(CRITIQUE) Assassin's Creed III

 

2012 souligne déjà l’arrivée au cinquième volet des aventures de Desmond Miles. Après deux extensions disons-le plutôt ordinaire, voici enfin la conclusion avec ce véritable troisième chapitre. Est-ce la finale tant attendue promise depuis le deuxième ou s’avère’-t’il une déception? Je vous invite donc, à suivre cette critique pour connaître mon opinion finale.

Le scénario:

L’histoire débute alors que Desmond Miles, son père et deux comparses se retrouvent à l’intérieur d’un Temple. C’est alors que Desmond enclenche un étrange compte à rebours prenant fin le 21 décembre 2012. S’apercevant qu’il manque une clé donnant accès au Temple, Desmond décide de retourner faire un dernier tour de piste dans l’Animus. C’est alors qu’il se retrouve à Londres en 1754 dans la peau d’Haytham Kenway, un ancêtre anglais. Au cours, de cette période, on y apprend son allégeance avec les Templiers et vient même à sauver une métisse de l’esclavage. On comprend alors qu’une relation se forge entre les deux amants et donnera plus tard Ratonhnhaké:ton, le principal protagoniste. Lors d’une attaque sauvage contre son peuple, sa mère fut tuée. Le jeune promit de se venger et de faire payer les tortionnaires de sa tribu. Certaines circonstances amenèrent Ratonhnhaké:ton à s’initier et s’entrainer au credo des Assassins. Dans sa tête ne trotte qu’une chose, éliminer tous les Templiers qui se trouveront sur le chemin de sa vengeance. Je rappelle que son père fait partie du groupe.

Durée de vie et modes de jeu:

En premier lieu, si vous vous demandez s’il est possible d’entrer dans ce nouvel opus sans avoir goûté aux autres, je peux répondre que oui. Appart quelques détails, vous ne serez pas vraiment perdu dans le scénario avec Connor. Cependant, il est tout autre avec Desmond. Déjà fort complexe à la base, la trame narrative de Desmond se complexifie dans celui-ci. Comme tous les autres chapitres, le jeu peut se passer de deux façons. Soit vous concentrez vos efforts sur la quête principale qui se divise en 12 séquences qui prendront grosso modo près de 20 heures ou soit que vous explorez toutes les parcelles de la carte, faites toutes les quêtes annexes et vous serez en mesure de doubler sa durée de vie. Il est bon de savoir que les trois premières séquences s’effectuent avec Haytham Kenway, soit environ 3 à 4 heures de jeu. J’ai trouvé que le début bien qu’il peut sembler long à se mettre en branle, démontre la mécanique de jeu ainsi qu’il met en place l’histoire autour de la famille de Connor. Bref, c’est très riche comme univers.

La campagne solo vous amènera à passer par les villes de Boston et New York. La carte joui d’une très grande superficie et on peut explorer tous ses racoins. Autant à pied, à cheval, dans les arbres, etc. Tous les moyens de locomotion sont bons. Avant de vous investir dans l’histoire principale, je vous conseille fortement de faire plusieurs missions secondaires, car il y en a des vraiment très intéressantes à réaliser. Comme on a déjà vu auparavant dans Brotherhood, les groupes d’Assassins sont de retour. Par contre, la façon de faire à quelque peu changer, maintenant, il ne suffit plus de libérer une tour, mais bel et bien une série de missions plus différentes les unes que les autres. J’avoue avoir eu bien du plaisir  à les faire. La plus grosse nouveauté vient des Batailles Navales. Seulement ce mode pourrait constituer un jeu en lui même. C’est un peu comme le jeu Sid Meir Pirates, mais remis à la valeur d’aujourd’hui. Premièrement, le contrôle du navire est très bien, on sent la lourdeur du vaisseau. On se sent vraiment le capitaine à la barre du navire. Il faut prendre en compte tous les aspects de la navigation. Il faut vérifier le sens du vent, les différentes armes donc les fameux canons et aussi les plus petits canons de précision moins puissante, mais très utile. Pour les gros canons, il y a différentes munitions: il y a les boulets classiques qui font du dommage a la coque, les les boulets a chaine qui serve a briser les mats des navires adverses pour pouvoir ensuite aborder les ennemis. Notre navire est améliorable, on peut acheter plus de canons une coque plus solide ou bien encore de nouvelles sortes de munition.

Comme la série avait au préalable décidé d’intégrer un mode multijoueur, elle récidive encore une fois cette année. Il s’agit d’un mode des plus complet avec quelques nouveautés à la clé. Par exemple, le mode Meute qui consiste  à assassiner une cible en tout en faisant équipe. Malgré un tutoriel qui explique toutes les mécaniques de long en large, je vous recommande de débuter avec une partie en mode Terrain de jeu. Outre le mode Meute, on retrouve aussi le mode Deathmatch, Traque et Assassinat du côté solo et Domination, Chasse à l’homme et Assaut de Relique en équipe. Alors, il y a de quoi faire et de quoi occuper les froides journées hivernales.

