(CRITIQUE) Ni No Kuni: Wrath Of The White Witch

 

En débutant, j’aimerais mentionner que si vous êtes admirateur de jeux de rôle japonais ce jeu s’adresse à vous. Malgré son développement pratiquement caché et son absence de pubs, ce titre de Level 5 s’avère une agréable surprise et redonne ses lettres de noblesse non seulement aux JRPG, mais aussi au jeu vidéo proprement dit. Bref, un titre frisant la perfection et je vous explique le tenant de mon enthousiasme.

Le scénario:

Ni No Kuni s’articule autour d’un jeune garçon de 13 ans se nommant Olivier, un résident de Motorville, dont la mort de sa mère survient dû à des contraintes cardiaques après l’avoir sauvé de la noyade. Étant grandement affecté par la mort de sa maman, Olivier sanglote et ses pleurs atteignent une poupée donnée en cadeau par Alicia, la maman du jeune homme. La poupée prend vie tout d’un coup et s’avère être une fée masculine nommée Lumi (oui ça se peut une fée garçon). Cette dernière donne à Olivier un livre qui lui permettra d’utiliser la puissance de la magie et ainsi faire l’entrée dans le monde de Ni No Kuni. Un univers parallèle à la réalité d’Olivier. Il y rencontrera d’autres personnages comme Esther, Swaine et bien d’autres avec qui il se liera d’amitié. Tout ça dans le but de sauver l’âme sœur d’Alicia, Roxanne. S’il réussi, il sera à même peut-être d’empêcher la mort de sa maman, mais s’il échoue… On a droit à une histoire digne de la plus pure tradition japonaise. Des enfants, de la magie, un univers parallèle, un scénario prenant, bref un vrai jeu de rôle japonais.

(CRITIQUE) Ni No Kuni - Wrath Of The White Witch #1

Durée de vie et modes de jeu:

Comme tout bon JRPG, le début se veut très lent, mais ça ne m’a jamais incommodé. Il faut comprendre que les Japonais sont friands de ce style et il faut laisser le scénario se mettre en place pour bien l’apprécier à sa juste valeur. Il faut environ 5 ou 6 heures pour que le jeu prenne sa vitesse de croisière. Ce jeu de rôle ne fait pas exception à la règle avec sa quête principale qui prend 30 à 40 heures a boucler ainsi que ses très nombreuses quêtes annexes qui vous donnera en tout pas loin de 80 heures de pur plaisir. Rajouter à ça tous les personnages à rencontrer et les trésors à découvrir.

Tout ça c’est bien, mais l’aspect que j’ai préféré est de prendre le contrôle de petits êtres appeler Familier que vous pouvez gagner en réalisant certaines quêtes ou objectifs à atteindre. Ou tout simplement en vous baladant dans le monde qui vous entoure. L’immensité de la carte me rappelle ce que l’on retrouvait à l’époque des premiers JRPG. Vous naviguerez entre deux continents ainsi qu’une multitude d’îles. Chaque section renferme son bestiaire distinct. Pour revenir aux Familiers, ce n’est pas moins de 430 petites bêtes qui n’attendent que vous et ainsi garnir votre collection. Ça vous sonne une cloche? Pokémon peut-être, attrapez-les tous. Chaque familier évolue en augmentant de niveau. Ils peuvent vous venir en aide pendant les combats en intégrant une arme, un bouclier ou un artéfact magique. Ce qui au bout de compte permet de souffler quelque peu et envoyer combattre notre petit copain à notre place.

(CRITIQUE) Ni No Kuni - Wrath Of The White Witch #2

J(oie)bilité:

Ici, on est encore dans la tradition des JRPG avec un système de combat en tour par tour, mais en temps réel. Vous devrez au préalable sélectionner un combattant ainsi qu’une action pour la voir se réaliser à l’écran. Si vous décidez de changer d’idée en cours de route, vous pourrez toujours l’annuler et en choisir une autre. Ça, c’est pour le tour par tour. L’aspect en temps réel est vécu lors des déplacements sur le champ de bataille. C’est à ce moment qu’entre en jeu le côté stratégique. Vous n’affronterez pas un ennemi faible de la même manière qu’un adversaire beaucoup plus résistant.

