(Test FG – Jeux vidéo) Mortal Kombat X (Xbox One)

 
Le genre combat reprend forme depuis les six derniers mois grâce à la deuxième saison de Killer Instinct en plus des sorties de Guilty Gear Xrd et Super Smash Bros. 4. Excluant le pionnier qu’est Street Fighter (Ultra IV étant lancé en début 2014 qui arrive bientôt sur PlayStation 4), l’échec commercial de Dead or Alive V: Last Round n’aide en rien la franchise malgré le bon rendement du jeu d’origine lancé en 2012 en plus de l’absence de Soul Calibur, le 5 qui a été mal accueilli. Mais bien sûr, il y a un jeu qui, en 2011, a fracassé les barrières pour ce qui est du contenu. Alors « get over here » et prenons des notes… Que vaut ce Mortal Kombat X?

Jeu testé via le Kollector’s Edition sur Xbox One acheté par l’auteur et joué avec le fightstick TE2 de Mad Catz. Les images pourraient ne pas convenir à un certain public.

Pas fort! C’est vraiment le premier truc qui me vient en tête pour résumer l’intégration du système de microtransactions et au diable les gens (incluant des experts) qui osent défendre cette pratique! Il était clair que je devais commencer par ça et je suis certain que les critiques « professionnelles » n’ont pas eu une version « vendue » en magasin ou même une version dite de lancement car on voit de plus en plus des patchs dès la journée de sortie. Si Assassin’s Creed Unity s’est fait prendre au jeu, Mortal Kombat X est le suivant. Certains disent que les reviewers « professionnels » ont eu un accès plus facile au contenu de la Krypte mais il est clair que les reviewers n’étaient pas mis au courant du système d’affaire. Ignoble de la part de Warner!

Il est dommage qu’un personnage comme le Shokan Goro, personnage emblématique, soit bloqué derrière un foutu paywall à moins d’avoir précommandé le jeu, pris une édition de lancement (je crois inclus avec chaque copie neuve) ou d’avoir pris l’édition de collection. Il est ridicule que des gens puissent payer pour des jetons de raccourcis pour les Fatalities au lieu de faire comme tout le monde et apprendre les mécaniques (comme à l’arcade malgré les 25 sous qui ont fait le tour pour activer la permission du joueur de jouer au jeu à l’époque). C’est sans compter le contenu entier de la Krypte qui peut être déverrouillé pour 20$… Ce sont de sales pratiques que tu retrouves dans les petits jeux sur téléphone et il est clair que les éditeurs se foutent des consommateurs… et j’ose inclure certains studios indépendants. L’intégrité d’Ed Boon en prend un coup mais il est clair que c’est Warner qui a eu le dernier mot.

Ah oui et le jeu a planté une fois durant mon parcours dans la Krypte… Justement! Je ne peux pas non plus passer sous silence l’incroyable lancement de la version PC, carrément brisée pour certains joueurs qui n’ont pu avoir accès à tout le contenu sans oublier les plantages de celle-ci selon un de nos collaborateurs qui, par ailleurs, joue le jeu sur PC. C’est décevant… mais c’est une leçon à apprendre: ne jamais acheter jour un. Cela m’inquiète beaucoup pour The Witcher 3 et Batman: Arkham Knight et j’ose inclure The Witcher 3 car il est clair que Warner a le nez long comme Pinocchio en ce moment! En tout cas… vous voulez un crash de l’industrie? Ceci est un signe incroyable… Et pendant ce temps, on chiale sur des trucs peu important pour pousser un agenda… Gamers lose! Mentality! En tout cas, vous ne verrez aucune opinion politique dans cette critique puisque mon point est fait.

Ceci dit… Mortal Kombat X… Pour les néophytes, il s’agit d’un jeu de combat d’une franchise établie depuis le début des années 90 que vous n’aviez probablement pas le droit de jouer à l’époque si vous aviez en bas de 17-18 ans peu importe les itérations et que vous avez joué en cachette. Ayant fait sa renommée avec les bornes d’arcade de Midway, Mortal Kombat est venu faire compétition avec Street Fighter 2 en offrant un système différent et, tout le monde le sait, plus violent pour ne pas dire extrêmement violent. Cela a propulsé d’autres développeurs à amener leurs concepts qui ont mené à la création de Killer Instinct, Virtua Fighter, Tekken, Dead or Alive et Soul Calibur. À l’époque, les personnages étaient campés par des acteurs et démontrait des mises à mort nommées Fatalities qui allaient de ridicule (le dragon de Liu Kang) à troublant (l’électrocution par Raiden ou la tête toujours attachée à la colonne vertébrale arrachée par Sub-Zero). La série a su profiter de l’avancée technologique pour rehausser le niveau de violence et d’animation même si on s’ennuiera toujours des puits avec un fond de lances ou des bains d’acide. Mortal Kombat a bâti sa réputation pour sa violence excessive et absurde mais a pu se frayer un chemin dans le eSports avec son système qui a su être peaufiné avec les années.

