(CRITIQUE) Zombie Tycoon 2: Brainhov’s Revenge

 

Voilà plus de quatre années se sont écoulées depuis la venue du jeu Zombie Tycoon sortie à l’époque sur PS3 et PSP via la plateforme MiniS. Les zombies ayant toujours la cote surtout auprès des joueurs, Frima Studio en rajoute avec un deuxième volet prénommé: Zombie Tycoon 2: Brainhov’s Revenge. Au menu, des nouveautés, du défi et bien du plaisir.

Avant de plonger dans ce test écrit, je vais plutôt brosser un bref résumé du scénario que l’on pouvait s’attendre dans le premier. Le récit tournait autour d’un scientifique du nom d’Archibald Brainhov (si vous préféré, cerveau en russe). Suite à de nombreuses expériences infructueuses, il avait finalement réussi à mettre au point une potion permettant aux morts de revivre à nouveau. En tout cas, en quelque sorte avec quelques désavantages, mais vous savez bien ce qu’est un zombie. Cependant, comme tout bon professeur qui se respecte, avant toute chose, il du expérimenter la formule sur lui-même qui à son tour fut zombifier (ça existe ce terme là dans mon dictionnaire). Il perdit alors toutes notions de notre monde, ce qui laissa son travail, ses recherches et la voie libre à son assistant, Monsieur Orville Tycoon. Première tâche de Tycoon : seulement conquérir le monde à l’aide de sa horde de morts vivants. Tout doit débuter par un point stratégique et la ville de Finkleville fut désignée grande perdante ou gagnante, c’est selon.

(CRTIQUE) Zombie Tycoon 2 #1

Le second chapitre se veut la suite directe en mettant l’emphase sur l’histoire déjà bien entamée et au final, dévoilera la machination diabolique de Tycoon auquel Brainhov tentera de mettre fin avec des zombies version 2.0 plus rapide et rigoureux que ceux de Tycoon. Une guerre sans merci suivra et laissera qu’un seul véritable maître absolu des zombies.

La mode est aux zombies du bon côté et non plus celui de mangeur de cerveau. Nous avons un bon exemple avec ce jeu. Certes le zombie est toujours aussi répugnant et oh combien pas intelligent du tout, par contre les humains en auront besoin. Tout un retournement de situation de la part des développeurs de chez Frima Studio. Personnellement, j’ai préféré le scénario de celui-ci pour plusieurs raisons et si je devais n’en choisir qu’une seule, j’irais avec l’inversion des rôles des zombies qui le temps de quelques heures, passent pour des bons gars.

(CRTIQUE) Zombie Tycoon 2 #2

Vous vous dites, un jeu de zombies encore qui se veut du type où l’on doit se rendre du point A au point B en butant tout ce qui bouge. Et bien non, euh oui, bon pas tout à fait, disons ça comme ça. Il s’agit plutôt d’un jeu en stratégie en temps réel ou l’on doit avancer en fixant ses stratégies et en… éradiquant le plus de zombies possible, par pur plaisir. Vous commandez une armée certes, mais le tout ne s’arrête pas là. Vous pourrez également contrôler des bâtiments. Oublier la collecte de ressources. Le procédé n’est pas très complexe. Vous devez posséder deux groupes. Le premier étant votre escouade de terrain et le second, des monstres. Vous aurez à choisir entre la faction de Monsieur Brainhov ou de Monsieur Tycoon (bon, le temps d’un instant, je me prends pour Pierre Gauthier). Du côté de Brainhov, les zombies se déplacent plus rapidement et viennent en plus grand nombre tandis que du côté de Tycoon, on a droit à l’ancienne garde avec des zombies plus lent, mais plus puissant. Chacune de ces factions possède une base mobile permettant une défense efficace et de générer des zombies en un minimum de temps. Prendre possession d’un bâtiment vous conférera une aptitude allant avec le type de l’établissement. Exemple, une quincaillerie transformera vos zombies en ingénieurs, un centre sportif en bagarreurs ou un jardin botanique en éclaireurs (fort pratique). Chacun apportera avec lui son propre lot de compétences. D’autres bâtiments viendront agrémenter votre expérience, comme la maison qui permet la production de zombies et la tour qui servira à protéger votre territoire.

Je passe maintenant au deuxième groupe disponible: l’escouade monstre. Au départ, vous devrez choisir entre quatre races disponibles, deux pour Barinhov et deux pour Tycoon. Du côté de Brainhov vous aurez Badgerker, une espèce de loup mutant et Bearhug, un grizzly sous sa forme zombie. Pour Tycoon, ça sera un amalgame de trois cerveaux portant le pseudonyme de BrainTrust et d’une bouche munie de pattes répondant au nom de Skidmark. Là encore, chaque race possède ses points forts et ses points faibles.

Maintenant je m’attaque aux différents modes offerts. En occurrence, la campagne et le mode multijoueur. La campagne renferme un excellent tutoriel dans le but de comprendre toutes les mécaniques de jeu. Sur PS3, le jeu utilise la manette de manière classique, même chose pour la version PS Vita. Il faut oublier l’interaction alors avec le pavé tactile, le gyroscope. Il aurait été intéressant de tester une nouvelle jouabilité avec les options intéressantes de la console portable de Sony. Compter environ 5 à 8 heures pour le terminer en solo. Pas que le jeu est très long, mais plutôt, car la campagne se veut franchement difficile. Le mode multijoueur quant à lui n’a pratiquement pas de fin. Le tout, au final avec un trophée platine comme récompense.

L’aspect graphique est fort intéressant et met en scène un design superbe qui n’est pas sans rappeler les dessins animés de notre enfance. Le jeu n’est pas violent pour deux sous, donc la famille pourra l’apprécier sans aucun doute. La modélisation des différentes unités est bien réalisée et les décors se fondent dans l’action. Le seul bémol vient de quelques périodes de chargement qui s’étire, mais jamais assez pour vous faire déprécier votre expérience.

(CRTIQUE) Zombie Tycoon 2 #3

Dernier aspect que je toucherai est la bande originale et la trame sonore. La musique autant dans les menus qu’en phase de jeu est une belle réussite. De quoi avoir les mélodies ancrées dans la tête pour un bout de temps. Avec les cris et grognements des zombies, on s’y croirait vraiment. C’est comme dans un film.

En conclusion, vous avez aimé le premier, vous adorerez le deuxième. Vous n’avez jamais joué, vous en voudrez plus. Je ne peux que le recommander haut la main. Bref, une belle réussite par un studio issu de notre coin de pays. Bravo à Frima Studio.

Points positifs:

  • La suite d’un excellent scénario
  • Les nombreuses unités
  • L’aspect BD bien réussie
  • Autant la bande originale que la trame sonore
  • Un multijoueur conséquent

Points négatifs:

  • Aurait pu prendre en compte les fonctionnalités de la PS Vita
  • La difficulté peut sembler élevée pour certain

Fiche:

  • Développé par Frima Studio
  • Publié par Sony
  • Jeu de stratégie en temps réel
  • Mode solo et multijoueur
  • Disponible sur PS3 et PS Vita / (PSN)
  • Offert en anglais et français
  • Site officiel: http://www.zombietycoon.com/
Publicités

Un commentaire sur “(CRITIQUE) Zombie Tycoon 2: Brainhov’s Revenge

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s