(Test FG – Jeux vidéo) Dead Rising 3

 

C’est connu depuis quelques années, les zombies ont largement gagné en popularité. Pour preuve, les nombreux jeux, films, séries TV, romans, bref, ils ont dépassé le phénomène extra-terrestre et les vampires. Une série c’est toujours démarqué des autres de par sa jouabilité, son nombre de zombies à l’écran et de son univers évoluant dans un monde ouvert : Dead Rising. Apparue en premier lieu sur Xbox 360 en 2006, la série a vraiment pris sa place parmi les Left For Dead et Resident Evil de ce monde.

Capcom développeur de la plus grande licence à succès du genre : Resident Evil n’allait pas abandonner son autre franchise. Après Dead Rising 2: Off The Record paru en 2010, Dead Rising se devait de revenir en force et Capcom a choisi son cheval de bataille: le lancement de la Xbox One.

Certes, il ne s’agit pas du meilleur titre offert présentement du côté de la nouvelle génération, mais il corrige beaucoup de défauts de ses prédécesseurs ainsi que plusieurs irritants dont la fameuse limite de temps.

Après avoir incarné deux héros différents dans les deux premiers chapitres, cette fois on se met dans la peau de Nick Ramos un genre de mécanicien ayant le cœur sur la main et toujours prêt à aider son prochain. Comme dans tout bon Dead Rising, on se retrouve coincé dans une ville, Los Perdidos qui est infestée par des hordes et des hordes et des hordes de zombies grugeurs de cervelets pour leur bon plaisir.

(Test FG - Jeux vidéo) Dead Rising 3 #2

Vous devrez trouver un moyen de quitter cette ville… vivant de grâce avant que les hautes instances de la ville vous balancent une méga bombe en pleine poire dans le but de faire disparaître toute trace de cette épidémie. Ajoutez à votre quête de survie, des personnages à sauver, des dizaines de quêtes annexes et vous voilà parti pour de nombreuses heures de plaisir. Bien oui, quoi de mieux que de buter du zombie dans le confort de son salon?

Malgré les quelques interactions que vous aurez tout au cours de cette aventure à grande échelle, vous serez plus souvent qu’autrement abandonné seul à votre triste sort. Plus haut, je parlais qu’il n’y avait pas de limite de temps et c’est en partie vrai. Car. Vous devrez quand même sauver votre avant la gigantesque explosion. Il y a tellement à faire dans cette immense ville, vous pouvez explorer chaque petit racoin soit à pied ou en empruntant n’importe véhicule se trouvant sur votre route. Ce type de jeu devient plaisant lorsque l’on évolue dans un monde ouvert et c’est exactement le cas ici. Que vous aimiez ou non l’histoire, le but demeure de buter le plus de zombies. Le reste ne vient que rajouter à ce bonheur. Quel défouloir après une rude journée de travail n’est-ce pas? Compter environ entre 15 à 20 heures pour voir le dénouement final. Si vous trouvez l’expérience solo un peu redondante, vous pourrez toujours la continuer avec un pote en ligne. Et ça, peu importe ou vous serez rendu dans le scénario. N’est-elle pas belle la vie?

Avec ce véritable troisième chapitre arrive quelques nouveautés bien senties. Comme la fin d’être dans un établi pour confectionner ses armes. Nick est un gaillard fort débrouillard et il peut fabriquer pratiquement n’importe quoi (oui il faut que ça soit dans la base de données, je sais), mais vous comprenez le sens de ma phrase. Pour ce faire, rien de plus simple, trouvez les plans et une fois fait, il vous faut les différentes pièces et dernière étape aller dans le menu et puis hop faites vous plaisir (façon de parler ici d’accord). Vous pourrez façonner une panoplie d’armes plus destructrices les unes que les autres, des véhicules de la mort qui tue. Bref, l’imagination n’a pas de fin. La possibilité d’agencer n’importe quoi «on the fly» vous sera gagner beaucoup de temps. Finis les allers-retours incessants vers sa planque. À moins bien sur de faire un Jean Airoldi de vous-même et changer de tenue à tout bout de champ.

