(Test FG – Jeux vidéo) Escape Dead Island

 
C’est bien connu, les joueurs adorent trucider du zombie, mais avec classe. C’est ce que l’on retrouvait avec le premier Dead Island et dans Dead Island: Riptide. Deux jeux complètement déjantés évoluant dans un monde ouvert. La suite, Dead Island 2 est attendue par un bon nombre de fans dans les premiers mois de 2015. Dans le but de combler cette attente, Fat Shark a décidé d’offrir un spin-off faisant le pont entre le premier et le deuxième opus: Escape Dead Island. Une nouvelle histoire, un nouveau protagoniste, une nouvelle jouabilité, bref bien du nouveau, mais est-ce suffisant pour offrir la même qualité des volets précédents? Je prépare mon sac à dos, prend quelques armes et suivez-moi alors que je fraierai un chemin dans ce monde rongé par le chaos.

Le scénario de Escape Dead Island nous place dans la peau de Cliff Calo, qui avec des amis part en expédition vers l’île de Narapela. Par contre, vos premiers pas ne s’effectueront pas de cette manière.  Au départ, votre première mission qui prend place dans un didacticiel assez ordinaire, vous fera camper une sorte de ninja à l’accent russe dans un laboratoire infesté de zombies à la recherche de données pour tenter de comprendre ce qui s’y est passé. Par la suite, on vous met dans le rôle de Cliff arrivant sur l’île.

(Test FG – Jeux vidéo) Escape Dead Island #2

Escape Dead Island ne renferme qu’une campagne solo qui vous prendra entre 6 à 8 heures, tout dépendant de vos aptitudes de joueur. La quête principale vous fera faire de nombreux aller-retour entre les quelques endroits désignés sur la carte. Au menu, appart trucidé de nombreux zombies, vous aurez à dénicher de nouvelles armes qui pourront être améliorées en trouvant sa semblable, mais rehaussée. Ce n’est pas tout, car vous aurez à trouvez plusieurs, plusieurs items cachés parmi le décor. Entre autres, des documents audio, des images et prendre une multitude de clichés de divers objets tout au long de votre route. D’ailleurs, je n’ai pas encore compris à quoi sert cette option. De plus, les deux dernières heures comprenant les trois dernières missions m’ont semblé interminables. À la fin d’un jeu, il est normal de devoir battre un boss final pour  voir le dénouement de l’histoire. Mais devoir en battre un deuxième et même un troisième… euh non! Trop c’est comme pas assez.

Un jeu par définition se doit de divertir, amuser et ce n’est pas le cas avec ce dernier. À quelques occasions, le niveau de difficulté est beaucoup trop élevé comparé à d’autres missions qui sont trop faciles. Vous aurez une bonne brochette d’armes à votre service. Une hache, un katana, un fusil, un fusil à pompe, une lampe de poche, qui soit dit en passant ne peut être contrôlée par le joueur. Elle s’ouvre ou se ferme automatiquement, bref  lorsque le besoin s’en fait sentir. Et que dire des armes à feu… totalement inutile. Je n’ai utilisé que ma hache et ça fait le travail tout le long. Ah oui, je l’ai pas encore compris celle-là, le personnage ne peut pas sauter. Il me semble qu’en 2014 ça s’avère utile. Exemple, vous voyez un passage que vous pouvez atteindre en sautant, mais non, vous devez passer par un autre endroit qui vous rallonge pour enfin y arriver. N’importe quoi.

(Test FG – Jeux vidéo) Escape Dead Island #3

Un jeu qui est quelque peu scripté, c’est normal. Mais lorsque vous voulez poser une action et que vous êtes trop en avance dans le scénario et que ça vous bloque pour revenir plus tard et réaliser que maintenant vous pouvez… c’est non seulement exaspérant, mais frustrant. C’est comme ça du début à la fin.

Côté graphisme, le jeu est bâti en cel-shading, mais pour être honnête, j’ai déjà vu mieux. Il y a beaucoup de bogues de collisions, de bogues multiples d’objets flottant en lévitation, d’objets qui disparaissent… et le pire la foutue caméra. Elle se place rarement au bon endroit lorsqu’est venu le moment d’affronter quelques ennemis simultanément. Vous avez beau ciblé un ennemi, mais lorsqu’un autre vient vous attaquer, c’est le chaos, vous ne savez plus où donner de la tête. Les cinématiques sont belles, mais sans plus. Elles rappellent un style bande dessinée. Ce qui n’est pas plus mal. Le point le plus négatif… les %?&&*?%(? de temps de chargement. Le travail sur l’optimisation a clairement été bâclé. Lorsqu’ils arrivent en plein niveau, ils font geler 2 à 5 secondes le jeu  pour ensuite revenir dans la partie. Totalement inacceptable surtout, que le jeu a gelé deux fois. J’ai dû repartir ma console. Il y a de bonnes idées comme les phases ou on semble sous l’influence de substances illicites. Une ou deux fois c’est bien, mais je me suis retrouvé la tête en bas, de côté, un décor totalement blanc… bref au final, le tout s’est avéré inutile. Trop c’est comme pas assez. Votre perso effectuera des «finishers», mais ça sera toujours la même action à l’écran.

(Test FG – Jeux vidéo) Escape Dead Island #4

Côté audio, ce n’est pas vraiment mieux. Le jeu est offert avec des sous-titres français, car avec des voix audio anglaises seulement. Les zombies font quelques sons pour bien les identifier au loin, mais rien de vraiment plus. Ils émettent un cri agonisant lorsqu’ils meurent et c’est tout. Du côté acting des personnages, c’est très décevant. Disons que ceux qui font les voix ne gagneront pas un prix pour le côté émotionnel. La musique est assez ordinaire et se fond avec le reste.

Au final, il me serait difficile de recommander le jeu. Même pour les fans de la série Dead Island, car on n’apprend pas grand-chose du scénario du comment que tout a débuté. Il y a beaucoup trop d’irritants pour un achat au prix de 39.99$. Peut-être à 19.99$, mais pas plus.  Une déception pour moi, même si initialement je ne m’attendais pas à grand-chose. C’est dommage, car le jeu renfermait de bonnes idées, mais exploitées au minimum.

Cote FG: 5.5/10

Points positifs:

  • Se déroule dans l’univers de Dead Island malgré tout
  • L’exploration en profondeur
  • Trucider des zombies par centaine

Points négatifs:

  • Un scénario inintéressant qui traîne en longueur
  • Le bestiaire : une copie des zombies de Left For Dead
  • Une courte durée de vie
  • Beaucoup trop de bogues
  • Des aller-retour inutiles
  • Une fin interminable qui se cherche

Fiche technique:

  • Développé par Fat Shark
  • Publié par Deep Silver
  • Jeu d’action/horreur
  • Mode solo seulement
  • Disponible sur PC, PS3 et Xbox 360
  • Offert en version anglaise avec sous-titres français
  • Site officiel: http://escape.deadisland.com/french/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s