(CRITIQUE) Remember Me (le passé est garant du futur)

 

Depuis Resident Evil 6, Capcom a le vent dans les voiles avec la venue de Dragon’s Dogma, l’excellente série de Lost Planet et le troisième qui sortira bientôt, Resident Evil: Revelations sur consoles de salon. C’est bien pour eux, mais la nouvelle licence qui martyrise mon esprit depuis sa première annonce c’est Remember Me. Pourquoi? Simple, le mystère entourant le scénario et sa principale héroïne en Niilin. En s’attaquant à la mémoire et surtout la manipulation des souvenirs, les développeurs de chez Dontnod se sont offert un cheval de bataille fort complexe. Ça tombe bien, j’adore la complexité. Ça me permet de mettre mon cerveau à rude épreuve et tenter d’en comprendre tous les éléments. On appelle ça l’immersion de l’imagination. Bref, tout ça pour vous avouer que j’ai adoré mon expérience et voici pourquoi.

Cette histoire qui base son fondement sur la science prend place en 2084 au coeur d’un Paris dévasté par un conflit européen faisant suite à une crise monétaire. Dans ce nouveau Néo-Paris, la race humaine pousse son interconnectivité au maximum grâce à un immense réseau virtuel qui permet un système de troc via les… souvenirs. Au bout de tout ceci se trouve une corporation totalitaire du nom de Memorize. Nous savons tous ce que représente la richesse avec celle-ci vient le pouvoir. C’est exactement le but de Memorize. Cependant, une cellule qualifiée de terroriste lutte contre le marché des souvenirs: les Erroristes, qui se veulent de véritables chasseurs de souvenirs dont Nillin, le personnage que vous camper fait partie et qui est soi-disant la meilleure du groupuscule.. Ce groupe a pour but de faire la lumière sur ce qu’est la firme Memorize en réalité et de bien faire comprendre les effets néfastes de ce genre de marchandage et de mettre fin à ce marché crapuleux. Cependant, l’escouade rebelle n’est pas au bout de ses peines, car avec le temps Memorize a acquis une efficacité sans borne et leur a permis de remiser aux rancarts la plupart des derniers résistants à la vague Memorize. Même, Nilin y passera, enfin presque, car cette femme est dotée d’une force de caractère sans précédent il est n’est pas né celui qui mettra fin à son but.

Voilà en gros ce qui vous attend avec Remember Me. On a droit à un scénario très bien écrit et fort bien adapté de la plume à la manette. J’ai adoré l’inspiration de faits et de contextes historiques comme la crise économique, la puissance de la science, les relations entre les pays de plus en plus instables et évidemment un futur loin d’être rempli d’espoir.

(CRITIQUE) Remember Me #1

Avec Remember Me, c’est entre 10 à 15 heures de pure jouissance qui vous attend. Pourquoi un écart aussi grand pour la moyenne d’heure? Simple, car si vous le faites en ligne droite sans trop chercher, une dizaine d’heures vous sera bien suffisant. Par contre, si vous aimez vous balader partout, explorer l’environnement qui s’ouvre à vous et tenter de trouver tous les items dissimulés dans les différents niveaux, alors là vous pourrez ajouter un bon 4 à 5 heures. Ce qui n’est pas si mal pour ce genre de jeu. Pour le reste, le titre ne renferme pas un très gros facteur de rejouabilité en intégrant qu’un mode solo. Entre vous et moi, c’est parfait ainsi, car un mode multijoueur serait venu gâcher la sauce. Je préfère lorsqu’un studio met toute l’emphase sur un seul mode de jeu au lieu de diviser le travail d’équipe et donner un résultat moindre.

