Dust: An Elysian Tail – la critique

 

Il y a de ces jeux qui dès les premiers mouvements effectués avec la manette nous font écarquiller les yeux et nous émerveille. Dust: An Elysian Tail en fait partie. Les jeux téléchargeables ont la cote ces temps-ci et celui-là ne fera qu’en rajouter. Le Summer Of Arcade 2012, la promo estivale de la Xbox 360 a encore été très fort cette année. Au final, c’est le dernier en liste qui se sera avéré le plus amusant, le plus créatif, le plus beau visuellement, le plus… en tout cas vous comprenez. Une véritable surprise prenant la place qui lui revient de plein droit dans le monde des jeux de rôle et du jeu vidéo en général.

Une histoire captivante:

Alors que le monde de Falana est ravagé par une bande de monstres, un jeune Furry nommé Dust se réveille au beau milieu d’une clairière. Il semble frappé d’une amnésie et ignore complètement tout de son passé. Après quelques minutes avec les yeux ouverts, il aperçoit une épée enchantée qui vient à lui. Elle n’est pas seule , car accompagnée de sa gardienne la mystérieuse Fidget, un genre de fée en peluche. Par contre aussi petite soit-elle, elle a du caractère la demoiselle et ne veut pas laisser cette épée aussi facilement entre les mains d’un inconnu. Au final, c’est l’épée qui décidera d’accompagner Dust dans sa quête de l’inconnu pour tenter de reconquérir sa mémoire. Fidget suivra bien sûr, mais contre son gré.

Durée de vie et modes de jeu:

Avec ce jeu, on ne fait pas dans la complexité, un mode solo et c’est tout. Et vous savez quoi? C’est parfait comme ça. Certes ce n’est qu’un jeu téléchargeable, mais vous en aurez amplement pour votre argent. En fait, il s’agit d’un des meilleurs jeux offerts en version téléchargeable depuis Shadow Complex. Une véritable claque en plein visage de l’industrie du triple A à gros budget. Avec l’étendue de la quête principale et de ses nombreuses quêtes annexes, votre plaisir durera aux alentours de 15 à 20 heures. Le jeu est tellement prenant que vous ne verrez pas le temps passé. Outre le scénario principal qui passe par plusieurs rebondissements, les quêtes secondaires sont nombreuses et diversifiées. Il y a plusieurs lieux à explorer comme plusieurs villages, des grottes, des forêts, etc., et chaque lieu renferment maintes et maintes missions secondaires. Qui dit jeu de rôle, dit aussi système d’expérience et dans le cas qui nous intéresse, c’est plus que complet. La durée de vie est rehaussée par le nombre d’ennemis à affronter. Ici on a affaire au syndrome des deux jeux se terminant par la consonance « Souls ». C’est-à-dire que dès que vous quittez une zone que vous avez nettoyée de fond en comble et que vous y revenez quelques instants plus tard, les ennemis seront réapparus. Je ne suis pas certain d’aimer ce concept. Le seul véritable point faible de ce titre vient d’une carence au niveau de la personnalisation de notre personnage.

Combattre avec une épée parlante:

Le système de combo à la chaîne me rappelle mon expérience vécue avec le jeu Magna Carta 2 qui avait instauré le même système de combat. Il s’avère très efficace et devrait être intégré dans plusieurs jeux. Le jeu est tout le contraire d’un Dark Souls, car il permet d’accéder à son inventaire en mettant l’action sur pause. Donc, vous ne craindrez pas d’être attaqué lorsque vous naviguerez dans les différents menus offerts. Tout comme les Final Fantasy de ce monde, un système de « farming » est possible. Ce qui veut dire que vous pourrez revenir continuellement dans une zone pour terrasser les ennemis pour ensuite repartir et y revenir. Très utile pour accumuler de l’expérience et des items rapidement. Plus tôt je parlais du système de combo mis en place et il s’avère fort efficace avec l’acquisition de nouvelles aptitudes ce qui relancera constamment les combats qui sont mis à jour avec les nouvelles compétences. De plus, vous pourrez rencontrer des marchands pour effectuer du troc avec eux. Une partie que j’ai adorée, car il y a plusieurs que je n’arrivais pas à trouver et que le marchand possédait. Ce qui m’a permis très souvent de compléter des quêtes.

Du bonbon pour les yeux:

Pour un jeu téléchargeable, le graphisme est tout simplement sublime. Dans la trempe d’un Trine. Les personnages sont bien détaillés et modélisés, les décors sont colorés, diversifiés et très vivant. On a droit même à des effets météo avec de la pluie, des forts vents, etc. Tout pour rajouté à l’immersion. Et entre vous et moi, c’est ça un jeu de rôle non? L’immersion la plus totale. La pâte graphique est intéressante, c’est comme si vous lisiez une BD, mais interactive. L’interaction entre les personnages est intrigante et on sent vraiment l’émotion vécue par les protagonistes dans leur langage corporel. Les effets de pouvoir et de magie sont très surprenants et jouissifs pour les yeux. Si vous connaissez l’excellent Muramusa sur la Wii, le parallèle graphique est similaire. Le bestiaire est très diversifié et même Noé aurait été impressionné de ce qui a germé dans la tête des développeurs. Les villages sont tous différents et chaque région a un cachet particulier bien à elle. . Bref, mes yeux étaient contents d’être heureux. Les cinématiques sont nombreuses et il faut y prêter attention une première fois pour bien comprendre le contexte de l’histoire. De toute façon, vous ne pourrez pas les passer par le grand intérêt qu’elles procurent. Vous pourrez tout de même les sauter et même les mettre sur pause.

La chimie d’un duo:

Je dois dire que j’ai été particulièrement impressionné par le jeu des personnages. Même si ça ressemble à ce que nous offre les JRPG, c’est-à-dire un personnage qui parle de chaque côté de l’écran avec du texte déroulant. La différence ici est lors des dialogues, ce n’est plus que du texte déroulant, mais que les personnages parlent réellement. Et la synchrolabiale est parfaite. Certes le titre n’est offert qu’en anglais avec sous-titres français, mais combien jouissif. On sent vraiment l’émotion de chaque personnage. Dans le cas de Dust, personnage plus analytique, plus posé, plus réservé et faut pas oublier amnésique. Il est en quête de son identité personnelle. Pour Fidget, c’est tout le contraire. Une fée énergique, avec beaucoup d’attitudes qui vient trop souvent à l’encontre de Dust. Et pour l’épée, bien c’est une épée qui parle et qui prodigue nombreux conseils. La musique est sublime avec un soupçon médiéval. Elle cadre parfaitement avec le contexte. Elle n’est en aucun point répétitif et s’avère même surprenante. Une bande originale à vendre? Je suis acheteur.

En conclusion:

Tout possesseur d’une Xbox 360 doit absolument posséder ce jeu sous peine de représailles. Non, mais sérieusement, ce jeu est magique de par son scénario, ses dialogues, sa mécanique de jeu, etc. Bref, l’excellence même!

Cote FG: 9.5/10

Points positifs:

  • Un scénario prenant
  • Des personnages attachants
  • Un humour efficace
  • Un graphisme saisissant
  • Un grand jeu offert à moindre coût
  • Les nombreuses quêtes annexes

Points positifs:

  • Les ennemis qui reviennent constamment
  • Le manque de personnalisation de Dust

Caractéristiques:

Merci à Microsoft de nous avoir fourni le jeu pour en faire la critique.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s