(Test FG - Jeux vidéo) Dead Rising 3 #3

Il y a de ça quelques lignes à peine, je mentionnais la possibilité de pouvoir confectionner un véhicule digne du film Mad Max et c’est une autre nouveauté. Que vous vous en servez pour rajouter quelques zombies déjà morts (ouais qu’écrit-on lorsque l’on tue quelque chose de mort déjà???) à votre collection ou simplement pour vous frayer un chemin parmi les hordes de personnes pas très belles à regarder, les véhicules s’avèrent au final forts utiles. Bon, okay tout n’est pas question de zombies, car il n’y a pas qu’eux qui bloquent la route. Eh non, parfois on se croirait à Montréal, avec les nombres d’obstacles à franchir, les détours en quantité industrielle ainsi que plusieurs culs-de-sac. Était-ce vraiment nécessaire? Du point de vue du développeur, je comprends que c’est fait dans le but de rajouter une durée de vie artificielle. Ce qui est décevant de constater que ce procédé aurait dû être mis de côté, car ça devient frustrant de devoir se rendre d’un bout à l’autre de la carte pour réussir qu’une simple mission secondaire. J’aimerais une espèce de «fast travel» dans le prochain opus svp. Comme je parle de Dead Rising, évidemment votre personnage devra manger pour raviver sa santé. Tout ce qui vous tombera sous la main et comestible fera office de bien être pour vous.

Le seul aspect disons qui m’a déçu en quelque sorte est le graphisme. Pour moi, appart le grand nombre d’unités affichées à l’écran, il est clair que ce jeu a d’abord été développé pour la Xbox 360 et ensuite est devenu titre porté pour le lancement de la Xbox One. Il est loin d’être convaincant avec un engin graphique laissant à désirer. Et parler moi pas de, ouais, mais les développeurs commencent à peine à travailler avec les kits de développements… Hummm, sur ce, je vous répondrai ceci: Crytek (Ryse: Son Of Rome et Guerilla Games (Killzone: Shadow Fall). J’ai connu une panoplie de bogues qui à l’occasion gênait mon expérience de jeu. Des bogues de collisions, des textures qui chargent au fur et à mesure, des armes ou zombies qui disparaissent, des bogues de caméra, bref… la liste est longue. Mais, au final, ça n’est jamais venu tuer complètement mon plaisir de buter du zombie. Parlant de zombies, on a droit à un véritable festival du clone. Le tout se rattrape avec les cinématiques qui sont offertes avec un meilleur rendu ainsi que des boss… ah non, a vous de les découvrir.

(Test FG - Jeux vidéo) Dead Rising 3 #4

Enfin, après 7 ans, nous avons enfin droit à un Dead Rising offert en version intégrale française. Un peu comme l’a fait Capcom avec Resident Evil 6. Outre ça, à l’instar de Ryse: Son Of Rome, la Kinect est utilisée, mais que sommairement et qu’avec la reconnaissance vocale. On s’en sert surtout pour attirer les zombies et les piéger ou insulter les différents boss. Je vous l’accorde, lancer des insultes à sa télévision peut paraître très bizarre. Surtout en présence de personne qui ne savent pas ce que vous faites. Un appel à Philippe-Pinel diront certains?

Dead Rising 3 continue le travail où les précédents chapitres avaient laissé. On s’appuie sur les mêmes bases avec à la clé quelques nouveautés bien senties et une limite de temps quasi absente. Du bon travail, mais si prochain chapitre il y a, j’aimerais avoir une option pour voyager d’un endroit à l’autre pour les régions déjà explorées ainsi qu’un nouvel engin graphique. Je recommande un achat pour 3 raisons: la première, le faible nombre de jeux au lancement, la deuxième, tous fans de la franchise devraient le posséder et la troisième, ah non je peux pas continuer, je dois me sauver, les zombies ont assiégés mon domicile. On se retrouve dans une prochaine critique… peut-être! Lâche-moi mon tab*****

Cote FG: 7 manettes sur 10

Points positifs:

  • Le nombre impressionnant de zombies à l’écran
  • Une quasi-absence de la limite de temps
  • La confection des armes
  • Les véhicules
  • L’originalité des Boss
  • Un mode coop en ligne

Points négatifs:

  • Un portage de la Xbox 360
  • Plusieurs bogues (beaucoup trop)
  • L’absence d’une option fast travel

Fiche technique:

  • Développé par Capcom Vancouver
  • Publié par Microsoft
  • Exclusif à la Xbox One
  • Jeu de type « survival horror »
  • Mode solo et coop en ligne
  • Offert en version intégrale anglaise ou française
  • Site officiel: http://capcomvancouver.com/games/dead-rising-3/
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s