(CRITIQUE RÉTRO) F-Zero X

À l’heure où le rétroludisme semble prendre de l’ampleur, comment peut-on parler d’une franchise qui est en ce moment dans l’oubli total depuis que son héritier, Wipeout, a gagné le coeur des joueurs de la PlayStation? Saviez-vous qu’un mois avant l’arrivée de Wipeout 64, un certain F-Zero X faisait son entrée?

F-Zero X est le Star Fox 64 de sa propre licence : une amélioration du titre original tout simplement. Mais saviez-vous que F-Zero, le premier titre, était un des titres de lancement de la Super Nintendo Entertainment System? F-Zero est à la base un jeu de courses de petites navettes dans un style très arcade. Vous devez terminer premier mais vous devez aussi vous soucier de votre jauge d’énergie et donc rester en vie.

F-Zero X reprend les éléments de F-Zero et agrandit le concept. Quatre véhicules étaient disponibles avec un choix de 15 courses. F-Zero X présente maintenant une sélection de 24 circuits (six d’entre eux à débloquer avec une coupe) en plus de quatre niveaux de difficulté. Le défi de F-Zero X reste le même que le premier mais voilà le gros du détail : sur un circuit, vous êtes TRENTE à faire la course! Les développeurs, afin de maintenir le facteur vitesse, ont sacrifié les polygones afin de maintenir l’animation à 60 images par seconde ce qui donne un effet, à l’époque, inégalé sur la Nintendo 64. Non seulement mais c’était très rapide mais la moindre erreur était fatale.

Le jeu se joue comme tout bon jeu de courses mais chaque bolide a des caractéristiques de maintenance (Grip), poussée de vitesse (Boost) et résistance (Body). Plus la résistance a une lettre élevée (D étant moins et A étant plus), plus votre véhicule pourra faire des dégâts et résister aux attaques. Pour attaquer, vous devez taper R ou Z deux fois et votre bolide aura une sorte d’enveloppe rouge ce qui vous permettra d’endommager les véhicules. Bien sûr, vous pouvez aussi tourner tout en frappant vous donnant un maximum de puissance mais le jeu se déroule si rapidement que vous pouvez tomber dans le précipice.

Afin de maintenir le rendu de 60 images par seconde, la qualité générale de l’affichage a été sacrifiée. Cela dit, on comprend rapidement et on embarque, de manière générale, assez bien dans l’ambiance du jeu. Les musiques sont rythmées, stressantes à souhait. Mais ces détails, ce n’est rien car tout repose sur la jouabilité et F-Zero X réussit bien dans ça! Le jeu se prend très bien mais est très difficile! On souhaite changer de vue? Pas de problème, vivez avec la frustration d’avoir une caméra placée presque au-dessus de votre véhicule et de ne pas voir ce qui arrivera devant vous.

Le jeu offre un mode multijoueur jusqu’à quatre mais aussi le mode Death Race où vous devrez détruire le plus rapidement possible les 29 adversaires. Il y a aussi un mode Pratique où on peut étudier les courses et tester les bolides ce qui est extrêmement intéressant. Il y a aussi le traditionnel Contre-La-Montre mais l’esprit du jeu est le mode Grand Prix pour débloquer des bolides et la 4e série de courses. F-Zero X n’est pas exactement marquant mais livre la marchandise pour ce qui est de la vitesse et de l’action. Bien sûr, ce n’est pas le jeu de courses de fête du genre Mario Kart 64 puisque F-Zero s’adresse à un public généralement conquis d’avance. C’est un jeu pour les joueurs avancés et ça se sent!

Il est surtout étrange de jouer à ce jeu alors qu’on connait l’impact qu’a eu Super Smash Bros. À dire vrai, qui ne souvient pas de Mute City et Big Blue dans Melee? Ces terrains où nous étions parfois sur les véhicules F-Zero? Captain Falcon qui courait à vive allure? F-Zero X est un bon jeu de courses et j’aurais aimé le connaître avant d’embarquer dans Super Smash Bros. Si vous n’avez pas aimé Mario Kart 64, F-Zero X est une belle alternative qui conviendra surtout aux joueurs vétérans.