(Test FG – Jeux Vidéo) Batman: Arkham Asylum

Les jeux de super héros n’ont pas toujours eu la meilleure réputation. En fait, c’est surtout difficile de placer le nom d’une licence à un jeu au hasard. Parlons-en aux fans de Superman et des Tortues Ninja… et même de Batman! Certains ont pu tirer du positif comme Spider-Man et Wolverine… mais aussi Batman! Eh oui, il y a eu du bien et du mal mais quand c’était bien, c’était très bien. Il suffit de prononcer ces mots : Arkham Asylum!

La série Arkham est née grâce au développement de Batman: Arkham Asylum, un jeu d’action/aventure qui nous mettait dans la peau de l’alter-ego de Bruce Wayne. Le tout est accompagné d’une mécanique qui nous laisse explorer les techniques de Batman dans une histoire originale bien qu’inspirée des éléments de la bande-dessinée. Reprenant surtout des moments du roman illustré Arkham Asylum, l’Asile d’Arkham est le lieu où se passe l’ensemble du scénario.

Alors que Batman ramène le Joker à l’Asile, il doute des réelles intentions de son nemesis. Après une tentative d’assassinat infructueuse contre le maire de Gotham alors qu’un incendie ravageait la prison de Blackgate, les sbires du Joker et le Clown Prince du Crime sont enfermés à Arkham mais, aussitôt, le Joker se libère et attire Batman dans un piège. Les prisonniers de Blackgate, plus d’une centaine, sont relâchés et prennent contrôle de l’île d’Arkham! Batman passera donc une longue nuit entre les murs de l’Asile à traquer le Joker en plus d’affronter Harley Quinn, Bane, Victor Zsasz, l’Épouvantail, Killer Croc et Poison Ivy. Le joueur découvre, à travers l’histoire, ce qui a mené aux événements du jeu principal grâce à des bandes sonores éparpillées sur l’île sans oublier les discussions entre Batman et Oracle (Barbara Gordon) qui, malgré de nombreux dialogues, ne limitent pas toujours les mouvements du justicier.

L'exploration n'est pas en reste à certains moments du jeu.

L’exploration n’est pas en reste à certains moments du jeu.

Arkham Asylum a surtout mis en lumière un studio méconnu du grand public: Rocksteady. Basé à Londres (d’où la référence pour l’architecture générale d’Arkham), ce studio a été fondé en 2004 et a d’abord lancé, en 2006, le jeu Urban Chaos : Riot Response, un jeu de tir à la première-personne. Cependant, Batman : Arkham Asylum, annoncé en août 2008 pour être lancé un an plus tard, est bien différent. Le jeu est présenté avec une vue à la troisième personne à la Resident Evil 4 tout en permettant à Batman de combattre au corps-à-corps et utiliser ses gadgets dans des salles conçues pour arrêter les détenus armés.

Le jeu est surtout une réussite principalement grâce à son système de combat « Freeflow » qui permettait au joueur d’enchaîner les combos grâce à quatre fonctions simples. Il peut frapper, contrer et éviter sans oublier étourdir ses ennemis grâce aux coups de cape. À mesure que Batman débloque des habiletés, gadgets et améliorations d’armure à l’aide de points d’expérience remportés suite à certaines actions, le joueur améliore ses capacités au combat afin de mieux attaquer 10 ennemis à la fois sans perdre le combo. Batman peut donc employer les Batarangs et Batgriffe contre les malfrats et performer des actions et combats variés en plus d’user d’habiletés spéciales comme des K.O instantanés ou des lancers. Bien que les combats semblent répétitifs à cause des ennemis un peu robotisés et clichés, accumuler un combo et les succès en combat donne un réel sentiment d’accomplissement et d’être Batman: un expert en arts martiaux.

L'utilisation des gadgets de Batman offre au joueur un véritable accès "backstage".

L’utilisation des gadgets de Batman offre au joueur un véritable accès « backstage ».

L’autre aspect intéressant est l’utilisation du Mode Détective et l’incorporation de combat Prédateur. Batman se retrouve dans l’ombre et doit éviter d’être vu par les malfrats qui peuvent lui tirer dessus. Grâce au Mode Détective, le joueur analyse la salle et peut lancer des Batarangs pour ensuite les assomerou saisir les ennemis grâce à la Batgriffe et les faire tomber. Cependant, les malfrats réagissent au bruit et, grâce au Mode Détective, il est possible de savoir comment ils réagissent à la présence de l’inconnu. Ils seront parfois amenés à faire des erreurs ou à se regrouper. Le tout rend généralement la mécanique très intéressante et fait de chaque section Prédateur un moment intense en stress.