La première fois que j’ai vu Mortal Kombat, c’était sur arcade en hiver 1998 (c’était donc le 4 avec Goro) sans nécessairement vu ce qui se passait à l’écran mais malgré une mémoire vague, je me souviens d’avoir vu Deadly Alliance en hiver 2003 sur Gamecube (c’était troublant)… bien que j’aie finalement joué à Super Smash Bros. Melee, ma première expérience dans le genre combat. J’avais donc respectivement 8 et 13 ans. Bien sûr, Mortal Kombat IX m’a permis de mieux comprendre la franchise sans nécessairement apprécier son système car… j’étais un véritable noob. C’est donc après un immense parcours et un long apprentissage sur Killer Instinct depuis l’acquisition de la Xbox One que je me suis dit que je devais donner une chance à Mortal Kombat. J’ai pu essayer MKX au Comic-Con de Montréal en 2014 et j’étais, étrangement, vendu au jeu. Je ne voyais pas la violence ou le gore (merci Rémy Couture) mais un jeu de combat qui méritait mon attention.

MK2

Malgré le 30fps, le tout est bien rendu et… délicieux à voir…

Mortal Kombat X reprend là où on a laissé MKIX. Si le « reboot » relançait le scénario de la trilogie originale avec les origines de Bi-Han alias Noob Saibot alias Sub-Zero tué par Hanzo Hazashi qui est mieux connu en tant que Scorpion, l’avènement du deuxième Sub-Zero soit Kuai Liang et la rébellion de Kitana, la fille de Shao Kahn, MKX nous plonge dans un conflit opposant les gardiens du Earthrealm à Shinnok mêlant une bonne partie du groupe de personnages. L’histoire commence au beau milieu d’une guerre mêlant les forces de Quan Chi à celle des Special Forces de Johnny Cage et Sonya Blade en plus de Shinnok sans oublier le dieu Raiden. Le tout devient une véritable course contre la montre pour un médaillon en plus d’une petite chicane de famille par rapport à l’héritage du trône de Shao Kahn. Il est important d’avoir joué (ou vu) l’histoire de Mortal Kombat IX pour comprendre la mise en situation. Le tout est parsemé d’actions contextuelles dans les cinématiques qui, pour être franc, n’apporte pas grand-chose et n’ai vu aucune réelle conséquence. Cela fut plus un bris d’immersion par rapport au reste du gameplay standard. NetherRealm n’avait pas besoin d’utiliser la sauce « David Cage » pour rendre l’histoire plus intéressante. Oui, le récit tient debout et présente quelques revirements sans réellement surprendre le joueur… qui est habitué à ce genre d’écriture. Je salue néanmoins l’idée de nous faire affronter un même adversaire moins souvent que dans le jeu précédent et, à mon humble avis, on a des portions très intéressantes nous démontrant un peu plus la personnalité des personnages dont les deux légendes Kuai Liang et Hanzo Hazashi en plus d’un retour sur les origines de Bi-Han et le conflit entre les clans Lin Kuei et Shirai Ryu.

