(CRITIQUE) Evoland

Evoland est un « JRPG » /« Action RPG » indépendant sur PC offert au coût de dix dollars.  La prémisse est simple, parcourir l’évolution de ces deux types de jeux depuis leurs tout débuts. Nous pourrions presque lui donner le titre de « Cours d’histoire » de ces deux genres, presque…

Evoland se veut une courte histoire des jeux vidéo d’action RPG et JRPG. En ce sens, il débute très bien avec un univers très « Zelda-like ». De coffre en coffre, nous faisons évoluer le monde dans lequel nous voyageons. L’évolution présentée est plutôt intéressante et une petite phrase, souvent humoristique, vient ponctuer nos nouvelles « acquisitions ». Malheureusement, l’évolution se termine dans la première demi-heure de jeu environ, pour ensuite laisser place à un scénario cliché, inspiré en majeure partie par Final Fantasy VII. D’ailleurs, à partir de ce moment, le jeu nous offre plusieurs références, la plupart du temps sur FFVII et Zelda, mais elles sont tellement faciles, que c’en est ridicule. Notre personnage se nomme Clink et il porte l’épée de Claud en traversant les mines de la Noria pour combattre Zephyros. Il y en a quelques autres tout aussi faciles, mais celles-ci sont assez convaincantes.

Evoland-610x339

La jouabilité se divise en deux parties : Action RPG et JRPG. La première est réussie et amusante environ une heure. Après l’évolution à la 3D, nous avons un niveau dans lequel nous devons revenir dans le passé (8-bit) pour accéder à certaines sections pour activer des braseros et revenir au présent pour passer un autre obstacle, etc., c’est une partie fort intéressante et amusante qui nécessite de la réflexion. Par contre, lorsque cette partie se termine, les donjons qui s’offrent à nous sont plutôt ennuyeux et vides, sans âme, tous pareils. Les contrôles répondent aussi très mal en 3D, rendant certains passages pénibles. Lorsque nous mourrons, nous retournons au menu principal, mais à certains endroits nous aimerions pouvoir recommencer immédiatement, plutôt qu’attendre le chargement et le reste. Au boss final par exemple, c’est très pénible, car nous devons revoir les dialogues à chaque fois. Même si nous pouvons les passer plus rapidement, cela devient pénible à la septième ou huitième fois.

Les parties JRPG ne sont pas vraiment mieux, car dans ces sections, les combats aléatoires sont aux trois secondes et ne demandent pas de stratégie ni même rien de plus qu’appuyer sur « attaque » jusqu’à ce que les ennemis meurent. Les gains d’expériences sont également inutiles, parce que (Spoiler pour le reste du paragraphe) de toute façon, le boss nous élimine quoi qu’il arrive puisque nous sommes trop faibles; ensuite on nous offre une attaque « super méga forte » qui le bat, mais qui ne servira plus par la suite. De plus, nous devons le combattre une nouvelle fois, pour de bon, à la fin, mais en mode action. Disons que si l’expérience ne sert à rien, les combats aussi ne servent à rien…

news33611_10211-steam_greenlight_spotlight_evoland

Le jeu se termine en environ trois heures. C’est très peu pour un jeu de rôle, même pour son petit prix. C’était de trop de vouloir ajouter la jouabilité JRPG dans un jeu qui semble avoir été fait seulement pour l’action au départ: il y a peu de moments JRPG et rien n’est poussé en profondeur, et donc, cette partie ne fonctionne pas vraiment. En plus, la version française est régulièrement ponctuée de fautes comme « TBonne nouvelle! », et il y en a quelques-unes de plus au long du jeu.

Le concept d’Evoland est excellent, il donne le goût, mais malheureusement le jeu est plutôt fade, sas saveur. Plusieurs éléments ne fonctionnent pas et viennent briser ce qui marche. La jouabilité devient rapidement ennuyeuse et le scénario également; l’expérience aurait bénéficié d’une histoire prenante, d’une évolution plus longue et de moins de 3D.

Points positifs :

  • Évolution bien présentée
  • Puzzle passé/présent intéressant
  • Humour (quoiqu’un peu trop basique)

Points négatifs :

  • Évolution trop rapide
  • Scénario cliché et peu développé
  • Trop de combats aléatoires (aux cinq pas environ)
  • Quelques références beaucoup trop évidentes
  • Contrôles plutôt pauvres, mauvaise réponse
  • Retours au menu trop fréquents
  • Peu d’action, répétitif
  • Fautes en français

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s