Le jeu se joue exclusivement à travers l’Asile d’Arkham, un endroit bien peu exploré à l’époque sauf dans les bandes-dessinées malgré les mentions dans les films de Joel Schumacher et une séquence brève mais mémorable dans Batman Begins. Batman explore donc le Manoir d’Arkham, le Centre Médical, le Pénitencier, le Jardin et, bien sûr, les Soins Intensifs. D’autres endroits sont explorés permettant ainsi d’approfondir l’aspect exploration avec des passages à l’extérieur de l’Île sans oublier les Catacombes et des séquences parallèles absolument déjantés qui doivent être découverts par le joueur et par lui-même. Usant des gadgets comme le Grappin et la tyrolienne, le joueur creuse un peu à la manière de Zelda ou Metroid dans un monde ouvert mais limité à cause du scénario.

Oui, il y a le Joker mais, humble opinion, l'Épouvantail vole le spectacle!

Oui, il y a le Joker mais, humble opinion, l’Épouvantail vole le spectacle!

Batman : Arkham Asylum présente aussi un système d’énigmes et de trophées cachés à retrouver qui permettent au joueur de gagner des points d’expérience en plus de débloquer du contenu dans le jeu comme des cartes de défi qui lui permettra de peaufiner ses tactiques et découvrir les multiples possibilités du jeu. À travers tout ça est greffé une histoire écrite par Paul Dini, auteur reconnu pour son travail sur la série animée des années 90 alors qu’on entendait Kevin Conroy, Mark Hamill et Arleen Sorkin dans les rôles respectifs de Bruce Wayne/Batman, Joker et Dr. Harleen Frances Quinzel/Harley Quinn. Ceux-ci sont de la partie alors que sont greffés à l’équipe Tom Kane (Jim Gordon et Quincy Sharp, le directeur de l’Asile), Dino Andrade (l’Épouvantail), Danny Jacobs (Victor Zsasz), Fred Tatasciore (Bane), Steven Blum (Killer Croc), Tasia Valenza (Poison Ivy) et Wally Wingert (l’Homme-Mystère).

Là où le jeu a des failles (combats de boss peu mémorables, mini défauts graphiques de fumée et le manque de rejouabilité), Batman : Arkham Asylum compense par des forces extrêmes comme un scénario qui tient debout et une performance au doublage de qualité difficile à surpasser encore aujourd’hui en plus d’une direction artistique à la hauteur! Le respect de la licence est le plus grand point fort de ce jeu sans oublier certains passages sombres et horrifiants qui viennent parfois brouiller l’esprit du joueur alors que le Joker se la joue psychiatre à quelques moments dans le jeu et je ne parle pas de l’Épouvantail. Batman : Arkham Asylum a été maintes fois copié depuis… il n’a jamais été surpassé… Sauf une fois! C’était sa suite directe : Arkham City!

Si vous n’avez pas encore fait l’expérience d’Asylum, vous pouvez facilement le trouver à 15$ sur PC, Xbox 360 et PS3 sous son édition Game of the Year. Si, dans un cas extrême, vous n’avez jamais joué à Asylum et City, il y a une édition regroupant les deux jeux ensemble: Arkham Dual Pack. Rassurez-vous: cette édition comprend TOUT le contenu téléchargeable pour chaque jeu. Il est vivement conseillé de jouer à Arkham Asylum avant d’entâmer l’histoire d’Arkham City.

Verdict: 9/10

Points positifs :

  • Respect de la licence!
  • « I’m vengeance! I’m the night! I’m Batman! »
  • Système de combat qui donne un sentiment d’accomplissement énorme!
  • Améliorations de gadgets et habiletés de combat!
  • Utilisation d’un Mode Détective pour enquêter et suivre la trace de malfrats dans l’ombre!
  • Doublage impeccable!
  • Superbe travail à la direction artistique pour la création de l’Asile!

Points négatifs :

  • Ennemis robotisés avec du hit-or-miss…
  • Malgré le mode Difficile, peu de rejouabilité…
  • Combats de boss peu mémorables…

Fiche :

  • Nom: Batman: Arkham Asylum
  • Développeur: Rocksteady Studios
  • Éditeur: Eidos Interactive et Warner Bros. Interactive Entertainment
  • Disponible sur: Xbox 360, PlayStation 3 et PC/Steam
  • Genre: Action/Aventure
  • Classement ESRB: T pour Ados
  • Joueur: 1
  • Langue: Anglais/Français Intégrale
Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s