Autant vous dire que le jeu est respectable au point de vue graphique et est toujours aussi sanglant sans être nécessairement sérieux. C’est vraiment « over-the-top » à souhait et les Fatalities sont toujours répugnants… une première fois en ce qui me concerne. À force de jouer et à les exécuter, j’ai fini par m’habituer sans problème aux têtes qui tombent ou qui se séparent en deux mais je ne plains pas ceux qui resteront marqués, je peux les comprendre. J’ai pu suivre mon cours d’anatomie sans avoir eu l’aide de Gunther von Hagens, c’est clair. Les décors sont bien réalisés, les animations sont fluides durant le jeu… C’est tant mieux! Cependant, je ne peux m’empêcher de me poser la question du pourquoi est-ce que les cinématiques pour les intros en plus des Fatalities et les attaques X-Ray sont en 30 fps? Cela rend un jeu absolument inconstant dans sa présentation et la différence est trop énorme… n’importe quel joueur mentirait en disant qu’il n’y en a pas et serait malhonnête en disant que ce n’est pas un problème. Oui, c’est bien fait mais ça coupe beaucoup à l’immersion. Dans Mortal Kombat IX, les animations pour l’ensemble des séquences avec le moteur in-game étaient en 60fps. Cependant, les Fatalities de MKX gagnent en détail grâce à l’avancée technologique ce qui nous permet « d’apprécier » des mises à mort beaucoup plus audacieuses et je me permettrai de vous épargner les détails. Vous verrez par vous-même. Un nom: Mileena!

Au niveau du son, il s’agit probablement du point fort de la présentation. Le choix de système sonore nous permet effectivement d’apprécier l’ambiance et l’impact des coups (et des fractures) selon les configurations prédéfinies. Cela est un énorme plus et la qualité est vraiment ressentie. Il y a une réelle satisfaction et, tel que mentionné, on ressent l’impact de nos combos et les dégâts causés. On peut aussi apprécier les dialogues des personnages dont Johnny Cage avec ses références de la culture moderne et populaire et Cassie Cage avec son baladeur… où on entend le Techno Syndrome.

MK3

Un mode « arcade » comme je les aime, meilleur moyen de tester chacun des personnages!

Ce qui définit souvent un jeu de combat, c’est le contenu. Mortal Kombat X présente tout d’abord 24 combattants incluant un à débloquer et excluant les 5 qui sont téléchargeables (et à venir dont Jason Voorhees et Predator) et 14 stades qui ont des décors alternatifs débloqués via le mode Histoire. En comparaison, Mortal Kombat IX (2011) avait 25 combattants disponibles dès le départ et deux étaient à débloquer. Quatre personnages dans MKIX (dont Freddy Krueger) étaient offerts en téléchargement en plus de Kratos sur les versions PlayStation ce qui pousse le total à 31, 32 sur PlayStation! Mortal Kombat IX avait un peu plus d’une vingtaine de stades et certains incluaient des Stage Fatalities… comme les Stage Ultra de Killer Instinct. Toujours en comparaison, Injustice: Gods Among Us avait 24 personnages en excluant les 6 téléchargeables dont Scorpion lui-même en plus de 15 stades. Tout comme Injustice, Mortal Kombat X incorpore de l’interactivité à même les stades en pressant RB (ou X+Y ou selon la configuration désirée) aux bons endroits. Vous aurez donc compris que le contenu est moindre en ce qui concerne la version qu’on discute. Il est aussi important de vous prévenir concernant l’absence des Babalities ou Friendship, le jeu se concentrant donc sur la violence pure. À l’époque, les Babalities étaient créées pour répondre à ceux et celles qui dénonçaient la violence dans le jeu.