À l’occasion, des orbes apparaîtront sur le terrain et vous pourrez les récolter. Ce qui facilitera votre tâche. Les vertes pour la santé, les bleues pour la magie ou mana et les jaunes pour les pouvoirs spéciaux comme ramener une barre de vie complète. Pour le dernier cas, elles se font plutôt rares. Le seul point faible du jeu vient du fait que les Familiers partagent la même barre de vie et de magie que notre personnage ce qui fait que lorsqu’un des deux perd des points de vie l’autre perd les mêmes points et ainsi de suite. Faut faire avec et ça rajoute à la difficulté du titre.

Une beauté vous dites:

Que vous soyez fans ou non de ce style de jeu, vous ne pourrez pas demeurer insensible à son charme. Basé sur du cell shading et se donnant un aspect bande dessinée un peu à la Naruto, ce jeu est d’une beauté sans égale. La ressemblance avec un anime japonais est à s’y méprendre. Les couleurs sont vives et donne vie aux environnements. Les décors sont très variés et découlent d’un univers fantastique de première classe. Les yeux s’excitent à la vue du jeu des ombres et de la lumière. Que dire de la modélisation des personnages? Rien de plus qu’il s’agit d’une bande dessinée interactive de grande qualité. Les cinématiques ne sont pas en reste avec des extraits en 2D réalisés par les artistes japonais de grands talents. Les chargements sont très rapides, c’est rare pour un disque de format Blu-ray.

(CRITIQUE) Ni No Kuni - Wrath Of The White Witch #3

Les oreilles au paroxysme du bonheur:

La musique est passionnante et rajoute tellement à l’immersion. Level 5 ayant fait appel à l’orchestre philharmonique de Tokyo, la musique s’harmonise avec ce que l’on voit. Petit bémol cependant, car j’ai eu l’impression d’entendre la même pièce musicale lors de chaque combat. Mais on excuse bien vite ce petit défaut. Trop occupé à combattre…

Les dialogues sont nombreux et sont tout aussi excellents. Attendez de lire beaucoup, car le jeu n’est que sous-titré en français. Chaque acteur a donné vie à son personnage de façon magistrale. J’ai Lumi en tête avec son attitude humoristique et ses répliques à l’emporte-pièce.

En conclusion:

Au final, l’expérience vidéoludique que nous propose Level-5 et Ghibli avec Ni No Kuni vous feront vivre une expérience rarement vue, et ce, avec mon expérience de 28 ans dans les jeux vidéo je pourrais facilement comparer se jeux a des classiques comme Final Fantasy VI ou même le légendaire Chrono Trigger. C’est pour dire a quel point j’ai apprécié le jeu dans toutes ses facettes que se soit la musique, le graphisme, les mécaniques de jeu, le scénario. Bref, du tout bon.

Pour les gens qui désirent jouer à ce jeu, je vous suggère de l’acheter en format boîte, car le jeu pèse 15 Go pour le téléchargement et il ya une démo pour vous laisser conquérir par ce candidat au jeu de l’année.

Cote FG: 9.5/10

Points positifs: 

  • Un scénario passionnant
  • Les familiers
  • Le graphisme majestueux
  • Des personnages attachants
  • Une bande originale sublime

Points négatifs:

  • Ça en prend un?

Caractéristiques:

  • Développé par Level-5 et Studio Ghibli
  • Publié par Namco Bandai
  • Jeu de type JRPG
  • Mode solo seulement
  • Exclusif à la Nintendo DS (Japon) et PS3
  • Version anglaise sous-titrée en français
  • Site officiel: http://www.ninokunigame.eu/fr.html
Publicités

4 commentaires sur “(CRITIQUE) Ni No Kuni: Wrath Of The White Witch

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s