(Test FG – Jeux vidéo) GTA V: l’expérience ultime

 

Certains écoutaient de la musique, écouteurs dans leurs oreilles, en regardant leur iphone, l’air désespéré. D’autres étaient en groupe et jasaient du plaisir qui s’en venait pour les 3-4 prochains mois. D’autres, comme moi, attendaient impatiemment en ligne car ils avaient oublié leur cellulaire, leur lecteur mp3 ou n’importe quel appareil électronique permettant de se divertir. Certains attendaient leur tour sans broncher, d’autres se plaignaient du délai d’attente trop élevé. C’est le résumé du 45 minutes que j’ai vécu au EB Games, le 17 septembre de 11 : 45 à 12 : 30, pour acheter GTA V. Nous partagions cependant tous la même extase lorsque nous quittions, notre affiche d’une main et le jeu de l’autre. Cette extase se prolonge toujours.

GTA V était attendu depuis des mois pour tous les fans du genre, et même ceux qui n’ont pas joué aux opus précédents. Pourquoi? Il y a bien sûr l’effet Rockstar, qui ne sort à peu près jamais un jeu à moitié terminé. Il y a aussi l’effet Grand Theft Auto, qui offre toujours une combinaison de liberté d’action presque inégalée dans d’autres types de jeux, d’action et de violence gratuite susceptible de rendre n’importe quel sénateur républicain américain fou. Le jeu promettait d’apporter une multitude de possibilités. Après avoir installé le jeu et joué un bon 20 ou 25 heures, je dois avouer que leurs promesses ont été tenues.

Histoire:

GTA V ne changera pas le monde avec son histoire. Nous suivons 3 personnages, Franklin, Michael et Trevor, qui oeuvrent dans le monde criminel à différents niveaux. Franklin, un jeune homme d’un quartier pauvre de Los Santos, pourrait difficilement être plus bas dans l’échelle des criminels. Son travail : voler les véhicules sujets à un manquement de paiement pour un propriétaire de concessionnaire automobile. Michael est un homme à la mi-quarantaine blasé, dans une famille dysfonctionnelle, ayant de près ou de loin fait partie d’une organisation criminelle dans le passé. Il se dit à la retraite. Finalement, Trevor est le « redneck » typique du jeu vidéo. Fabricant et traffiquant de Métamphétamine, avec tous les problèmes que cela peut causer. Il est sans l’ombre de doute le plus déjanté de tous les personnages. Les 3 personnages commencent chacun de leur côté, mais se rejoignent rapidement et partagent une histoire commune, rendant la jouabilité particulièrement intéressante, car on doit utiliser les 3 personnages à la fois dans certaines missions.

Jouabilité:

Le succès de ce jeu provient principalement de la jouabilité illimitée que procure ce titre. En effet, on peut presque faire toutes les activités qu’on peut imaginer. Par exemple, vous pouvez décider de faire du vélo, du tennis, du golf, de la moto-marine, des courses de voitures, de la chasse, aller au cinéma, sauter en parachute, piloter un avion ou une hélicoptère. Bien-sûr, l’objectif principal demeure les missions. Celles-ci sont simples à suivre, comme dans les anciens chapitres. Les missions principales sont variées et apportent une dimension de travail d’équipe, car plusieurs missions doivent avoir la contribution des 3 personnages principaux, ainsi que quelques autres. Vous devrez par exemple dénicher le meilleur conducteur, le meilleur « hacker » ou tireur pour le meilleur prix possible afin de garantir le succès de la mission. Aussi, chacun des personnages principaux a sa spécialité, lui donnant un avantage lors de situations critiques. Franklin peut ralentir le temps quand il conduit tandis que Michael a la même habileté lors des combats de tirs. Trevor, lui, a un mode « Rampage », où il voit rouge et devient difficile à tuer tout en faisant plus de dommages à ses adversaires.

Trevor est sans aucun doute mon personne favori

Trevor est sans aucun doute mon personnage favori

Au début, chaque personnage a ses missions, il faut donc alterner entre chacun de ceux-ci avant de les activer. Cependant, plusieurs missions vous permettront d’utiliser les 3 personnages afin de profiter au maximum de l’expérience de jeu. Les missions principales sont, pour la plupart, basées sur des vols (comme les anciens GTA) ou des activités criminelles donnant l’opportunité au trio d’augmenter leur réputation et de faire plus d’argent. Bien-sûr, il y a plusieurs rebondissements que je vous épargnerai. Aussi, comme dans le passé, il y a beaucoup de variété dans les missions secondaires. Certaines sont intéressantes, d’autres le sont moins car n’ont aucun impact sur l’histoire et semblent être présentes que pour perdre du temps. Par contre, elles ne sont pas obligatoires.

La carte est énorme et diversifiée, ajoutant beaucoup de profondeur au jeu. L’île a comme attrait principal la ville de Los Santos (ressemblant à Los-Angeles), mais offre d’autres villages et endroits intéressants comme des déserts, parcs nationaux et montagnes. S’il n’y avait pas de carte interactive, on s’y perdrait assurément!

La conduite de véhicule ne peut se comparer à un jeu de course, mais on s’habitue rapidement. Étant un fervant de ce type de jeu, j’ai tout de suite été en mesure de m’habituer aux contrôles. De plus, les véhicules dérapent moins que L.A. Noires, par exemple. Il faut cependant noter que l’intelligence artificielle des autres conducteurs est atroce. Il se mettent parfois dans notre chemin sans raison, et n’ont aucun réflexe d’évitement.

Le plus impressionnant, à mes yeux, est comment ils ont implémentés toutes les fonctions dans le jeu. Le jeu de Tennis est amusant, digne de n’importe quel jeu de tennis de type « arcade ». Le même principe s’applique pour le golf. Je me suis retrouvé à jouer plusieurs parties de golf pour améliorer mon score.

Même si elle n'est pas nécessaire, la chasse ajoute de la profondeur au jeu

Même si elle n’est pas nécessaire, la chasse ajoute de la profondeur au jeu

Visuel:

L’aspect visuel est secondaire dans ce jeu, comme dans les opus précédents. Cependant, j’ai été agréablement surpris de voir la qualité graphique du jeu. Si les textures de bases restent semblables avec GTA IV, les paysages sont à couper le souffle. Aussi, j’ai remarqué qu’ils ont éliminé l’aspect brouillard que GTA IV avait, ce qui rend le jeu plus clair et plus joli.

Multijoueur:

Le multijoueur sera évalué quand il sera stable, car malgré plusieurs tentatives, je n’ai pu jouer jusqu’à présent.

Conclusion:

En conclusion, ce jeu mérite votre attention, et devra assurément être considéré comme jeu de l’année 2013. À titre d’indice, c’est le miens jusqu’ici.

Ma cote : 9/10

Video officiel de jouablité de Rockstar :

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s