(CRITIQUE) To the Moon

To the Moon est un jeu de rôle et d’aventure sur PC disponible sur le site officiel du jeu, sur Steam, sur GOG et sur Origin pour 10$. Ce jeu de Freebird Game se veut beaucoup plus une expérience audio-visuelle qu’un RPG à proprement parler.

To the Moon est un jeu bien spécial, car la participation du joueur est plutôt minimisée. La jouabilité est ramenée à sa plus simple expression pour permettre à l’histoire de suivre un rythme idéal. Il n’y a donc pas de combat, pas de recherche très poussée et quelques puzzles à la simplicité déconcertante; en fait, ils ne sont là que pour permettre au joueur de « jouer » plutôt que seulement vivre le scénario. Dans ce titre de Kan Gao, le joueur explore les souvenirs d’un homme mourant pour arriver à lui permettre de réaliser son dernier souhait, aller sur la lune.

to-the-moon-screenshot

Le jeu est divisé en trois actes distincts.  C’est dans le premier que le joueur s’habitue à l’univers; l’histoire suit toujours un même patron, nous visitons le passé de John, une étape à la fois, et nous en apprenons un peu plus sur sa vie à chaque saut dans le temps. Déjà, à ce moment, nous réalisons que nous vivons une expérience unique, mais nous sommes loin de savoir que ce n’est que la partie immergée de l’iceberg. Chaque halte dans le temps demande de récupérer cinq mémoires pour ensuite briser la « serrure » de l’objet charnier. C’est au moment où le joueur souhaite utiliser cet objet qu’il doit résoudre le petit puzzle. Les mémoires, quant à elles, ne sont jamais bien compliquées à trouver, tout ce qui semble avoir un intérêt en a probablement un, il suffit d’interagir avec le personnage ou l’objet particulier et la mémoire est trouvée. Les actes deux et trois sont un peu plus courts et réduisent encore plus la jouabilité, mais le scénario prend une telle tangente que ces actes deviennent les plus plaisants à découvrir. Le premier devient répétitif, mais c’est loin de briser le jeu.

To the Moon on PC

Le point fort du jeu, c’est sans aucun doute son scénario. Simplet au début, il se complexifie rapidement et la profondeur qu’il prend donne presque le vertige. Tout est pensé et l’art de l’écriture est hautement maîtrisé. Je n’en révèlerai pas plus, mais sachez que le scénario en jette même après le générique. Humour et émotions fortes sont au rendez-vous. Pour agrémenter le tout, une excellente musique est brillamment composée. Plusieurs pièces au piano, mais pas seulement, vous transporteront dans cet univers à la fois triste et magnifique. Visuellement, rien de spécial, un RPG au look rétro 16 bits, mais aux décors travaillés et souvent remarquables. La durée de vie de To the Moon ne dépassera pas les cinq heures, mais comme il y a conclusion et ouverture, on en redemande pas plus (surtout que c’est spécifié sur le site du jeu que la durée de vie se situe autour de quatre et cinq heures). L’histoire est terminée et le joueur bouche bée par ce qu’il vient de vivre.

Comme ce fut le cas pour de nombreux joueurs, To the Moon est un gros coup de cœur. Il démontre une grande maîtrise de l’écriture, à un point tel que la jouabilité et la durée de vie n’importent pas le moindrement au joueur. La musique et le visuel magnifique y sont aussi pour quelque chose. Je ne peux que conseiller vivement ce titre à tous.

9.5/10

Merci à Freebird Games pour le jeu.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s