Mark Of The Ninja – la critique

 

Il y a quelques semaines, je vous critiquais l’excellent Dust: An Elysian Tail. Cette fois-ci je récidive avec Mark Of The Ninja. Qu’ont-ils en commun? Ce sont deux jeux téléchargeables que vous devez posséder dans votre ludothèque. Tous les gamers savent que les Ninjas ont toujours occupé une place importante. Je ne pense qu’au TMNT, Ryu Hayabusa (Ninja Gaiden), Naruto, Mini Ninja, Ninja Blade, Tenchu, Shinobi, la liste est très longue. Disons que les exemples de furtivité dans le noir sont légions et le dernier jeu de Klei Entertainemnt est un excellent exemple. Qu’arrive t-il lorsque l’on prend le design de Shank et que l’on lui incorpore des Ninjas? Un excellent titre.

Le scénario:                                                   

La prémisse est simple, mais efficace. L’histoire vous permettra de décrocher à l’occasion avec toutes les phases de furtivité, votre cerveau sera content d’être heureux. Vous campez le rôle d’un ninja inconnu qui doit tout faire pour sauver l’éradication de son clan. Il réussit à sauver son maître Azai et promet de venger son clan. Vous apprenez que c’est un certain Karajan qui est à la tête de cette attaque. Vous partez à sa recherche accompagnée d’Ora, une femme ninja qui vous indiquera ce qu’il faut faire pour arriver à vos fins. Par contre, elle n’attaquera jamais à vos côtés, tout se passera en solo. Vous puiserez votre force à même un étrange tatouage fait avec de l’encre très mystérieuse. Certes le récit semble un peu dépourvu d’originalité, mais attendez d’arriver vers la fin. Il y a un retournement de situation que jamais je n’ai vu venir. L’effet de surprise est total. Bref, est-ce que toute cette épopée est réelle ou elle ne se passe que dans votre tête.

La durée de vie et modes de jeu:

Vous aurez devant vous une aventure se vivant qu’en solo. Je suis d’accord que seul c’est bien, mais le jeu manque cruellement de coopération. Certains passages auraient été préférables d’y jouer à deux. Dans une suite peut-être qui sait? Mais ce n’est que le seul point négatif. Il faudra compter environ six à huit heures pour en voir la fin. Ça peut vous sembler court, toutefois l’aspect rejouabilité est rehaussé de belle manière si vous comptez tout ramasser les items cachés et réussir les objectifs secondaires. Vous pourrez décider comment se dérouleront les niveaux. Il en reviendra à vous de dicter l’action. Tuez certains gardes, contournez les autres, les possibilités sont infinies. Finalement, chaque niveau renferme une salle de défi. Elle porte bien son nom, car vous devrez vous creuser la caboche et faire preuve d’une grande dextérité pour tous les réussir. Du défi vous dites.

La furtivité à son meilleur:

La prise en main est aisée et intuitive, elle nous permet de nous concentrer sur l’élément le plus important: la furtivité. L’aspect infiltration puise son inspiration sur des jeux bien connus qui font une nouvelle fois leurs preuves. Les gardes ont plusieurs niveaux d’alerte, il vous faudra éviter la lumière et faire le moins de bruit possible. L’ensemble n’est pas forcément très original, mais la recette est bien maîtrisée et nous offre une mécanique de jeu agréable et bien pensée. Une quantité innombrable de façons de tuer est mise à votre disposition. Par contre, il faut savoir qu’il s’active avec un système de QTE et qu’il faut faire preuve de rapidité pour ne pas les rater. Je n’ai noté que quelques petits irritants. Le bouton B sert à la fois à traîner un corps et ouvrir la porte. Ce qui représente un problème lorsque l’on doit exécuter les deux actions coup sur coup. Autre petit irritant est le fait de se suspendre aux parois, les contrôles ne répondent pas toujours du premier coup.

Les ninjas faits de couleurs et de noir:

La pâte graphique n’est pas sans rappeler la série Shank. On y retrouve la même formule bande dessinée dans un tout autre décor. Plus souvent qu’autrement vous aurez à vous fondre dans la pénombre pour ne pas vous faire repérer. Le jeu des lumières est fort important, car il vous faudra les éviter à tout coup. Vous devez passer par un chemin parsemé de lumières, simple brisé les, on ne sait jamais. C’est certain que les ennemis se ressemblent tout et tout au long de l’aventure vous ferez face à des clones à maintes et maintes reprises. Ce qui vient rattraper le tout vient des environnements très diversifiés. On passe par les toits autant qu’à l’intérieur, dans les sous-sols d’une forteresse, dans des zones remplies de mercenaires qui gardent le fort autant que des zones ou il n’y aura rien du tout. Vous devrez trouver le prince de Perse qui sommeille en vous, car votre ninja est furtif, mais tout autant acrobatique. Je vous conseille fortement de vous servir du décor à votre avantage. Un exemple: il y a des gardes armés jusqu’aux dents qui vous attendent et au quelle coïncidence, un immense lustre au dessus d’eux. Que faire? Simple, lancer une fléchette sur le lustre pour le voir aplatir ses ennemis. Vous ne pourrez pratiquement jamais vous perdre, car sur la carte qui représente le niveau en entier, votre objectif est indiqué d’une croix rouge. Les cinématiques ne sont pas très nombreuses, en fait elles arrivent une fois le niveau complété et met la table pour ce qui nous attend dans le prochain niveau.

Un ninja ça parle:

D’entrée de jeu, j’annonce que le titre n’est que sous-titré en français. Outre ça pas grand chose à mentionner si ce n’est que de temps à autre, vous entendrez Ora vous donnez des conseils et des ennemis discutés. Non, le point fort vient de la musique. Une musique teintée de racines orientales se mêlant bien à l’action vient vous plonger dans une immersion totale.

Pour conclure:

Depuis quelques mois, on a droit à des jeux téléchargeables très solides et celui-ci en fait partie. Un titre pas très original, mais oh combien jouissif de par sa mécanique de jeu et ses textures sombres et colorées à la fois. Bref, un autre petit chef-d’oeuvre signé Klei Entertainemnt.

Cote FG: 9/10

Points positifs:

  • Un scénario peu original, mais efficace
  • Un graphisme étonnant
  • Le mélange des environnements sombre et coloré
  • Les différentes manières d’y jouer
  • Excellente rejouabilité
  • La musique orientale

Points négatifs:

  • Quelques petits problèmes avec les contrôles
  • Les ennemis victimes de clonage
  • Un mode coop aurait été apprécié

Caractéristiques:

  • Développé par Klei Entertainment
  • Publié par Microsoft
  • Jeu d’action furtif
  • Mode solo seulement
  • Offert via téléchargement
  • Version anglaise sous-titrée en français
  • Site officiel: http://www.markoftheninja.com/

Merci à Microsoft de nous avoir fourni le jeu pour en faire la critique.

Publicités

Un commentaire sur “Mark Of The Ninja – la critique

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s