(Test FG – Jeux vidéo) Tormentum: Dark Sorrow

 
Il y a de ces jours ou tout va mal et hop j’ouvre ma boîte de courriel et un code de jeu m’attend. Intrigué étais-je par ce titre point n’ click d’un studio plutôt obscur. Après un court téléchargement sur Steam, dès mes premières minutes, j’ai été envouté, conquis, bref, j’ai adoré dès mes premiers clics jusqu’à là toute fin. Vous voulez savoir pourquoi? Simple, plongez avec moi dans les abîmes et vous saurez la vérité… peut-être!

Tormentum: Dark Sorrow provient des cerveaux de l’équipe de OhNoo Studio qui après une campagne sur Kickstarster couronnée de succès, ont lancé leur jeu sur PC via la plateforme de téléchargements Steam. Ce qui demeure la meilleure option lorsque l’on parle de jeu de type de point n’ click.

Il faut savoir que Tormentum: Dark Sorrow est un jeu d’aventure mêlant les éléments de point n’ click et de puzzles se déroulant au cœur des ténèbres. D’entrée de jeu, on vous place dans la peau d’un héros sans nom qui ne se souvient pas d’où il vient, se trouvant à la croisée des chemins, entre le rêve et le cauchemar. Il se retrouve piégé dans une cage de métal attachée à une machine volante se dirigeant vers une destination inconnue, mais à en croire un autre prisonnier, un rat géant, personne n’en est revenu. Le seul souvenir lui restant en tête est une étrange sculpture représentant des mains orientées vers le ciel. Le dirigeable arrive enfin à sa destination, un château où il sera tenu prisonnier pour l’éternité. À l’intérieur de ce dernier, il devra faire le point sur ce qu’il l’amené là et surtout tenter de découvrir la vérité.

(Test FG - Jeux vidéo) Tormentum - Dark Sorrow #2

Votre quête se déroulera parmi trois régions aux décors variés et renfermant un bestiaire fort original. Au menu, des puzzles au nombre de 24 qui se compliqueront plus vous avancerez dans ce monde sombre et démoniaque. De plus, vous aurez des choix moraux à effectuer sous forme de quête secondaire, qui au final auront une influence sur la fin du jeu. Il vous prendra environ entre 4 à 6 heures pour voir le dénouement final une première fois, car oui si vous voulez connaître les deux côtés de la médaille, il vous faudra refaire le jeu. Vos décisions ont des conséquences et ça ressent à la fin. Un conseille, les actions que vous poserez en croyant bien faire, ne seront pas nécessairement les bonnes. Le jeu renferme qu’un mode solo et c’est bien assez ainsi. Un mode multijoueur n’aurait rien apporté de plus à l’expérience. Une chose que j’ai adorée est le fait de pouvoir sauvegardé ou bon me semble et de reprendre ma partie au point exact ou je l’ai quitté. Bravo pour cette idée!

(Test FG - Jeux vidéo) Tormentum - Dark Sorrow #3

La mécanique de jeu repose sur une souris et c’est tout. Toutes vos actions sont contrôlées par ce périphérique. Vous aurez à allez vers la gauche, la droite, vers l’avant, revenir sur vos pas, ouvrir des coffres, faire l’utilisation de différents objets. Un inventaire sera mis à votre disposition et vous pourrez le consulter à votre guise. Vous y placerez tous vos objets que vous aurez besoin pour continuer votre quête. De plus, un carnet de notes vous sera remis et vous pourrez y placer des dessins, des plans ou autre pour encore une fois réussir les différents puzzles.

L’aspect graphique est impressionnant. Le jeu s’inspire des Demon’s Souls et Dark Souls de ce monde. Les images sont issues de 75 fresques peintes à la main. Vous trouverez également plusieurs centaines de scénettes secondaires ainsi que des tableaux par dizaines d’un peintre fou que vous serez amené à rencontrer. Un petit conseil, ne faites pas confiance au chat!

(Test FG - Jeux vidéo) Tormentum - Dark Sorrow #4

Du côté de la bande originale, le tout s’étale sur une quarantaine de pièces musicales très intéressantes pour les oreilles. Pour faire court, je veux cette bande originale. Un mélange savant de désespoir, de mélancolie, mais de bon goût. Les personnages ne parlent pas au lieu de ça, des textes apparaissent. On se croirait dans des JRPG. Outre ça, le jeu est sous-titré en français ce qui est une bonne chose vu le haut taux de texte à lire.

Au final je n’ai d’autres choix que de recommander ce jeu. Faire le contraire serait un sacrilège et m’enverrait directement aux plus profonds des enfers. Je n’y ai vu pratiquement aucun bogue. Un titre indépendant qui n’a rien à envier aux plus grands de l’industrie. Une version boîte est également disponible et j’en ferai l’acquisition, simplement pour encourager le studio.

Cote FG: 9/10

Points positifs:

  • Un scénario surprenant et captivant (je veux connaître la vérité)
  • Une bande originale qui se marie bien aux décors du jeu
  • Des puzzles pas si complexes, un brin de logique et d’observation et le tour est joué
  • Le prix dérisoire
  • Une rejouabilité certaine

Points négatifs:

  • Durée de vie (j’en aurais pris des heures et des heures et des heures de plus)

Fiche technique:

  • Développé et publié par OhNoo Studio
  • Jeu de type aventure/puzzle
  • Mécanique de point n’ click
  • Exclusif au PC
  • Mode solo seulement
  • Offert en anglais et français
  • Disponible en téléchargement sur Steam ou en version boîte
  • Une démo est disponible
  • Site officiel: http://ohnoo.com/tormentum.html

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s