(Test FG – Jeux vidéo) Killzone: Shadow Fall

 
Killzone est une franchise que j’apprécie grandement depuis le tout début. Sony a toujours voulu placer Resistance contre Gears Of War. Ce fut une erreur monumentale, car la firme japonaise aurait dû au contraire opposer Killzone à l’exclusivité d’Epic Games. Mais bon, ce qui est fait est fait, je me concentre sur un titre de lancement destiné à la PS4 et pas un des moindres : Killzone : Shadow Fall. Après un succès retentissant avec Killzone Mercenary sur PS Vita, Guerilla Games revient au-devant de la scène avec le quatrième volet opposant les Vektan et les Helghasts. Certes, ce n’est pas le meilleur jeu de la licence, mais il n’est pas aussi mauvais que bien des personnes le laissent croire.

Comme vous avez été témoin de la destruction par les forces de l’ISA de la planète abritant les Helghasts à la fin de Killzone 3, vous savez qu’ils n’ont plus d’endroit ou aller. Dès lors, votre peuple décide de vivre en cohabitation avec cette race de mi-humain, mi-extra-terrestre. Le tout ne se fait pas sans heurt si bien que la plus grande ville se voit séparée par un gigantesque mur rappelant le fameux Mur de Berlin divisant l’Allemagne de l’Est à l’Allemagne de l’Ouest. Il était évident qu’un jour ou l’autre tout tournerait mal et le jour J est arrivé. Non, mais, sérieusement, les Vektans s’attendaient à quoi en acceptant de vivre avec leurs ennemis jurés???

(Test FG - Jeux vidéo) Killzone - Shadow Fall #2

Après plus de 30 ans de conflits, des attentats terroristes commencent à faire rage et la lourde tâche de ramener l’ordre revient à vous : Lucas Kellan, un Shadow Marshall. Pour ce faire, vous devrez empêcher le terrible plan diabolique des Helghasts de prendre la possession totale de votre planète. Une petite mission quoi. Au bout d’un moment vous rencontrerez Echo, une femme hybride entre un Helghast et un Vektan. Reste à savoir le choix que vous ferez: poursuivre la route tracée par vos prédécesseurs en gravant dans l’histoire un autre conflit à grande échelle ou tenter d’empêcher l’irréparable tout en trahissant votre escouade, vos supérieurs, vos valeurs. Je m’arrête ici, à vous de découvrir le reste.

J’avoue que ce n’est pas le scénario le plus poussé de la série, mais j’ai adoré cette dualité avec laquelle on jongle tout au long du jeu. On mêle très facilement trahison et jugement de par ses actes, de par ses gestes.

Tout comme dans les opus précédents, le gros du titre se base sur sa campagne solo qui vous en offrira pour au moins une vingtaine d’heures se divisant sur 10 chapitres. Il y en a pour tous les gouts, cependant, j’ai adoré les missions ou l’on doit guider Echo au fusil de précision nous ouvrant le chemin vers notre objectif et vice-versa lorsque l’on doit à notre tour l’aider. Ce volet se veut beaucoup plus ouvert que les précédents, mais on est encore loin de la liberté livrée dans Halo. On peut quand même visiter les environnements qui sont passablement grands. Soit pour faire un peu d’exploration ou pour trouver les documents dissimulés, un peut partout. Il y a quelques missions on vous devrez œuvrer en toute furtivité, mais il n’est pas nécessaire puisque ces Helghasts ont été conçus de manière que dès que vous respirez, il vous repère immédiatement. Laissez faire et foncez dans le tas. Il est clair que l’intelligence artificielle n’a pas été bâtie pour ces phases d’infiltration.

(Test FG - Jeux vidéo) Killzone - Shadow Fall #3

Killzone 3 avait amené avec lui un mode multijoueur en ligne que j’avais bien aimé. On reprend le même procédé, mais cette fois beaucoup plus élaboré et se portant sur des bases plus solides. Vous aurez à votre disposition une panoplie de cartes, vous pourrez paramétrer la partie et modifier les règles. Ce qui laisse une liberté totale où vous n’aurez jamais l’impression de jouer la même partie. Le tout demeure très fluide avec un taux de rafraîchissement de 60 images/seconde. Par contre, malgré toutes ses qualités, je ne crois pas qu’il réussira à percer et prendre sa place parmi les deux géants : Battlefield et Call Of Duty. Le seul qui peut se vanter de faire mieux est Halo. C’est dommage, car je préfère et de loin le mode en ligne de Killzone et même Spec Ops : The Line que ceux des grosses moutures qui se répètent sans cesse.

