LudiaLogo

(Reportage FG) Hors-Jeu, la conférence Ludia – 2e édition

 
Vendredi le 02 mai dernier avait lieu la deuxième édition de la conférence Hors-Jeu organisée par Ludia où étaient invités des représentants des domaines de l’art moderne en passant par la bande-dessinée et le cinéma tout en arborant les jeux vidéo. Facteur Geek y était.

C’est au Centre des Sciences de  Montréal que se déroulait cette conférence. Tout d’abord, Iris Boudreau-Jeanneau, Pascal Blanchet et Yanick Paquette sont venus discuter de leur vision de la bande-dessinée, comment ils sont venus à créer leur œuvre. Parsemés d’anecdote autour du dessin de parties « privées » du corps humain en passant par le vitrail et le travail avec des grands du comic book américain, il a surtout été intéressant de savoir que chacun a sa propre vision mais cherche toujours une certaine liberté dans son œuvre, qu’elle plaise ou non.

S’ils ne sont pas tous inspirés des jeux vidéo, certains voient les récents projets comme étant d’énormes influences dans la façon de présenter l’architecture. C’est notamment le cas de Yanick Paquette qui collabore avec Grant Morrison (le roman illustré d’Arkham Asylum), Alan Moore (Watchmen et The Killing Joke) en plus d’être inspiré par Brian Bolland (The Killing Joke).

Par la suite, Robert Crawford, artiste de renommée mondiale grâce à son travail chez Dreamworks (il y est toujours), est venu présenter les dessous du graphisme et la direction artistique lors de scènes des films d’animation. M. Crawford a notamment collaboré sur The Prince of Egypt comme Planificateur de Scène digitale et sur Kung-Fu Panda comme graphiste. Ce qu’il fallait retenir, c’est que cela prend beaucoup de temps pour ne serait-ce que quelques secondes dans un film.

Durant la dernière présentation, Chris Kennealy est venu nous présenter l’évolution de la caméra ce qui fait suite à son documentaire Side by Side où il s’est entretenu avec quelques uns des plus grands cinéastes du cinéma hollywoodien dont Martin Scorcese, James Cameron, David Fincher, Danny Boyle, George Lucas et Christopher Nolan. Il a notamment parlé de l’évolution de la pellicule et le travail exigé lors de la post-production en plus d’expliquer les avantages de l’arrivée au digital. On a pu voir l’évolution à l’aide de photos prises durant la production alors qu’on voyait George Lucas avec la meilleure caméra de son époque lors du tournage de Star Wars : Episode II ainsi que James Cameron lors de la production d’Avatar.

Lors de mon entretien avec M. Kennealy, je lui ai posé la question évidente : « est-ce que l’utilisation abusive des effets spéciaux ou les multiples relancements des long-métrages peuvent avoir un impact sur le vieillissement des classiques? » Selon lui, tant que l’histoire est encore racontée de façon crédible, les films vieilliront bien mais il est vrai qu’à force de retravailler un film et l’adapter de façon à le rendre le plus moderne possible peut avoir un impact. Je lui ai aussi demandé ce qu’il pensait des récents jeux vidéo où ceux-ci atteignent une qualité comparable à celle du cinéma moderne. Il m’a dit qu’il était très impressionné par les standards actuel et qu’il ne serait pas surprenant qu’on voit de plus en plus ce genre mais il maintient ceci : tant que l’histoire est bien racontée, ce ne sera pas un problème en citant au passage The Last of Us.

Bravo à l’organisation de Ludia pour cette conférence qui fut très intéressante malgré les minis problèmes techniques.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s