Parmi les combattants, on retrouve des nouveaux venus comme Kung Jin qui est le premier personnage homosexuel de la franchise en plus d’être un archer, Takeda Takahashi qui est le fils de Kenshi en plus d’être un ancien membre du clan Shirai Ryu qui est capable de se battre avec des fouets munis de lames avec une lance au bout, Erron Black (doublé par le talentueux Troy Baker) qui semble être une bonne caricature des films western avec un arsenal de pistolets et carabines alors que Ferra/Torr présente une petite fille déplaisante (doublée par l’expérience pure: Tara Strong) sur un véritable mastodonte, un design original par rapport au reste des combattants de la série avec des ninjas, nécromanciens, dieux et forces militaires. Jacqueline et Cassandra viennent rejoindre Jackson Briggs et Johnny Cage complétant leur famille respective. Parmi les revenants, inutile de spécifier Kano, Liu Kang, Raiden, Johnny Cage, Scorpion, Sub-Zero et Sonya Blade. Il y a aussi Kitana, Ermac, Mileena (elle a les Fatalities les plus fous, je le redis), Reptile, Kenshi, Shinnok (retour depuis Armageddon), Quan Chi et Kung Lao. Parmi les absents importants, il y a Baraka, Sektor, Cyrax, Stryker, Smoke et Noob Saibot. Leur absence peut être justifiée si on prend en compte les modes Histoire de MKIX et MKX. Il y aura certainement des personnes déçues et la proportion en termes de contenu est sérieusement discutable. On retrouve effectivement le mode Histoire qui se passe 25 ans après les événements de Mortal Kombat IX en plus des modes traditionnels dont Single Fight (combat standard) ainsi que les Tours de défi (Challenge Towers). Les Tours de défi en format « Living » sont mis à jour pour des bonis et défis différents à l’heure ou la journée. On retrouve effectivement des Tours de survie infinies. Disparu est aussi le mode quatre joueurs en local qui auraient permis aux combattants de savourer des Team Battles et faire leur propre tournoi, une option disponible dans MKIX! ÇA, c’est épais! La Krypte, comme prévu, est de retour afin d’acheter du contenu additionnel grâce aux jetons du jeu comme des costumes ou des petits bonus comme la musique des stades ou des « concept arts » avec des commentaires des développeurs concernant l’évolution dans le design d’un personnage. Le tout se déroule dans un format aventure « point-and-click » qu’on peut comparer à Legends of Grimrock sans être le jeu en question où vous trouverez des objets des personnages comme clé afin de progresser et parcourir la carte. La Krypte est vraiment pleine à craquer et le temps à investir pour débarrer tout le contenu du jeu… je n’ose même pas imaginer! Parfois, des loups et des araignées vont vous surprendre et un effet slow-mo se produira et vous devrez appuyer sur le bon bouton à l’écran. Il n’y a aucune conséquence si vous ratez l’exécution mais vous aurez une petite récompense sous forme de pièces à dépenser si vous réussissez l’action contextuelle (quick-time event).

MK4

Bien sûr, aucune capture d’écran ne rend réellement justice au gameplay…

Bon, c’est bien de savoir le contenu mais qu’est-ce qui fait de Mortal Kombat un jeu de combat de son genre? Son système, bien sûr. Ce n’est pas une ironie de vous dire qu’apprendre à jouer à un jeu de combat, c’est comme apprendre à jouer à un instrument: vous devez dédier plus de temps dans le mode Pratique que dans les matchs réels afin de figurer les possibilités d’un personnage que vous voulez absolument jouer ou celui qui « fit » votre style afin que vous soyez à l’aise en plus de pratiquer un maximum les personnages avant d’entamer le mode Histoire. Chaque jeu de combat a un système et tente généralement d’améliorer ses aspects en s’inspirant d’autres titres. Sur Killer Instinct, j’ai dû figurer pendant de bonnes minutes et des heures le système et comment produire les combos dans le mode Pratique et c’est la même chose pour Mortal Kombat X mais l’expérience acquise sur le titre d’Iron Galaxy m’a donné plus de marge de manœuvre et les réflexes nécessaires pour comprendre une partie de la base dès le début. Le jeu propose un système où les « kombos » sont prédéfinis selon les « inputs ». Il s’agit donc de composer les combos et les étudier afin d’enchaîner une attaque spéciale et ainsi de suite, même chose pour les Fatalities. Cependant, un combo ne fonctionnera pas si les inputs sont lents. Cela veut dire que vous devez sortir le combo plus rapidement que les animations. Exemple: Front Punch, Front Punch, Back Kick comme si vous écriviez une lettre sans regarder les touches de votre clavier ou maîtrisiez un piano et je sais que ça semble si compliqué mais ce n’est pas difficile à comprendre. Sur Xbox One, il s’agirait de X, X, B. Vous avez là un kombo dans Mortal Kombat X pour Scorpion. Chaque personnage dispose d’une liste de combos selon les variations sans oublier les sauts. Les personnages se ressemblent beaucoup au niveau des coups mais les variations amènent des coups spéciaux conçus pour le style. Exemple: Sub-Zero peut générer des boucliers de glace, Scorpion peut user de ses épées et Reptile peut se camoufler ou gagner en vitesse… ou générer un gaz qui fait des dégâts sur un adversaire trop près.

