se retrouve à « danser » pour essayer de trouver le point de contact.

On ne peut pas parler de Max sans parler du fameux « Bullet Time », qui a fait la renommée du jeu. Ici aucun problème, la bande de chez Rockstar connaî surement le proverbe : si ce n’est pas brisé…  Comme toujours, le « Bullet Time » est en quantité limitée et seul le temps peut le recharger. Il est donc nécessaire d’en faire bon usage. Le « Bullet Time » peut être combiné à un saut, pour nous permettre de sortir de couverture et de faire une fusillade digne de films d’action. Ce n’est pas une fonction nécessaire, mais ça ajoute du style au jeu.

Note ici, l’aide à la visée qui est ajustable soit : fermée (visée libre), Soft ou Hard. Personnellement j’ai essayé soft et libre, et j’ai trouvé que le mode libre, même sur console, est plus intéressant surtout lorsque plusieurs ennemis sont près l’un de l’autre. Le mode Soft a tendance à se bloquer sur l’ennemi le plus proche, ce qui n’est pas nécessairement celui sur lequel on veut tirer.

Trame sonore :

Rockstar est une compagnie qui, comme son nom l’indique, met beaucoup d’emphase sur l’ambiance sonore (tellement qu’ils ont même fait un programme de création musical sur la PSP en collaboration avec Timbaland appelé Beaterator). Max Payne possède son propre thème musical que les admirateurs reconnaitront aux premières notes. Un peu comme les thèmes musicaux de James Bond ou Star Wars, le thème est réorchestré de façon différente pour s’adapter aux multiples atmosphères du jeu. Les voix sont bien interprétées, mais surtout claires et audibles sans la nécessité de changer les niveaux dans le menu. Ce qui est différent de plusieurs jeux où les sous-titres deviennent nécessaires tellement la masse sonore est bruyante.

Durée de vie :

Préparez-vous à investir environ une dizaine d’heures pour compléter la campagne solo au niveau normal avec l’aide à la visée. Le jeu est très prenant et le rythme effréné du scénario ne laisse pas beaucoup de temps pour penser. Les cinématiques s’enchainent bien avec les sections de jeu et un peu comme une bonne série télé, il est difficile d’arrêter, car on veut savoir la suite de l’histoire. Il est possible de rejouer les différents tableaux, une fois ceux-ci complétés, ainsi que de débarrer un mode très difficile. Max Payne 3 nous offre aussi un mode Arcade dans lequel on peut refaire les tableaux dans le but de faire le plus de points possible avec un tableau de pointage en ligne.

Pour ce qui est du multijoueur, appelez-moi un puriste, mais je ne vois pas la nécessité de cet ajout à Max Payne 3. Le gros point est que les clans créés dans Max Payne 3 seront transférables dans le mode en ligne de Grand Theft Auto 5. Ce qui me donne l’impression que l’on joue à une Beta. Néanmoins, l’action est au rendez-vous, et les quelques modes disponibles pourront vous satisfaire si vous êtes amateur de combats en équipes. Ce qui peut le distinguer des autres jeux sur le marché, c’est la possibilité d’activer le « Bullet Time » lorsque l’on effectue un certain nombre de points. Cela donne un sentiment de supériorité incroyable. Bémol, j’ai trouvé les cartes petites, ce qui, d’un autre côté, peut nous pousser à la confrontation. Pour ceux qui veulent une comparaison, ça ressemble au mode en ligne d’Uncharted 3. Pour moi Max Payne, c’est une aventure cinématographique il y a peu d’intérêt de voir 12 Max Payne s’entretuer. Les jeux en ligne sont déjà trop nombreux.

Conclusion :

Rockstar a bâti une suite solide d’une série culte. Tout ce qui était bon y est encore, et le scénario a été raffiné. Il y a quelques détails qui peuvent être agaçants, mais les jeux parfaits n’existent pas.

Note finale : ON ACHÈTE!

Points forts :

  • le scénario, excitant et bien fignolé
  • la direction artisque de tout le jeu
  • le changement physique de Max, un pari remporter par l’équipe de développement.
  • Le combat « Bullet Time » qui, même s’il a été repris depuis par d’autres jeux, est encore mieux utilisé ici.
  • Le manque de munition et de « painkillers » qui rendent le jeu plus difficile et tactique.
  • Aucun temps de chargements, ce qui est un exploit.

Points faibles :

  • La fonction de « Shout Out » quand on meurt qui peut être frustrante parfois
  • Le système de couverture qui n’embarque pas toujours de façon transparente.
  • Pour les joueurs moins expérimentés : Le manque de munition et de « painkillers » qui rendent le jeu plus difficile et tactique.
  • Le mode en ligne qui ne révolutionne rien

Caractéristiques :

  • Développé par Rockstar (Vancouver) distribué par Take-Two Interactive
  • Jeu de tir à la troisième personne.
  • Multilingues
  • Offert sur PC, PS3 et Xbox 360

Ma critique audio est disponible dans l’épisode #10 de CJUAP (avancez à 55mins 20 sec.)

Advertisements

4 commentaires sur “Max Payne 3 – la critique

  1. J’ai débuté le jeu dernièrement et jusqu’à maintenant je suis très satisfait de mon expérience. Le seul problème que je me plaint est lorsque j’utilise la visée libre (pour avoir plus de chalenge), j’ai de la difficulté à visualiser la cible. En effet, un point blanc dans l’écran, c’est pas toujours évident à trouver dans l’action des échanges de tirs.

  2. J’ai finalement terminé le jeu et il m’a plu grandement! J’en ai vraiment eu pour mon argent. J’ai adoré l’action et les lieux visités (surtout les favelas colorés et bien sales). Les prises de vue au ralentit lorsqu’on tue ou qu’on se fait tuer sont époustouflantes. La trame sonore est excellente et nous aide à l’immersion. D’ailleurs la trame qui joue pendant les dernières mission est un achat à coup sûr chez iTune. Le seul bémol est la ligne visée au laser avec certains fusil avec laquelle je la trouvais plutôt comme un handicap que d’une aide assistée.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s