La mécanique de jeu intègre une nouveauté et cette dernière m’a pris un certain temps à assimiler. Maintenant, vous ne serez plus jamais seul, vous serez accompagné d’un drone fort utile. Il vous servira à la fois de bouclier, de tyrolienne, de système de piratage et de renfort en cas d’attaque, car ce petit bidule qui ferait pâlir les Agents 007 de ce monde est muni d’une sulfateuse extrêmement rapide. Ce n’est pas tout, car si votre santé tombe au point mort et que vous avez vous de packs d’adrénaline, il pourra s’en servir pour vous réanimer. Attention cependant, car il n’est pas invincible, une jauge apparaîtra une fois que vous l’aurez lancé et lorsque sa santé deviendra trop basse, il vous faudra le rappeler. Sans quoi il explosera et avant de pouvoir en lancer un autre, vous devrez attendre un certain temps de rechargement. Il en est de même pour chaque gadget que vous utiliserez à même votre copain robotisé.

(Test FG - Jeux vidéo) Killzone - Shadow Fall #4

Plus haut, je mentionnais que le drone pouvait désactiver des systèmes et il sera primordial de la faire, car vous aurez sans cesse des hordes d’ennemis aux fesses. Lorsque vous arrivez dans une nouvelle zone, explorez immédiatement l’environnement pour repérer les postes de contrôle avec un écran orangé et désactivez-les à l’aide de votre drone. Ce qui vous conférera un avantage certain. Les Helghasts ne pourront plus donner l’alarme et vous le plaisir débutera.

À l’instar de Ryse: Son Of Rome sur Xbox One, Killzone : Shadow Fall est le plus beau titre de lancement de la PS4. Vous me direz qu’il n’y en a que deux, mais il se débrouille fort bien. Visuellement très convaincants, les environnements sont très riches et regorgent de détails. Très souvent, même trop, je me suis arrêté et mis à contempler ce qui m’entourait. La ville est superbe et le niveau dans l’espace l’est encore plus. Le bestiaire n’est pas très original, car un Helghast, ça reste un Helghast. Ma plus grosse déception vient du fait que le nombre d’images par secondes n’aura jamais un nombre fixe. Il sautera souvent de 60 à 30 images/secondes et vice-versa. Malgré tout, rien pour altérer votre expérience, je vous rassure. C’est un premier jet sur nouvelle génération et ça ressent. Les développeurs ne maîtrisent pas encore les kits de développements, on peut le voir avec des objets qui disparaissent et des textures qui chargent au moment d’avancer. Cependant, cette nouvelle ère ne fait que débuter et je n’ose même pas imaginer dans quelques années.

Du côté de l’aspect sonore, encore là rien à reprocher tout comme les autres volets. Le jeu est offert en version anglaise ou française intégrale et le doublage est fort convaincant et est assuré par la voix de Damien Boisseau, reconnu pour son travail dans une multitude de jeux vidéo, de films et de séries TV. On sent vraiment la différence dans le ton lorsque parle un Helghast et un Vektan. La bande originale est superbe et je la posséderai tôt ou tard comme celle de Killzone 3. Les pièces s’enchaînent de belle manière et représentent à merveille ce qui nous est montré à l’écran.

(Test FG - Jeux vidéo) Killzone - Shadow Fall #5

Somme toute, il ne s’agit pas d’un titre aussi convaincant que ses prédécesseurs sur la PS3 et même celui de la PS Vita, par contre il tire très bien son épingle du jeu. Il faut le pardonner, les développeurs ont tenté quelque chose de nouveau et la série en est à un nouveau tournant. J’ai déjà très hâte au prochain.

Cote FG: 8 manettes sur 10

Points positifs:

  • Un scénario rempli de surprises
  • Le drone comme copain d’attaque
  • Un visuel époustouflant
  • Une durée très conséquente
  • Un mode multijoueur qui vous bouffera des heures de jeu

Points négatifs:

  • Un scénario lent à se mettre en place
  • Un manque d’originalité du côté des ennemis

Fiche technique:

  • Développé par Guerilla Games
  • Publié par Sony
  • Jeu de tir à la première personne (FPS)
  • Exclusif à la PS4
  • Offert en version intégrale anglaise ou française
  • Modo solo et multijoueur en ligne
  • Site officiel: http://shadowfall.killzone.com/
Advertisements

Un commentaire sur “(Test FG – Jeux vidéo) Killzone: Shadow Fall

  1. Pingback: Démo FG #01 – Killzone: Shadow Fall | Facteur Geek

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s