Les contrôles:

La mécanique de jeu est similaire à ce que l’on a pu jouer auparavant, cependant elle est teintée de certaines nouveautés. La jouabilité en situation de combat a été remise à neuf en faisant preuve d’une plus grande fluidité. Contrairement aux itérations précédentes, les attaquants sont plus intelligents et ils travaillent en groupe. Je citerai en exemple lorsque vous êtes attaqué par les ennemis il y en a certains qui demeurent en retrait pour vous tirer dessus durant que vous êtes occuper a vous battre avec les autres. Autre chose que j’ai adoré, c’est la grande liberté que l’on peut avoir en escaladant toutes les façades que vous verrez ou presque, en grimpant dans les arbres, en atteignant des sommets pour effectuer diverses synchronisations. Mais, ça ne s’arrête pas là. Ajoutez à cela les affrontements en mer, la chasse, l’exploration et le troc et vous avez un jeu vachement complet. Ah ouais, les chevaux sont de retour et point positif: le voyagement rapide d’un endroit à un autre. Dernier changement remarqué, le crochetage de serrure se fait de manière plus intuitive.

Le graphisme:

Après trois ans de développement et un nouvel engin graphique en l’AnvilNext, cet opus se veut très riche. Cependant, nouveau moteur dit aussi nombreux bogues et Assassin’s Creed III en est rempli. Par contre, ils ne m’ont pas déranger et vous savez, essayer d’enlever tous les bogues d’un évoluant dans un monde ouvert tient du  miracle, alors faut faire avec. Le plus dommage ce sont les bogues qui empêchent de commencer ou terminer une mission, mais ce n’est présent qu’en infime quantité. Les villes sont en pleines effervescences et regorgent de détail. Outre les villes, les forêts le sont tout autant. La modélisation des personnages est sublime et que dire des animations, elles sont magnifiques. Encore une fois, Ubisoft est allé fort dans sa recherche du détail historique. Boston et New York sont représentées d’une manière remarquable. Que dire des phases dans l’univers marin, simplement jouissives.

Musique et sons:

L’aspect musical est la force de cette série et pour cause. L’ambiance sous fond de musique plonge le joueur encore plus dans le rôle de Connor. Cette trame musicale a été écrite entièrement par  Lorne Balfe qui avait participé en tant que cocompositeur sur Assassin Creed: Revelations. Il a aussi travaillé avec Hans Zimmer sur les bandes originales des films Inception et Batman. Cependant, elle n’est pas venue me chercher autant que les autres itérations. L’autre grande force vient de la trame sonore. Alors là, Ubisoft fait dans le très fort. Je ne pense qu’aux bruits dans la forêt, au vent qui déchire les voiles en mer, les épées qui s’entrechoquent ou bien des coups de mousquets qui retentissent de toute part. Le jeu est offert en version intégrale anglaise ou française et le doublage est excellent. On sent vraiment les sentiments dans les voix et la syncrolabiale est quasi parfaite.

En conclusion:

Au final, les aventures de Desmond Miles prennent fin sur un titre solide, voire même exceptionnel. Tout est positif appart le nouvel engin graphique qui ne répond pas aux exigences souhaitées par les fans. Du coup, voilà une façon de boucler la boucle.

Cote FG: 9/10

Points positifs:

  • Un scénario prenant
  • Un univers riche
  • Des décors diversifiés
  • Une mécanique de jeu hors pair
  • De nombreuses quêtes annexes
  • Un système de combat intuitif

Points négatifs:

  • De nombreux bogues
  • Un didacticiel trop long
  • Un mode multijoueur présent, mais non essentiel

Caractéristiques:

  • Développé par Ubisoft Montréal
  • Publié par Ubisoft
  • Jeu d’action/aventure
  • Mode solo et multijoueur en ligne
  • Contenus téléchargeables
  • Disponible sur PC, PS3, Wii U et Xbox 360
  • Version intégrale anglaise ou française
  • Site officiel: http://assassinscreed.ubi.com/ac3/fr-fr/index.aspx
Publicités

2 commentaires sur “(CRITIQUE) Assassin's Creed III

  1. À propos de la mécanique de jeu, je ne suis pas tout à fait d’accord par le fait que je n’aime pas le système de visée avec une arme à feu. En effet, je trouve que la mécanique implantée ne me laisse pas assez de liberté car on ne peut viser que les personnages dans une certaine zone imposée. Pour être honnête, je me ne sens pas encore à l’aise avec les contrôles en général.

    Malgré tout, le jeu possible de belles qualités au niveau de la narration et du graphisme trés réussie. D’ailleurs, je trouve que certaines critiques ont été sévères à son endroit pour l’ensemble . C’est un bon triple AAA, mais sans être le jeu de l’année.

    En terminant, j’en profites pour souhaiter une bonne année à toute l’équipe de Facteur Geek qui est l’un des sites web et podcasts des plus actifs et assidues dans la communauté des geeks québecois.

    En espérant pouvoir vous écouter ce soir pour la dernière de Facteur Geek de l’année 2012!

  2. Certes les contrôles et la mécanique laissent un peu à désirer et je pense qu’ils feront mieux la prochaine fois, mais il faut tout de même admettre que c’est l’un des meilleurs jeux de sa catégorie avec une richesse de scénario qu’on adore.
    galaxy s4

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s