Might & Magic: Heroes VI – la critique

La série Heroes Of Might & Magic a toujours été fort populaire auprès de la communauté des joueurs PC. D’ailleurs, le troisième volet reste pour plusieurs le meilleur jeu de tous les temps. Quand 3DO a annoncé la fermeture de son studio, c’était unanime, la série prenait fin en même temps. Mais non, car un certain studio répondant au nom d’Ubisoft rapatriait la licence pour nous faire revivre des heures de plaisir. Commençant le renouveau de la franchise avec le quatrième chapitre, Ubisoft voyait trop grand. Souvent, donnez un second souffle à une série peut-être vu d’un bon oeil. Mais pas dans ce cas. Ubisoft voulait trop changer de choses. Le moteur graphique passait à la 3D, le scénario et la jouabilité était simplifiée. Bref, les fans n’ont pas très bien accueilli les nombreux changements.

Après un quatrième volet en deçà des attentes, Ubisoft a décidé quand même de récidiver avec le cinquième. Beaucoup mieux bâti et réalisé, on commençait à reconnaître le bon temps qu’a connu HOMM. Cette année, Ubisoft récidive avec la sixième itération de cette série culte. Ce que je peux dire c’est que c’est celui qui se rapproche le plus du troisième. Considéré le meilleur de la série. Donc, Ubisoft est dans la bonne voie, mais jusqu’à quel point? Je tenterai de vous le faire découvrir tout au long de cette critique.

Le scénario:

Les événements se déroulent 400 ans avant les péripéties du cinquième épisode. Dans celui-ci on doit suivre les faits et gestes d’une famille. Bref, leur destinée est entre nos mains. Bon vous me direz que l’intrigue n’est pas très originale et repassée à maintes reprises. Vous avez probablement raison, mais vous ne perdrez pas au change, car les personnages qui gravitent autour de nous sont très attachants et chacun avec une personnalité différente ce qui fait qu’on ne s’ennuie jamais à travers cette épopée. Le but, c’est simple empêché l’invasion des démons de prendre le pouvoir du monde d’Ashan. Pour ce faire, vous aurez à vous déplacer sur de grands espaces tantôt près de la mer, tantôt dans des environnements montagneux. Le voyage sera long, pénible et parsemé d’embuches. La tâche ne sera pas facile, mais au bout du compte, combien satisfaisante de ramener la paix dans ce royaume!

La durée de vie et modes de jeu:

Alors là il n’y aucun doute que le nombre d’heures vaut amplement l’investissement d’un achat. Vous aurez besoin d’au moins 50 heures pour voir la fin de l’histoire. Vos aventures prendront vies sur 24 cartes lors de la campagne. Plusieurs scénarios prennent 2 à 3 heures à terminer. Ce n’est pas fini. Oh non, car ajouter à cela le mode escarmouche, le mode duel et le mode multijoueur en local ou en ligne et vous en aurez amplement pour vous faire patienter jusqu’au prochain opus. Il y a plusieurs nouveautés à l’honneur. Maintenant un système de zones contrôlées en fait partie. En résumé, les endroits où sont stockées les ressources sont reliés par un point de contrôle qui peut être un château ou une cité. Lorsqu’on réussit à prendre d’assaut ce point, tout ce qui y est relié, devient votre possession. Autre changement, le recrutement des alliés. Auparavant, il fallait passer par les villes sous notre joug pour y récupérer nos troupes. C’est chose du passé, car maintenant vous pouvez passer par n’importe qu’elle de votre propriété pour y recueillir toutes les unités. Ce qui efface l’effet de va-et-vient et surtout la création d’un autre héros qui ne servait que de marchand d’échange. Le seul bémol, c’est l’intérieur des villes. Maintenant les écrans sont devenus des fenêtres non interactives. Les actions se font avec à partir d’une série d’onglets et pas toujours intuitives. Certes la jouabilité n’est pas affectée, mais en revanche, l’ambiance du jeu en souffre beaucoup. Même cette franchise n’échappe pas à l’aspect social des jeux. Tout d’abord, le jeu se lance avec la plateforme Uplay. C’est un peu le Steam ou l’Origin de Ubisoft. Avec cette interface on peut accéder à sa liste d’amis, communiquer via Skype avec d’autres joueurs dans la communauté et voir les statistiques et classements. Tout ça sera stocké dans votre profil de joueur nommé  » La Dynastie ». Un système de récompenses est mis en place face à vos exploits et vos améliorations seront accessibles via tous vos héros.

Le graphisme:

De ce point de vue, Black Hole Entertainment a réalisé de l’excellent travail. Les cartes sont très détaillées et enfin l’effet du rapprochement est impeccable. L’effet 3D des différents opus est mis de côté au profit d’un meilleur visuel et d’une fluidité quasi sans reproche. Les combats sont très impressionnants et la première fois que l’on aperçoit une nouvelle action d’une unité on en redemande. Le côté fantaisiste n’a pas été oublier avec les sorciers et les mages avec des effets de magie à couper le souffle. Les champs de bataille fourmillent d’action et d’animations. Par contre, les cinématiques sont ordinaires, mais se vivent bien et font le pont pour la suite de l’histoire. Mon plus gros coup de gueule vient des écrans qui représentent les villes. Tout simplement une claque dans la figure des fans des premières heures.

Musique et sons:

Encore un aspect pratiquement sans reproche. La musique dans ce genre de jeu prend une place prépondérante et c’est le cas ici. Des compositions qui massent l’oreille et qui coulent superbement. Les thèmes sont orchestrés d’une manière fluide et se laissent écouter tout au long du jeu sans jamais vivre un effet de redondance. Ayant joué le jeu en français, je peux dire sans me tromper que le doublage est réalisé de manière impeccable. J’ai aussi testé la version anglaise moins longtemps, mais avec tout autant de succès. Les bruits ambiants et l’émotion des personnages rajoutent vraiment à l’immersion de jeu.

Les contrôles:

De ce côté on nous sert la même bonne vieille formule. Mais pourquoi la changer quand s’en est une gagnante. La jouabilité répond très bien et de manière fluide. L’interface est facile d’approche même si elle semble remplie d’options de toutes sortes. La prémisse du jeu tourne autour de combats effectués tour par tour avec plusieurs unités sous la main. Un système quadrillé apparait et vous permet de vous déplacer stratégiquement pour mettre en place vos attaques ou vous défendre. Bref, les anciens se retrouvent en terrain connu et pour les nouveaux, il vous faudra quelques heures pour tout assimiler. Mais une fois fait, des heures de plaisir vous attendent.

En conclusion:

Certes Might & Magic: Heroes VI n’est pas le meilleur de la série, mais ne vient pas loin du troisième qui est la référence dans ce genre. Cette fois les nouveautés font honneur au titre toutefois mon regret vient du fait que le jeu a été simplifié. Avec plus de 50 heures en mode campagne et ses autres modes, enfin voilà un titre qui vaut se pesant d’or. À posséder dans sa ludothèque par tous les fans de la série et amateur de ce genre.

Cote FG: 9/10

Points positifs:

  • Meilleur titre depuis le troisième
  • Vous en aurez pour votre argent
  • Graphisme revu et corrigé
  • Musique inspirante et enivrante
  • La fluidité ne fait aucun doute

Points négatifs:

  • L’interface des villes est simplifiée au maximum
  • Le côté féérique est moins présent

Caractéristiques:

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s