Le jeu mise aussi sur un système de juggle hits (jongler l’adversaire) afin d’accumuler le plus de dégâts possibles avec l’enchaînement de ces mêmes combos. S’il y a toujours moyen de briser le système en découvrant les divers « patterns » en plus d’utiliser la barre spéciale en bas de l’écran pour un breaker, il est clair que chaque combo a une limite. Ainsi, contrairement à Killer Instinct où les combos sont généralement composés d’openers, attaques normales automatiques (ou manuelles selon les « frames ») et des linkers en plus d’enders avec des attaques spéciales qui lient chaque coup automatique ou manuel sans oublier les limites du Knockdown Value imposées dans le système, Mortal Kombat va du style kombo suivi d’une attaque spéciale ou de saut selon les possibilités d’ouverture à explorer selon les personnages. Vous allez figurer le système en prenant votre temps dans le mode Pratique avec les options du « dummy ». Comme dans Mortal Kombat IX, la barre spéciale est de retour pour les améliorations de coups spéciaux (EX), les breakers (démontrés dans le tutoriel) et les X-Ray qui sont toujours aussi dévastateurs.

Les experts dans la communauté des jeux de combat avaient raison de célébrer le Dojo de Killer Instinct qui enseignait tout du jeu (avec un perso) allant du frame data jusqu’au hitbox en plus des divers façons de faire le combo breaker et d’extensionner les combos avec les « recaptures », « wall-splat » et « shadow attacks » et c’est sans oublier les nombreux guides que vous pouvez trouver sur le Web. Ce qui m’amène à dire que Mortal Kombat X ne pousse pas la machine à fond afin de permettre d’apprendre les règles d’input, le « frame cancel », le « frame-lock », les resets, les juggle hits, anti-air, etc. Le tout est vraiment trop de base et laisse le joueur au dépourvu. En plus, Killer Instinct offrait des explications sur CHACUNE des mécaniques et fonctions effectuées! D’ailleurs, le tutoriel ne favorise pas les inputs circulaires de Street Fighter ou Killer Instinct (comme le Hadoken de Ryu ou le Tail Flip de Riptor) vous forçant donc à appuyer sur le bouton de Pause si vous avez sélectionné l’option voulue dans Wireless Controller (compatible avec manette avec fil ET fightsticks) pour les inputs diagonales et je salue cette option avec bonheur. Ainsi, le Teleport de Scorpion n’est plus un « Down, Back, Front Kick » que l’on tape mais bien un « Down, Down Back, Back, Front Kick » qu’on « roule » ce qui permet un mouvement fluide du stick. Un autre exemple est la légendaire Spear de ce même Scorpion. Le input standard est « Back, Forward, Front Punch » mais, avec les diagonales, le tout devient un demi-cercle complet allant de Back en passant par Down jusqu’à Forward en finissant par un Front Punch pour finalement entendre « Get Over Here ». Je suis content que MKX supporte les inputs circulaires étant moi-même un joueur sur Killer Instinct mais l’habitude a fait que je suis retourné au style établi par MK bien que la rotation se fasse dans certains cas et il est dommage que le tutoriel ne profite pas de la présentation des diagonales. Je vous recommande aussi d’enlever le Release Check (qui font que les attaques fonctionneront aussi après que le bouton d’attaque soit relâché après les mouvements directionnels) car il se peut, très souvent, que vous ruiniez vos chances de combos et que vous voulez être certain de faire ce que vous avez envie de faire dans vos exécutions. Bien sûr, tout dépend de vous mais l’ensemble des options est un plus énorme qui rend le jeu jouable autant pour les habitués de Mortal Kombat que pour les joueurs d’autres jeux de combat comme Street Fighter et Killer Instinct en plus de Guilty Gear Xrd si on parle des jeux disponibles pour la génération actuelle.

MK1

Le tutoriel de MKX est trop de base en comparaison aux efforts faits de Killer Instinct en 2013.

