Wreckateer – la critique

Depuis les premiers jours de la Kinect, presque seulement les jeux développés par Microsoft se sont avérés bien performer. Avec les autres studios, souvent les contrôles ne fonctionnaient pas bien ou le jeu était dénué simplement d’intérêt. Rares sont les occasions d’éprouver du plaisir avec des jeux uniquement développés pour la Kinect. Wreckateer montré pour la première fois lors du dernier E3, changera t-il la donne ou rentrera t-il dans la catégorie de jeux très moyens pour le périphérique destiné à la Xbox 360? Je vous invite à lire ce qui suit pour vous forger une idée bien arrêtée. Par contre, je m’avance en disant qu’il joue dans les platebandes des Angry Birds de ce monde. Est-ce une bonne chose pour autant?

Un scénario?:

Le scénario se base sur le fait que vous personnifiez un apprenti démolisseur qui est chargé d’éradiquer les méchants gobelins des différents châteaux dans lesquels ils ont pris possession pour élire domicile.

Destruction version médiévale:

Souvenez-vous lorsque vous étiez gamins à la plage. Que faisiez-vous? Hé oui construire et détruire des châteaux. Hé bien Wreckateer c’est exactement ça avec l’aspect construction en moins. Vous pourrez jouer soit en solo, ce qui devient vite redondant ou a deux à tour de rôle ou là le jeu prend tout son sens. C’est à dire s’amuser sans se prendre la tête. Mais d’une manière ou de l’autre, le jeu devient vite routinier et l’aspect revenez-y n’est pas au rendez-vous. Malheureusement, vous y passerez quelques heures tout au plus et passerez à autre chose rapidement. J’explique pourquoi d’ailleurs. Au début de chaque niveau, vous disposez d’un nombre limité de projectiles. Tout ça dans le but de détruire ce qui est offert devant vous et pour passer à l’autre niveau, vous devez accumuler un  pointage minimum. Okay jusque-là ça va, pas trop compliqué à assimiler. Mais ça ne s’arrête pas là, car pour gagner sur votre adversaire, vous devrez user de stratégie et c’est là que l’aspect amusant-compétitif embarque. Chaque tir s’effectue avec une catapulte manipulée par votre Avatar et il faut avoir en tête le maximum de points avec le maximum de dommage. Ce qui vous donnera un multiplicateur de points. Plus vous atteindrez de cibles sur la carte et plus votre multiplicateur se remplira rapidement. Ce qui améliorera vos chances de gagner plus facilement. Fait à noter, viser les gobelins dans les décors ou les ballons dirigeables, s’avère très payant. Ce n’est parce que vous ratez un lancer que tout est perdu, car les projectiles ont la fonction de rebond. Donc, en touchant le sol avec vigueur, le projectile aura tôt fait de rebondir et détruire tout sur son passage. Vous aurez aussi droit au projectile qui éclate en plein vol. Ce qui atteindra plusieurs parties du décor en même temps. Donc, on résume, la plus grande destruction avec le maximum de points et vous voila gagnant.

Certes, il vous faudra quelques moments pour passer au travers des cinquante niveaux offerts, mais la redondance et la routine arrivera vite et la rejouabilité sera très faible.

En plein vol:

Voici le point qui pourrait faire pencher la balance pour plusieurs. Dans l’ensemble, les contrôles répondent plutôt bien. Mais lorsqu’ils dérapent, ils dérapent solidex. Je vais m’expliquer plus loin sur le moins bon fonctionnement. Dès les premiers pas, on doit passer par un didacticiel qui nous expose les différentes bases du comment bien lancer son projectile pour faire le maximum de dégâts.  Le mécanisme est assez simple et intuitif : il suffit de faire un pas vers l’avant en mettant les mains comme si vous faisiez une manchette au volleyball pour prendre l’objet, ensuite reculer de deux ou trois pas pour fixer la puissance et baisser ou  monter les bras pour déterminer la hauteur de votre lancé. Dernière étape, ouvrez les bras pour envoyer votre objet tout détruire. Vous pourrez aussi contrôler votre objet avec les des deux bras ou en tapant dessus avec les gants virtuels dans l’écran. Voilà lorsque tout va bien, malheureusement c’est très loin d’être constant. Premièrement, il faut prévoir avoir une bonne distance dans la pièce. Je me suis procuré le Kinect Zoom, qui fonctionne très bien, mais ici le Zoom est pratiquement inutile. J’ai tellement tenté de recalibrer ma Kinect que s’en était ridicule. Deuxièmement, la reconnaissance des mouvements souffre de grosses lacunes. Pas toujours, mais assez pour faire monter le taux de frustration. Troisièmement, surtout lorsque l’on jouait à deux, la Kinect perdait carrément la connexion avec la personne devant l’écran. Dernier point négatif, trop souvent au moment de relâcher les bras pour envoyer le projectile se fracasser sur les structures des différents châteaux, il partait seul sans avoir entamé le mouvement. Au final, le jeu a eu raison de ma patience, moi qui le suit énormément d’habitude. À quoi bon se battre lorsque c’est la mécanique qui fait défaut.

C’est bien beau mais:

Du côté de la modélisation des châteaux, c’est bien réalisé, de style bd. En fait pour ceux qui se souviennent, ça ressemble au premier jeu qui a vu le jour sur la Xbox 360: Kameo. Les destructions sont du copié collées chaque fois et les effets de démolition auraient bénéficié d’une physique plus réaliste. Les décors se ressemblent tous et pas très détaillé. Ça manque littéralement de vie. Outre ça, les reproductions de mouvements sont saccadées très souvent et j’ai remarqué une latence qui est omniprésente. Venez pas me dire, ouais, mais ta pièce est-elle bien éclairée, la distance était-elle bonne, etc. Je répondrai que mes autres jeux pour la Kinect s’en tirent plutôt bien.

On parle le gobelish:

Côté musical, on a droit à de la musique générique qui colle bien à la thématique médiévale. Les dialogues ne sont qu’en anglais, mais entre vous et moi, on s’en fou un peu, car ce n’est vraiment pas important. Pour les bruits comme les explosions et effets de destruction, c’est un minimum syndical.

L’assaut final:

On est d’accord sur le fait que pour un mélange d’Angry Birds et de Pain, ça aurait dû donner un bien meilleur résultat. Au final, le titre avait de bonnes idées en tête, mais mal exploitées. Il aurait bénéficié de quelques mois de peaufinage. Ce n’est clairement pas un titre qui va donner ses lettres de noblesse à la Kinect. Il sombrera dans l’oubli assez rapidement. Bref, le titre s’en serait mieux sorti à l’aide d’une manette.

Cote FG: 5.5/10

Points positifs:

  • Amusement compétitif à deux
  • Quelques bons moments
  • Prise en main intuitive
  • Le coût pas très élevé

 Points négatifs:

  • Reconnaissance déficiente des mouvements
  • Graphisme qui manque de finition
  • Décors vides
  • Manque de modes de jeu
  • Redondant et routinier
  • Le facteur rejouabilité très faible

Caractéristiques:

  • Développé par Iron Galaxy Studios
  • Publié par Microsoft Studios
  • Jeu de puzzle/action
  • Exclusif à la Xbox 360 via XBLA
  • Fonctionne avec la Kinect
  • Mode solo et multijoueur en local
  • Offert à partir du 25 juillet 2012
  • Coût: 800 points

Site officiel: http://irongalaxystudios.com/

Merci à Microsoft de nous avoir fourni le jeu pour en faire la critique.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s