(CRITIQUE) Ninja Gaiden 3: Razor’s Edge

 

Malgré une déception avec le troisième chapitre, Team Ninja tente de se faire pardonner avec une version Wii U avec quelques nouveautés à la clé. Cependant, serait-ce assez pour faire oublier la bourde qu’était le numéro trois de la franchise? Avant de répondre, je me dois d’énoncer ceci. Je me suis longtemps posé la question à savoir pour quelle raison Nintendo avait accepté ce jeu qui s’était avéré au final une amère déception. Alors, pourquoi l’avoir accepté comme titre de lancement sachant que ça peut faire mal à une nouvelle console? Simple, Team Ninja a réussi son pari. Certes, le jeu n’est pas parfait, mais fait beaucoup mieux que son cousin.

Le scénario:

Vous campez le rôle encore de Ryu Hayabusa qui doit contrer le groupe terroriste « Lords Of Alchemy » qui prend pour cible rien de moins que la maison du président à Londres. Jusqu’ici tout va bien, mais retournement de situation alors que Ryu est victime d’une terrible malédiction lors d’un combat avec celui qui semble être la tête dirigeante du groupe. Le bras de Hayabusa entre en totale fusion avec son épée ce qui fera au final que chaque victime qu’il fera, affectera sérieusement sa santé jusqu’à sa mort. Comme un malheur n’arrive jamais seul, les terroristes menacent d’éradiquer toute trace de vie si les Nations ne rendent pas les armes et ce en moins d’une semaine.

Bon, okay, on s’entend que Team Ninja n’a jamais été fort lors de la rédaction d’une histoire. Parfois confuse, parfois inutile, en fait le scénario ne sert seulement comme trame de fond à un défouloir. Exit les choix moraux qui étaient compris dans Ninja Gaiden 3. Du coup, l’histoire s’en trouve mieux racontée, mais ne demeurera pas en mémoire très longtemps.

Longévité et modes de jeu:

Vous serez devant un jeu très similaire au troisième. Par contre, avec quelques nouveautés à la clé. On y retrouve entre autres quelques missions en extra qui seront jouables avec Ayane, le pendant féminin de Hayabusa. Rajouté à ça quelques défis cachés également. Lors de mon premier essai avec cette dame remplie de haine, je n’étais pas certain du résultat. Force est d’admettre qu’elle apporte un vent frais au scénario qui manquait cruellement à la précédente version. Le plus beau dans tout ça c’est qu’à l’instar de son confère, elle possède tout un arsenal de mouvements et d’habilités mis à sa disposition. Les défis se veulent peu original et calqué sur ce que l’on a pu voir mainte et mainte fois déjà. C’est à dire que vous devrez faire face à des vagues d’ennemis. Plus vous en éliminerez et plus vous accumulerez des points d’expérience dans le but d’améliorer votre perso. Cependant, ne débute pas les défis qui veut. Vous devrez explorer les différents niveaux à la recherche de crânes de cristal. Une certaine inspiration de Halo peut-être? Il faudra environ une dizaine d’heures pour voir le dénouement final. Attendez-vous à mourir souvent voire même très souvent. Cette série n’a jamais fait dans la facilité et pourquoi faire différent avec celui-là. Parfois, ça en vient même frustrant.

Le mode en ligne quant à lui n’a subit aucun changement particulier. Vous et sept autres personnes devrez s’affronter dans un combat à mort sans merci. Plus vous gagnez et plus vous accumulerez des pièces d’équipement pour améliorer votre personnage. Vous pourrez aussi compléter des défis avec un équipier. C’est intéressant quelques instants, mais sans plus.

La jouabilité:

On compte ici encore plusieurs nouveautés à commencer avec l’intégration de la Wii U Gamepad. En premier lieu, il sert de gestion pour l’inventaire. Vous pourrez enfiler vos nouveaux costumes, vous armez jusqu’aux dents ainsi que choisir vos habiletés. Secundo, toutes vos statistiques compilées seront accessibles à ce même endroit. Le jeu est aussi transférable de la console à la manette, ce qui représente un gros plus.

Razor’s Edge intègre également un système de progression qui faisait défaut dans les autres chapitres. Vous débuterez votre aventure avec moins de puissance (peu de techniques) et tout au long de votre quête, Ryu pourra dépenser ses points d’expérience dans le but de combattre des ennemis plus puissants. Le système de combats a aussi été revampé. Terminé les nombreux QTE pendant les combats, ce qui a pour effet de pouvoir réaliser une série de combos dévastateurs. Cette série revient en force avec l’aspect violence, qui était totalement absent lors de la troisième édition. Dites bonjour aux nombreux démembrements, décapitages et hémoglobine en quantité industrielle. Les puristes de la série seront contents d’être heureux.

 

Le graphisme:

Ici, on est droit de questionner le choix de Team Ninja en choisissant le même moteur graphique que le numéro 2. La Wii U n’est pas censée être une console en haute définition se comparant à la PS3 ou à la Xbox 360?  Alors pourquoi ne pas avoir opté pour au minimum le même engin que le dernier chapitre? Même si le tout demeure à la limite regardable, n’en reste pas moins décevant. Le moteur vieillot se fait sentir avec de nombreux épisodes de ralentissement. Lorsqu’il y a trop d’unités à l’écran, c’est à cette occasion qu’on ressent le plus le manque de fluidité. Comme je mentionnais dans la précédente section, la violence est de retour et votre écran virera au rouge très souvent. La Croix-Rouge y ferait ses frais pour l’année sans aucun doute. Au niveau des textures et des environnements, c’est le minimum syndical et rien de plus. Cette édition aurait pu prendre le sobriquet de Ninja Gaiden 3: L’attaque Des Clones. Le même ennemi reviendra sans cesse du début à la fin. Bref, le jeu manque cruellement de finition côté graphique.

L’aspect sonore:

Malgré que la musique suit bien l’action, elle demeure répétitive. Lors de scènes intenses, les pièces musicales deviennent plus agressives et lors de phases plus calmes, la musique ralentit et devient plus douce. Les dialogues entre les ennemis souffrent aussi de répétition. Vous serez à même d’entendre des jurons avec le fameux « F Word ». Trop à mon goût si vous voulez mon avis. Encore une fois, le jeu n’est pas offert dans la langue de Molière pour les voix. Vous aurez la possibilité d’y jouer avec le langage en anglais ou en japonais. Le tout est sous-titré en français dans les deux cas.

Au final:

Cette édition renferme assez de nouveautés et d’améliorations pour passer au devant de son prédécesseur. Cependant, le graphisme demeure le point faible du jeu. Il me semble qu’un jeu de ce style a grandement besoin de fluidité lors des combats et dans le cas qui nous intéresse, on oublie ça. Je le recommande aux fans qui ont été grandement déçus par son cousin. Bravo Team Ninja, mais faut revoir le moteur graphique svp.

Cote FG: 8/10

Points positifs:

  • Les nombreuses améliorations
  • Le pendant féminin de Ryu, Ayane
  • L’intégration de la Wii U GamePad
  • La saveur de Ninja Gaiden est de retour

Points négatifs:

  • Le graphisme désuet
  • Le mode en ligne

Caractéristiques:

  • Développé par Team Ninja
  • Publié par Nintendo
  • Jeu de baston
  • Mode solo et multijoueur en ligne
  • Version anglaise ou japonaise, sous-titrée en français
  • Site officiel: http://ninjagaiden3.nintendo.com/

Merci à Nintendo de nous avoir envoyé le jeu pour en faire la critique!