En multijoueur, on s’entend que NetherRealm a vraiment mis le paquet pour tenter l’implication maximum des joueurs… pour nous offrir une expérience beta en ligne. Autant je salue le nombre de modes existants, autant je dénonce le très mauvais netcode où ce qui permet la communication entre les serveurs et les joueurs. Ouf que c’est pas terrible malgré l’effort d’offrir une expérience complète. Faction War est une nouveauté permettant aux joueurs de rejoindre une de cinq communautés (ou armées) pour des prix supplémentaires en jeu qui seront remis selon les performances et la contribution de ceux-ci. Cela n’est pas l’un des meilleurs ajouts car ça brise un peu la logique de l’histoire à cause des clans et des personnages. On a les traditionnels modes Joueur contre joueur (Compétitif ou « Exhibition ») en plus de la pratique en privé avec une personne enregistrée dans la liste d’amis. On retrouve également les Team Battles (Bataille en Équipe) en plus de l’excellent mode King of the Hill (Roi de la Colline) pour revivre les bons moments d’arcade où les joueurs en groupe peuvent visionner le match et afficher des émoticones et gagner le respect avec les victoires. Tout va bien lorsque la connexion est au top car l’expérience en ligne n’est pas superbe. J’ai été mis au courant que NetherRealm n’était pas un expert du netcode. Je m’en voudrais de ne pas féliciter Iron Galaxy puisque leur expérience en ligne pour Killer Instinct a été si bonne que je risque littéralement de jouer à Mortal Kombat qu’avec des amis en ligne ou en local et faire des petits tournois pour le simple plaisir. Cependant, ma meilleure expérience en multijoueur fut la Tour de défis puisque le tout était contre des joueurs ordi et le résultat dépendait de la performance du joueur à accomplir les petites tâches bonies. Les défis en question vont de missiles qui tombent sur le terrain ou des lasers, du gaz, la glace ou la vitesse. Dans ce dernier cas, cela donne des résultats pour le moins déconcentrant à cause du son. Vos performances en ligne vous donneront également des pièces à dépenser pour la Krypte.

Après un mode Histoire de 5 heures et au-delà d’une quarantaine d’heures de jeu, la question à 70$… Si vous êtes un réel addict du genre ou de la franchise, il est clair que je vous recommande le jeu. Cependant, je vous conseille définitivement d’attendre une baisse de prix afin que le jeu soit stable et qu’un maximum soit fait pour la balance. Dans le meilleur des cas, attendez la version GOTY sauf si la baisse de prix soit correcte pour votre porte-feuille. Je vous dis le tout par principe car, oui, le jeu est super concernant le gameplay même s’il fait un moins bon travail d’enseigner les mécaniques contrairement à une alternative gratuite comme Killer Instinct (20$ par packs de personnages ou 60$ pour la saison 1 et 2 en premium). Mais l’implantation du système de micro-transactions et le manquement au niveau du contenu global par rapport à Mortal Kombat IX et Injustice est un manquement sérieux. N’ayant pas joué assez à MKIX et Injustice, ça ne peut pas être un point négatif pour moi mais il m’était important de l’analyser pour vous si vous possédiez l’un des deux derniers jeux de NetherRealm. En ce qui me concerne, je m’amuse réellement ce qui est très rare ces temps-ci pour le gaming. Jadis, je détestais les jeux de combat mais l’expérience obtenue comme critique (puisque j’aime comprendre le design et les mécaniques) et comme joueur dans Killer Instinct m’a permis d’apprécier Mortal Kombat X d’une manière plus profonde en ce qui concerne la technique, les mécaniques et l’impact général. La violence dans ce jeu ne m’affecte pas du tout même si je peux grimacer en voyant quelques Fatalities pour la première fois.

Verdict: J’adore Mortal Kombat X! Mais je ne peux pas vous le conseiller à plein prix.

Points positifs:

  • Graphiquement audacieux dans sa violence! Pas de place pour le politiquement correct!
  • Un gameplay extrêmement bien peaufiné!
  • Assez de contenus dans la Krypte et de modes de jeux en ligne pour les pros pour un maximum d’heures!
  • Un mode Histoire simple avec une difficulté qu’on peut alterner!
  • Design sonore époustouflant!
  • Possibilité d’utiliser les inputs diagonales à la Street Fighter et Killer Instinct, excellente compatibilité avec le fightstick grâce aux contrôles personnalisées!

Points négatifs:

  • Des cinématiques en 30fps même en combat…
  • De sérieux problèmes pour le netcode rendant certaines parties en ligne insupportables…
  • Une régression en termes de personnages et stades…
  • Les microtransactions, bien sûr…
  • Des problèmes de lancement impardonnables pour les consommateurs…

Fiche:

  • Titre: Mortal Kombat X
  • Développeur: NetherRealm Studios
  • Éditeur: Warner Bros. Games
  • Genre: Combat
  • Classement ESRB: Mature (17+)
  • Disponible sur: Xbox One (version testée), PlayStation 4, PC/Steam, Xbox 360 et PlayStation 3 (ces deux dernières dès juin) en format digital ou physique, Passe de Saison disponible.
  • Joueurs: 1-2 (jusqu’à 4 en ligne pour les Team Battles)

Source images: Capture du jeu via HDPVR d’Hauppage par l’auteur

Source vidéo: Maximilian Dood

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s