(Test FG – Jeux vidéo) Ori And The Blind Forest

 
Dans le courant d’une vie, Il y aura des événements, des films, des paroles ou même des images qui nous marqueront pour toujours. Il arrive même parfois que certains jeux nous touchent et nous reste gravés en mémoire pendant longtemps. Personnellement, dans la dernière année, il y a eu Journey (oui je suis en retard), il y a aussi eu Brothers : A tales of two sons, et maintenant : Ori and the blind forest du développeur indépendant Moon Studios.

 ori7

Comme son titre l’indique, vous incarnerez Ori, un esprit qui fût malheureusement perdu au cœur de la forêt lors d’une tempête étant toute jeune. Ori fût retrouvé mais surtout élevé et protégé par une bête étrange nommé Naru. Ceux-ci vécurent heureux jusqu’à ce que la forêt se meure, causant la disparition du vent, de l’eau et du feu, trois éléments essentiels pour la survie de celle-ci. Suite à un événement, Ori se retrouve à quitter sa demeure pour aller sauver la vie dans la forêt. Dans cette quête, il rencontrera Neim, une petite créature qui nous fera penser à la luciole de Child of light et avec laquelle il nous sera possible d’attaquer les ennemis.

 ori8

L’inspiration du jeu est claire, en fait même le principal concepteur David Clark mentionne que l’équipe c’est grandement inspirée de Metroid et Rayman et que ce jeu s’en veut même une lettre d’amour. Le jeu est donc un jeu de plateforme 2d où il faudra explorer énormément pour réussir à faire évoluer Ori et surpasser les nombreux casse-têtes, ennemis et obstacles sur notre aventure.

 ori6

Au départ Ori ne possède aucune habilité pour l’aider dans sa quête, il peut sauter et … c’est tout. Ori devra récupérer l’énergie des esprits de vies antérieures disparus. C’est ainsi qu’il apprendra diverses habilités qui l’aideront, Double-saut, sauter sur les murs ou tout simplement être en mesure d’écraser ses adversaires en sont que quelques-uns. Plus d’une dizaine d’habilités sont à découvrir pour être en mesure de continuer l’histoire. En cours de route, Ori récupérera aussi une sorte d’énergie qui lui permettra de débloquer une bonne trentaine de compétences diverses autres que les habilités. Il pourra ainsi récupérer plus de vie lors d’une sauvegarde, ou bien tout simplement avoir des attaques plus puissantes à l’aide de Neim.

 ori5

La courbe de difficulté m’a surpris par sa rapidité à être intégrée au jeu. Le tout débutant par une balade en forêt, étant bien équilibré comme la plupart des jeux de plateforme et terminant de façon plutôt abrupte se comparant aux tableaux les plus difficiles de Rayman Legend, mais le sentiment de fierté et d’accomplissement est également proportionnel les 456 fois où je suis mort, un compteur vous indiquant le nombre de fois où vous avez péri, ce qui pourrait en décourager plusieurs d’arrêter tout simplement de jouer. Une décision qui prenait du courage des concepteurs mais qui prend tout son sens une fois le jeu terminé. Ori est définitivement l’un des jeux les plus difficiles de nouvelle génération et cela fait du bien.

 ori4

Le point fort du jeu mise à part son style graphique est sans contredit la conception des niveaux. En fait, il s’agit d’un seul et grand niveau sans attente de chargement nous rappelant encore une fois l’inspiration tiré directement de Metroid. Le tout est conçu de façon à nous faire revenir sur nos pas plusieurs fois pour y redécouvrir un nouveau chemin, ou pour tout simplement être en mesure d’aller chercher l’énergie inaccessible (après avoir obtenu une nouvelle habilités nous le permettant) Le niveau est grand, je n’ai personnellement pas réussi à découvrir 100% du jeu lors de mon premier passage. Croyant pouvoir y retourner après avoir fini le jeu, j’ai eu la mauvaise surprise de constater qu’il nous est impossible de reprendre une sauvegarde de partie terminé, il me faudra donc tout recommencer, un choix plutôt décevant du concepteur.

 ori2

D’entrée de jeu, on nous fait miroiter un univers magique, rempli de couleurs vives, de joie, de bonheur mais rapidement le tout se change en monde sinistre et sombre. Le tout est incroyablement bien fait grâce au style graphique décidé par le développeur. Sans tomber dans la bande dessinée, les graphismes nous donne l’impression d’avoir été dessiné à la main et ce par plusieurs artiste différents. On y retrouvera les bon vieux tableaux d’eau, de feu (lave) et du vent chacun ayant une magie, bien que sombre par moment mais avec un charme que seul ce jeu sait nous donner.

ori3

Le gros défaut du jeu pour moi est peut-être un défaut qui ne le sera pas pour quelqu’un d’autre. Le jeu offre un système de sauvegarde particulier pour un style de jeu de plateforme. Ori sera le seul capable de créer des liens d’esprit, qui vous permettront de sauvegarder votre progression mais aussi d’améliorer vos capacités. Il vous faudra cependant récupérer un nombre X d’énergie pour être en mesure de le faire. Ainsi vous pourrez sauvegarder votre partie où que vous soyez mais en autant que vous ayez le nombre d’énergie suffisante. C’est ainsi qu’il m’est arrivé de sauvegarder avant un moment crucial et difficile de l’aventure, de le réussir mais de ne pas pouvoir sauvegarder de nouveau car je n’avais pas suffisamment d’énergie, et bien entendu de mourir par la suite et d’être obligé de recommencer. Ceci sera suffisant pour décourager beaucoup de gens de continuer l’aventure après avoir recommencé 25 fois la même séquence car il aura sauvegardé au mauvais endroit.

Malgré un système de sauvegarde frustrant, Ori reste l’un des jeux les plus fantastiques de la dernière année. Ambiance, challenge, une trame sonore incroyable et un graphisme soigné en font déjà l’un de mes finalistes pour le jeu de l’année 2015.

9.5/10

@jackgerms

Publicités

Un commentaire sur “(Test FG – Jeux vidéo) Ori And The Blind Forest

  1. Pingback: Ori And The Blind Forest: Definitive Edition reporté en 2016 | Facteur Geek

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s