J’en arrive à l’aspect mécanique de jeu et certainement un élément phare de cette nouvelle licence. Avec un studio si jeune, il fallait oser sans trop révolutionner le genre. C’est exactement ce que l’équipe de Dontnod Entertainement a réalisé. Le système de combat puise son inspiration directement d’une franchise à succès: Batman: Arkham. Ne tentez pas de faire toujours la même combinaison de boutons. Vous ne ferez pas long feu. Utiliser le système de combos mis en place avec une synchronisation parfaite et une contre-attaque mortelle. Ça ne vous fait pas penser à un autre titre qui incorpore des combats au corps au corps? Hé oui, je pense immédiatement à Assassin’s Creed. Le système de combo mentionné plus haut est paramétrable à sa guise et peut s’effectuer en une série de 3, 5, 6 ou 8 coups à la suite. Ces attaques nommées Pressens se divisent en trois catégories: Pressens de puissance, Pressens de récupération et le Pressens de Recharge. Vous croyez que les développeurs en avaient suffisamment pour ne pas aller encore plus de l’avant? Détrompez-vous, car ils ont cru bons en ajouter avec les S-Pressens, qui ajoutent à votre arsenal de combat des super attaques. Cependant, jugez bien le moment opportun pour en faire un bon usage, car ils ne sont disponibles que pendant un certain laps de temps. Après utilisation, il faudra attendre qu’ils se rechargent. Pour faire court, la jouabilité de Remember Me repose sur des éléments originaux et solides, ce qui obligera le joueur à faire preuve de créativité.

(CRITIQUE) Remember Me #2

Ceci était pour la partie combat, mais le jeu renferme également une grande phase d’exploration et je m’y suis attardé longuement. Bien qu’il ne s’agisse clairement pas d’un jeu évoluant dans un monde ouvert, on a quand même la possibilité d’y interagir. Chaque niveau dissimule des items intéressants. Par exemple, il y a des tableaux interactifs qui vous indiqueront une image et un item caché. Retrouvez l’endroit qui est le même que sur la photo et bingo le tour est joué. Dore et déjà on sait que le titre exploite à fond le thème mémoriel et je ne pouvais passer sous silence les quelque peu nombreuses phases de « Remix ». Il s’agit en gros d’assister à une scène d’un souvenir et dans modifier le résultat dans le but d’obtenir une tout autre tournure. J’ai vraiment adoré pouvoir altérer les souvenirs de manière à la Total Recall.

Le graphisme n’est pas en reste et me rappelle la pâte graphique empruntée par les derniers jeux de la franchise de Final Fantasy. Les décors sont toujours en perpétuels changements, ce qui permet au joueur d’avoir l’impression de ne jamais repasser au même endroit. On est à la foi témoin d’un monde totalement sorti des meilleurs films de science-fiction tout est faisant avancer le joueur dans un monde réel. Les différents quartiers visités sont vivants et on peut entendre des conversations à l’improviste. Le nouveau Paris rappellera sans doute des souvenirs à ceux qui ont déjà visité cet endroit auparavant. Les cinématiques qui utilisent le même engin graphique que pendant le jeu rajoutent à son côté convaincant. Bref, un jeu complet.

(CRITIQUE) Remember Me #4

La bande originale a été composée par un musicien d’expérience en Oliver Derivière. Celui-là même qui a déjà travaillé sur la musique de la franchise Obscure et la renaissance du jeu Alone In The Dark. Disons que l’élément steampunk néo-futuriste se ressent jusque dans la musique. Les dialogues sont en version intégrale anglaise ou française et fichtrement bien adaptés à ce qui nous est présenté à l’écran au même moment. La synchro labiale n’est pas parfaite, mais est beaucoup mieux que bien des titres connus.

(CRITIQUE) Remember Me #3

Pour conclure, je ne peux que vous le recommander les yeux fermés. Voici un excellent exemple d’un achat sans se poser de question. Autrement dit, un «no brainer». L’avenir est rose chez Capcom. Bien hâte d’entendre parler d’une suite. Après Lara Croft, Faith, Joanna Dark, Nariko et Jade, place maintenant à une nouvelle star côté féminin du jeu vidéo en Niilin.

Point positifs:

  • Un scénario béton
  • Une nouvelle héroïne est née: Niilin
  • Une mécanique de jeu efficace et originale
  • Un graphisme se basant sur Final Fantasy XIII
  • Une bande originale délectable

Points négatifs:

  • Durée de vie un peu maigre
  • Légers problèmes de caméra à l’occasion

Fiche:

  • Développé par DONTNOD Entertainment
  • Publié par Capcom
  • Mode solo seulement
  • Jeu de type action-aventure de combats
  • Disponible sur PC, PS3 et Xbox 360
  • Offert en version intégrale anglaise ou française
  • Site officiel: http://www.remembermegame.com/?lang=fr
Publicités

Un commentaire sur “(CRITIQUE) Remember Me (le passé est garant du futur)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s